L'essor du secteur de l'énergie en RDC

Secteur énergétique de la RDC
La République démocratique du Congo (RDC) compte 85 millions d'habitants. Sur ce nombre, seulement 9% ont accès à l'électricité. Des décennies de corruption et de guerre sont deux raisons du mauvais accès à l'électricité et du développement économique dans ce pays d'Afrique centrale. Plus de 95% de l'électricité totale provient de 2 542 MW (mégawatts) d'énergie hydroélectrique. Cependant, une capacité potentielle allant jusqu'à 100 000 MW d'énergie hydroélectrique est atteinte grâce au fleuve Congo. Les investisseurs étaient autrefois désintéressés de mettre à jour les barrages d'Inga situés sur la rivière. Cependant, certains tentent enfin d'exploiter le potentiel hydroélectrique massif de la RDC. La firme britannique Bboxx et Power Africa, une initiative lancée par l'USAID, travaillent à étendre le secteur énergétique de la RDC pour atteindre des millions de Congolais.

Le potentiel énorme d'énergie hydroélectrique du fleuve Congo

Les rapides et de nombreuses cascades offrent la possibilité d’élargir la puissance hydroélectrique du fleuve Congo. Environ deux millions de pieds cubes d'eau s'écoulent du fleuve dans l'océan Atlantique chaque seconde pendant les saisons des pluies. Cela fait de l’énergie hydroélectrique du fleuve une option viable pour étendre le secteur énergétique en retard. La construction des barrages d'Inga I et d'Inga II sur le fleuve Congo s'est terminée respectivement en 1972 et 1982.

La construction d'Inga III, cependant, s'est arrêtée. La création d'Inga III pourrait aider à alimenter 40% de l'Afrique. Sa puissance hydroélectrique équivaudrait à au moins 40 000 MW, certains estimant à plus de 100 000 MW. Le Grand Inga est le nom de ce projet de 14 milliards de dollars. Il y a eu une longue histoire de retards dus à l'abandon par les investisseurs étrangers du projet pour diverses raisons telles que le manque de transparence de l'ancien président de la RDC Laurent-Désiré Kabila. Si le développement du Grand Inga se terminait, la RDC pourrait également exporter de l'électricité. Le pays pourrait alors devenir un grand exportateur d'énergie en Afrique subsaharienne.

Projets achevés en RDC

Zongo 2 est une centrale hydroélectrique sur la rivière Insiki qui alimente le fleuve Congo. La société chinoise Sinohydro a achevé le barrage en 2018 avec l'aide de la Fondation Howard G.Buffet. Il a une capacité de production de 150 MW et générera 47 millions de dollars de revenus annuellement. Actuellement, le secteur énergétique de la RDC utilise seulement environ 2 500 MW d’hydroélectricité. Cependant, des projets tels que Zongo 2 ont prouvé que l'hydroélectricité pouvait bénéficier au pays et aux pays voisins qui avaient besoin d'électricité. Zongo 2 peut sembler être un projet à petite échelle par rapport au projet Inga III. Cependant, 150 MW pourraient alimenter plus de 100 000 foyers.

Power Africa est une initiative visant à fournir plus de 30 000 MW d'énergie propre à 60 millions de foyers et d'entreprises. Dans le cadre de son objectif, Power Africa s'est associé à la compagnie d'électricité Virunga Sarl pour étendre les installations hydroélectriques en RDC. La région des Virunga compte huit sites hydroélectriques potentiels. Deux d'entre eux, le Matebe de 13,8 MW et le Mtwanga de 0,38 MW, sont opérationnels et situés au Nord-Kivu. L'usine de Mtwanga soutient plus de 400 emplois dans la région. En 2017, plus de 4000 clients étaient sous le réseau de Virunga Sarl. Cela comprenait les petites et moyennes entreprises, les maisons et les infrastructures sociales. Virunga Sarl s'étend également au district de Nyirigonga à Goma, qui compte environ 20 000 ménages sans électricité.

Le potentiel du secteur énergétique du Congo

En janvier 2020, la société britannique Bboxx a signé un protocole d'accord pour apporter de l'énergie propre à plus de 10 millions de Congolais d'ici 2024. Bboxx a déjà fourni de l'électricité à plus de 200 000 foyers dans le pays. Le pouvoir a transformé des vies, accordant l'accès à des services auparavant inaccessibles, tels que les soins de santé et la scolarité. Le président Félix Tshisekedi a déclaré que son objectif était d'utiliser "des solutions d'énergie décentralisées et renouvelables comme base pour améliorer le taux d'électrification du pays de 9% à 30% pendant ma présidence". Pour rappel, la durée de la présidence en RDC est de cinq ans, et Tshisekedi a pris ses fonctions pour la première fois en janvier 2019. Le secteur énergétique de la RDC croît lentement, mais l'objectif massif du président pourrait accélérer la croissance dans un avenir proche.

– Lucas Schmidt
Photo: Wikimedia Commons

*

★★★★★