Les partenariats internationaux réduisent la piraterie dans l’Indo-Pacifique

Les partenariats internationaux réduisent la piraterie dans l'Indo-PacifiqueLa piraterie est souvent considérée comme une pratique du passé, sinon romancée dans des représentations fictives. Aujourd’hui, les pirates sont toujours présents. En 2020, la piraterie a augmenté de 20 % dans le monde et a doublé dans la région Indo-Pacifique. L’ONU signale cette menace sans précédent dans le golfe de Guinée affectant la stabilité régionale et la paix mondiale. En réponse, les grandes puissances, dont l’Inde, la Chine et les États-Unis, travaillent ensemble pour voir des partenariats internationaux réduire la piraterie dans l’Indo-Pacifique.

Collaborations passées

En 2008, après la montée en puissance de la piraterie, Shared Awareness and Deconfliction (SHADE) – une opération anti-piratage – a été créée pour coordonner les missions entre la Chine, l’Amérique, le Japon et l’Inde. Cette alliance visait à prévenir le piratage et la pauvreté dans les pays à forte prévalence de pirates. Puis, en septembre 2009, les États-Unis et la Chine ont intensifié leur collaboration. Au total, la marine chinoise, avec l’aide des États-Unis, « sauva… 43 navires en 32 missions ».

Le golfe d’Aden, cependant, est peut-être la plus grande victoire coopérative. Une grande partie des exportations mondiales de pétrole et de nourriture sont transportées par le golfe, faisant du golfe d’Aden un oléoduc économique crucial. En 2010, un groupe de contact de l’ONU a approuvé les plans des États-Unis et de la Chine pour atténuer la piraterie dans le Golfe, soutenus par l’Inde.

Les initiatives anti-piraterie avec ce niveau de coopération sont beaucoup plus efficaces que les efforts d’un seul pays. Aucun pays ne peut gérer seul le vaste océan. Comme l’a dit un expert naval, « Pour attraper un pirate, la coopération est la clé. » Selon un rapport de 2010 d’une organisation à but non lucratif, coopérer pour mettre fin au piratage pourrait également faire économiser au monde jusqu’à 12 milliards de dollars par an et aider à réduire la pauvreté dans le monde.

Initiatives récentes

La Chine s’est associée aux garde-côtes américains pour réprimer la piraterie et empêcher principalement les pays à faible revenu de l’Indo-Pacifique de subir des dommages économiques causés par les pirates. Pendant ce temps, le Japon a rejoint les navires de la marine américaine et britannique lors d’exercices anti-piraterie en 2021, offrant une autre protection contre les pirates.

Plus largement, le Quadrilateral Security Dialogue, une alliance composée des États-Unis, de l’Australie, de l’Inde et du Japon, a récemment planifié plusieurs opérations de défense conjointes pour atténuer la piraterie indo-pacifique. En 2021, l’alliance a créé un précédent où les quatre pays ont participé pour la deuxième année consécutive en plus d’une décennie.

Financement américain

La piraterie commence souvent dans la pauvreté et continue à causer la pauvreté, créant une boucle. En termes simples : la pauvreté motive les pirates potentiels à voler. Plutôt que des actes de vol plus mineurs, cela se transforme souvent en violations maritimes massives. Au cours de la dernière décennie, le Congrès a considéré le financement des pays vulnérables comme une méthode de prévention du piratage. Ainsi, l’année dernière, les États-Unis ont fourni 253 millions de dollars pour le développement financier en Somalie.

En outre, le Congrès a adopté l’Initiative de sécurité maritime indo-pacifique, qui consacrerait progressivement 425 millions de dollars à la prévention de la piraterie. En soutenant économiquement la région Indo-Pacifique, la pauvreté globale diminue et les résidents sont moins susceptibles de recourir à la piraterie. La piraterie et ses effets néfastes peuvent diminuer en continuant à faciliter les programmes de lutte contre la pauvreté dans l’Indo-Pacifique et d’autres régions vulnérables. Les grandes puissances mondiales ont montré que la coopération fonctionne. Leurs partenariats internationaux réduisent la piraterie dans l’Indo-Pacifique et contribuent à réduire la pauvreté mondiale.

–Ashwin Telang
Photo : Flickr

*

★★★★★