L’histoire de l’aide extérieure de la Pologne

L'aide extérieure de la Pologne
En l’espace de quelques décennies, la Pologne est passée du statut de récipiendaire de l’aide étrangère à celui d’une forte présence au sein de la communauté internationale des donateurs. La Pologne n’est pas le seul pays à le faire. La Chine, l’Inde, le Japon, la Corée et la Thaïlande ont tous connu une transition similaire de bénéficiaire à donateur. Comment la Pologne et d’autres anciens bénéficiaires de l’aide se sont-ils transformés en donateurs émergents ou à part entière ? Cet article fournira un bref historique de l’aide étrangère de la Pologne dans l’espoir de faire la lumière sur la réponse.

Les années 1950-1970 : un donateur soviétique sous le Comecon

L’un des premiers exercices de la Pologne en matière d’aide internationale a été par le biais du Conseil d’assistance économique mutuelle, populairement connu sous le nom de Comecon. Fondé en 1949, le Comecon avait pour objectif de renforcer la coopération économique et le développement entre les pays d’Europe de l’Est. Aux côtés de la Pologne, l’Union soviétique, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Bulgarie, la Roumanie et l’Albanie faisaient partie du Comecon.

En ce qui concerne les principes généraux, le préambule du Comecon met l’accent sur l’idée d’assistance économique mutuelle en faveur du maintien de l’emprise du communisme et du socialisme dans le bloc de l’Est. C’est à travers le Comecon que la Pologne a assumé pour la première fois son rôle de donateur et que l’aide étrangère de la Pologne a commencé.

Les années 1980 : crises économiques et chute de l’URSS

Au cours des années 1980, une crise économique et politique sans précédent frappe la Pologne. Les causes de la crise du pays avaient des racines profondes dans son système d’économie planifiée et sa politique d’industrialisation forcée.

À la fin de 1981, la Pologne avait accumulé une dette extérieure de 27 milliards de dollars. Le niveau de vie polonais a continué de chuter rapidement alors que les difficultés économiques du pays s’aggravaient jusqu’en 1989, lorsque l’Union soviétique s’est effondrée.

Les quelques années qui ont suivi la chute de l’URSS entre 1990 et 1994 ont été celles où l’on peut dire que la Pologne est passée complètement de donateur soviétique à bénéficiaire de l’Occident. Pendant ce temps, le G-24 et les institutions financières internationales ont envoyé 36 milliards de dollars d’aide à la Pologne. Les États-Unis ont engagé séparément 719 millions de dollars supplémentaires sous forme de subventions.

Les années 1990-2000 : redressement de la Pologne et adhésion à l’UE et à l’OCDE

La Pologne a utilisé son aide étrangère pour stabiliser et restructurer son économie. Au fil des décennies, elle est même devenue l’une des économies à la croissance la plus rapide d’Europe. Le processus d’adhésion de la Pologne à l’Union européenne, qui s’est officiellement déroulé en 2004, a marqué le début de sa transition de celui de bénéficiaire à celui de donateur.

Les ONG polonaises ont commencé à entrer dans d’autres parties de l’Europe de l’Est pour aider leurs homologues occidentaux à communiquer avec les communautés locales, selon un document de synthèse de l’Université de Cambridge. Les ONG polonaises sont alors passées de cela au lancement de leurs propres initiatives et à la mise en place des structures nationales d’APD (aide publique au développement).

Des décennies plus tard, la Pologne redonne

Depuis lors, la Pologne est devenue un participant actif à la coopération mondiale pour le développement. « L’aide polonaise » est aujourd’hui l’un des programmes de développement et d’aide humanitaire les plus importants de la Pologne. Dirigée par le ministère des Affaires étrangères (MAE), la mission de l’aide polonaise est de contribuer à la construction d’un monde plus durable pour les générations présentes et futures en fournissant une aide humanitaire, une aide au développement et une éducation globale.

Le programme a été mis en œuvre sous les formes spécifiées à l’article 4 de la loi sur la coopération au développement du 16 septembre 2011. En 2019, l’équivalent en subvention de l’APD de la Pologne s’élevait à près de 3 milliards de PLN.

Au fil des ans, la Pologne a donné la priorité aux pays post-soviétiques dans son allocation d’aide. L’Ukraine, la Biélorussie, la Turquie, la Tanzanie, l’Inde, la Mongolie, la Chine, le Kenya, l’Irak, la Géorgie, la Moldavie et le Liban ont été les principaux bénéficiaires de l’aide bilatérale polonaise en 2019.

L’aide bilatérale de la Pologne a servi principalement à aider les anciens pays communistes à faire la transition vers la démocratie, à améliorer l’économie et à soutenir la société civile.

En effet, l’allocation d’aide de la Pologne a relevé les niveaux de liberté économique, sociale et politique dans des États qui luttaient auparavant pour offrir ces libertés. L’Ukraine est l’un de ces États qui s’est développé rapidement sous les auspices de la Pologne, selon le Carnegie Endowment for International Peace. Depuis qu’elle a obtenu son indépendance en 1991, l’Ukraine peut se vanter d’avoir une société civile forte, des partis politiques bien organisés et un système politique diversifié et pluraliste avec de multiples centres de pouvoir.

La Pologne n’est que l’un des nombreux pays qui sont passés de bénéficiaire à donateur en quelques décennies. L’histoire de l’aide étrangère de la Pologne devrait servir de rappel important des raisons pour lesquelles il est efficace et utile de fournir une aide à un pays en difficulté. Il se peut que la première étape soit tout ce dont un pays a besoin pour obtenir une position où lui aussi peut aider les autres.

– Lauren Hyomin Kim
Photo : Flickr

*

★★★★★