Les programmes de sports et de compétences pratiques peuvent-ils améliorer les résultats sur le marché du travail des jeunes vulnérables?

Cet article a d'abord été publié sur le blog de l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) ici.

Photo: Chris Maclay / Mercy Corps

Partout dans le monde, les jeunes font du sport partout où il y a suffisamment d'espace pour frapper un ballon ou balancer une batte: sur les champs, les plages, les rues vides ou les terrains vagues. Peu d'activités capturent autant l'excitation, l'énergie et l'imagination des jeunes que les sports. Depuis le début des années 2000, l’enthousiasme s’est développé pour l’utilisation du sport pour favoriser le développement, se concentrant souvent sur les populations à risque et difficiles à atteindre. Des centaines de millions de dollars sont dépensés chaque année pour de tels programmes centrés sur le sport dans les pays en développement, engageant des dizaines de millions de participants.

Les partisans du sport et du développement (SFD) vantent fréquemment ces programmes comme une forme efficace d'intervention directe pour les jeunes à risque ainsi que comme un point d'entrée efficace pour des programmes complémentaires tels que la formation en compétences de vie. Dans notre prochain article en Développement économique et changement culturel, nous évaluons les effets d'un programme SFD à grande échelle conçu et mis en œuvre par Mercy Corps, une agence humanitaire et de développement mondiale.

Notre contexte est celui des quartiers urbains densément peuplés de Monrovia, au Libéria, où les décideurs et les acteurs internationaux craignent que ne pas s'engager avec les jeunes et les aider à trouver des débouchés productifs risquerait de déstabiliser le pays. En collaboration avec Mercy Corps et Innovation for Poverty Action (IPA), nous avons évalué un programme de sports et de compétences de vie appelé Sport for Change (SFC), assignant au hasard 1200 jeunes vulnérables éligibles aux programmes SFC et 1200 autres à un groupe témoin. Nous avons ainsi pu mesurer l'effet causal du programme SFC sur un large éventail de résultats d'intérêt.

Le programme SFC était centré sur la formation de groupes de jeunes pour participer à un programme de trois mois et 16 sessions pour promouvoir les compétences de vie grâce à des activités physiques et sportives structurées et à la planification d'événements en groupe. Tout comme les affirmations de nombreux autres promoteurs et praticiens du SFD, les objectifs déclarés du programme étaient d'améliorer les comportements psychosociaux ou socio-émotionnels des participants, en augmentant leur résilience et leur «préparation» à une participation productive au marché du travail.

La participation au SFC était élevée dans les neuf communautés; 73% des jeunes affectés à un groupe SFC ont assisté à au moins une session; 65% de tous les sujets assignés au SFC ont assisté à au moins 80% des réunions de leur groupe. En moyenne, les 1 200 personnes affectées au SFC ont assisté à 10,35 sessions du SFC.

Photo: Chris Maclay / Mercy Corps

Bien que le programme ait été bien suivi et apprécié par les participants, notre analyse n'a pas trouvé de preuves d'impacts positifs du programme sur un indice agrégé des attitudes et des comportements psychosociaux qui comprenaient le bien-être personnel perçu, l'estime de soi, le locus de contrôle (autodétermination), le risque comportements et agressivité. Nous n'avons pas non plus trouvé de preuves d'une résilience accrue selon ces dimensions lorsque les bénéficiaires du programme ont été confrontés à des événements de la vie difficiles.

Malgré le manque de preuves de ces étapes initiales dans la théorie du changement proposée, nous avons trouvé des augmentations statistiquement significatives des résultats du travail. Nos résultats montrent une augmentation de 0,12 écarts-types de l'indice agrégé de la population active parmi les participants à l'étude, reflétant des augmentations moyennes substantielles d'environ 12% de l'offre de main-d'œuvre et des revenus des personnes invitées à participer au programme SFC par rapport à celles du groupe témoin.

Compte tenu de la rareté des données probantes sur la relation entre le SFD et les résultats du marché du travail, ces résultats sont remarquables par leur précision et leur ampleur. Pourtant, dans le contexte de cette étude au Libéria urbain, la théorie du changement motivant le SFD – où les améliorations des résultats psychosociaux sont un prédécesseur à une meilleure opportunité de main-d'œuvre – ne semble pas avoir été le mécanisme qui a conduit à de meilleurs résultats sur le marché du travail dans ce contexte.

Pour approfondir notre recherche, nous avons cherché à savoir si les impacts du programme étaient différents pour différents types de participants, afin de mieux comprendre qui ont bénéficié du programme. La figure 1 montre que dans toutes les dimensions que nous avons analysées (jeunes, sans instruction, femmes, sans formation), les avantages du programme pour la main-d'œuvre étaient plus importants pour les groupes plus marginalisés.

Impacts du SFC pour différents sous-groupes sur l'indice normalisé de la population active

Figure 1 - Impacts SFC

Notre étude soulève des questions qui devraient être approfondies dans des recherches supplémentaires. Bien que les résultats sur les résultats sur le marché du travail soient encourageants, notre incapacité à identifier les mécanismes à l'origine de ces résultats montre clairement la nécessité de poursuivre les recherches sur des programmes similaires afin de confirmer ce résultat et de développer une compréhension de comment, pourquoi et dans quelles conditions les programmes SFD peut être efficace.


Lori Beaman est professeure agrégée à la Northwestern University. Sylvan Herskowitz est chercheur à l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, Jeremy Magruder est professeur agrégé à l’Université de Californie à Berkeley et Niall Keleher est directeur de la recherche à Research Improving People’s Lives. Nous remercions Vaidehi Krishnan, Chris Maclay et Chris Mazembe de Mercy Corps pour leur aide tout au long du projet et pour leurs commentaires sur ce post. Veuillez envoyer toute correspondance de suivi à Sylvan Herskowitz à s.herskowitz@cgiar.org.

Cette recherche a été financée par l'Initiative internationale pour l'évaluation d'impact (3ie), l'Agence suédoise de coopération internationale au développement, le Centre international de croissance et Mercy Corps.

*

★★★★★