Les tactiques de famine au Yémen causent la faim

Tactiques de famine au YémenDepuis 2014, le conflit au Yémen fait rage sans fin en vue. Dans un article de novembre 2021, la Banque mondiale estime que le taux de pauvreté au Yémen est passé d’environ la moitié de la population avant le conflit à 78 % en raison du conflit. Bien qu’une offensive de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite définisse en grande partie le conflit, les violations des droits de l’homme sont apparentes des deux côtés et par toutes les parties. Les tactiques de famine au Yémen constituent l’une des violations les plus malveillantes, provoquant une vague de choc dans la communauté internationale.

Contexte du conflit

Le conflit au Yémen a commencé en 2014 lorsque les Houthis, une minorité musulmane chiite au Yémen, ont capturé la principale ville de la province du nord du Yémen et ont commencé à se déplacer vers le sud. La rébellion a été stratégiquement chronométrée car les Houthis ont combattu plusieurs rébellions contre le gouvernement du Yémen au fil des ans, mais ont choisi d’attaquer cette fois à cause d’un nouveau président en exercice, Abdrabbuh Mansour Hadi. Malheureusement pour Hadi, le pays a d’abord soutenu les rebelles, qui ont envahi et pris la capitale Sanaa en 2014.

Les Houthis sont des musulmans chiites et sont étroitement liés à l’Iran, le bastion chiite du Moyen-Orient. D’autre part, l’Arabie saoudite adhère largement à l’islam sunnite et considère le pouvoir chiite comme une menace. Par conséquent, la rébellion Houthi au Yémen a alarmé l’Arabie saoudite, incitant « l’Arabie saoudite et huit autres États arabes majoritairement sunnites » à lancer une campagne aérienne en 2015 pour mettre fin à la rébellion et rétablir le gouvernement de Hadi. Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont fourni « un soutien logistique et de renseignement » pour la campagne aérienne.

Conséquences pour les droits de l’homme

Le conflit au Yémen a coûté cher en vies humaines. En décembre 2021, le Yémen dénombre près d’un quart de million de morts et 4 millions de déplacements. En outre, environ 24 millions de Yéménites ont besoin d’une aide humanitaire. En raison de ces statistiques désastreuses, de nombreuses organisations mondiales considèrent la situation au Yémen comme la « pire crise humanitaire » au monde.

L’utilisation de tactiques de famine est l’un des développements les plus préoccupants du conflit au Yémen. Les groupes de défense des droits de l’homme qui documentent les tactiques de famine au Yémen montrent que les deux parties utilisent ces tactiques « comme une arme de guerre ». L’Organisation Mwatana pour les droits de l’homme et Global Rights Compliance, deux organisations de défense des droits de l’homme, ont enregistré des frappes aériennes saoudiennes détruisant des installations hydrauliques et des navires de pêche ainsi que des fermes.

Dans un rapport, les groupes indiquent que le blocus des ports aériens et maritimes de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite a ralenti le flux de nourriture vers le Yémen. Leurs rapports détaillent également les rebelles houthis refusant l’aide aux civils, y compris la nourriture. Plus précisément, le rapport indique que « les restrictions étaient si sévères qu’elles ont forcé le Programme alimentaire mondial (PAM) à suspendre ses opérations en 2019 et à nouveau en 2020 ». Le rapport indique également que l’utilisation des mines terrestres par les rebelles empêche les agriculteurs d’utiliser leurs terres de manière productive.

Le coût humanitaire des tactiques de famine au Yémen est stupéfiant. En septembre 2021, dans un appel à un financement urgent de la part de la communauté internationale, les Nations Unies ont averti que 16 millions de personnes au Yémen risquaient de mourir de faim. Selon Henrietta Fore, directrice de l’UNICEF, plus de 11 millions d’enfants au Yémen ont besoin d’aide humanitaire pour survivre et près de 400 000 enfants souffrant de « malnutrition aiguë sévère courent un risque imminent de mort ».

Aide humanitaire

Les donateurs ont réduit le financement du Programme alimentaire mondial (PAM) en 2020, citant l’obstruction de l’aide comme préoccupation. En conséquence, en avril 2020, le PAM a dû réduire de moitié « l’aide alimentaire tous les deux mois dans certaines parties du Yémen » sous le contrôle des Houthis. Cependant, les donateurs ont tenu compte des avertissements de l’ONU concernant la famine et, en juin 2021, le PAM a repris les distributions mensuelles à des millions de personnes au Yémen. Depuis lors, le PAM a déployé des efforts considérables pour lutter contre les effets des tactiques de famine au Yémen.

Le PAM affirme que malgré les obstacles à l’accès, il parvient à fournir une aide humanitaire « à la grande majorité des personnes vulnérables dans le pays ». Le PAM fournit des collations quotidiennes à plus de 1,5 million d’étudiants yéménites et un soutien nutritionnel à plus de 3 millions de «femmes enceintes et allaitantes» ainsi qu’aux enfants de moins de 5 ans. Le PAM fournit également une aide alimentaire sous forme de rations alimentaires ou d’aide en espèces pour acheter de la nourriture. .

Malgré d’importantes souffrances au Yémen, les organisations désireuses de fournir de l’aide ne manquent pas. Avec suffisamment de plaidoyer et d’aide, il existe une possibilité de mettre fin aux tactiques de famine au Yémen et de mettre fin au conflit dans son ensemble.

– Richard J. Vieira
Photo : Flickr

*

★★★★★