Les obstacles derrière les soins de santé en Inde

Soins de santé en Inde
Le gouvernement de l'Inde et des organisations internationales, comme l'OMS, tentent d'améliorer les soins de santé en Inde pour les rendre accessibles à toutes les couches de la société. Cependant, les soins de santé en Inde sont loin d'atteindre leur objectif de soins de santé universels. Voici quelques-uns des obstacles auxquels sont confrontés les soins de santé en Inde.

Effectif limité des soins de santé

La population de l’Inde est d’environ 1,3 milliard d’habitants, mais elle compte un faible nombre de professionnels médicaux et paramédicaux. En fait, la densité de médecins était de 80 médecins pour 100 000 habitants en 2001 et le nombre d'infirmières était de 61 pour 100 000. Selon les recommandations de l’OMS, le ratio médecin / population devrait être d’au moins 1 pour 1 000, tandis que le ratio de la population de médecins en Inde est de 1 pour 1 674. L'Inde a besoin d'environ 2,07 millions de médecins supplémentaires pour atteindre l'objectif de 1 à 1 000.

Malgré le manque de professionnels de la santé, la disparité entre les zones urbaines et rurales est également un obstacle majeur dans les soins de santé en Inde. Selon un rapport de l'OMS, il y avait 1 225 381 agents de santé dans les zones urbaines en 2001 et 844 159 dans les zones rurales. Alors que 70% de la population indienne réside dans les zones rurales, l'accès aux soins de santé est inefficace par rapport aux zones urbaines. Par exemple, 84% des 23 582 hôpitaux ne détiennent que 39% du total des lits publics.

Pour lutter contre le nombre limité de professionnels de la santé en Inde, le gouvernement indien a fait un investissement stratégique dans ses soins de santé. En 2005, il a lancé la Mission nationale de santé rurale (NHM), que les gens connaissent sous le nom de Mission nationale de santé. L'objectif principal de cette organisation est d'assurer des soins de santé de qualité et abordables pour tous. En plus de cela, Nation Health Policy (NHP) 2017 se concentre sur l'exigence de la gestion des soins de santé dans le pays. Cette politique a mis en place un nouveau cadre de gestion de la santé publique dans tous les États.

Éducation et qualifications médicales

Un rapport de l'OMS a déclaré que l'Inde devait travailler à améliorer la formation de ses médecins. En fait, environ 31,4% des médecins allopathes reçoivent une éducation jusqu'au niveau secondaire et même 57,3% n'avaient aucune qualification médicale. Pendant ce temps, seulement 67,1% des infirmières et des sages-femmes avaient une éducation jusqu'au niveau secondaire.

Inconscient

Malgré le développement économique rapide de l’Inde, les habitants du pays sont souvent peu sensibilisés à la santé, peu scolarisés et peu alphabétisés au sein du système de santé. Selon un rapport du Indian Journal of Community Medicine, seulement un tiers des mères prénatales en Inde ont une connaissance adéquate de l'allaitement maternel. Il a également déclaré qu'environ 1 million de nouveau-nés meurent chaque année à cause d'une infection du cordon ombilical qu'une pratique optimale d'allaitement pourrait éviter.

La Mission nationale de santé rurale du Gouvernement indien a l'intention de fournir une aide pour les maladies néonatales et infantiles par le biais de son système de prestation de soins de santé existant. Il a également créé le Pradhan Mantri Matru Vandana Yojana et appliqué des amendements à la loi sur les prestations de maternité de 1961. Cet amendement protège l'emploi des femmes ainsi que le bien-être des femmes et des enfants pendant la maternité. En 2016, le gouvernement indien a lancé le programme Mothers Absolute Affection, qui vise à promouvoir, protéger et soutenir l'allaitement maternel optimal dans toutes les régions du pays.

Soins de santé publics et privés

Le budget intérimaire de l'Inde ne consacre que 2,2% aux soins de santé. Malgré plusieurs réformes de la santé, le gouvernement n'est toujours pas en mesure d'augmenter les dépenses de santé publique à 2,5% de son PIB. À l'heure actuelle, les dépenses de santé actuelles en Inde ne représentent que 1,15 à 1,5% de son PIB.

Le système de soins de santé indien comprend deux branches principales. Ces branches sont publiques et privées. Le gouvernement fédéral et les gouvernements des États réglementent les systèmes publics de soins de santé, tandis que les professionnels de la santé gèrent le secteur privé de manière indépendante. Les systèmes de santé publics sont financés par les impôts, tandis que les patients paient pour les centres de santé privés. Les établissements de santé privés sont généralement accessibles aux habitants des zones urbaines. Les soins de santé publics peuvent offrir aux gens des services de santé à bas prix ou gratuits, mais malheureusement, en raison de la mauvaise qualité des services, les soins de santé publics ne sont pas le premier choix de la population principale de l'Inde, même si la plupart des personnes de statut socio-économique inférieur utilisent ce système de santé. Le système de santé privé dispose des dernières technologies, de médecins qualifiés et d'autres installations, mais les hôpitaux privés sont hors de portée de la population générale qui se trouve en dessous du seuil de pauvreté.

Le gouvernement essaie de combler l'écart entre les soins de santé publics et privés et a mis en place le plan d'assurance Rashtriya Swasthya Bima Yojna (RSBY) pour ce faire. L'objectif principal de ce plan d'assurance est de fournir une assurance à bas prix. Selon les données du gouvernement indien, environ 44% des personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté se sont inscrites à RSBY de 2014 à 2015. Aujourd'hui, le fonds de ce régime d'assurance est passé de 4 000 $ à 14 000 $ par famille. L'assurance RSBY pourrait aider les personnes démunies à recevoir des soins de santé de qualité à faible coût. Cette politique de soins de santé subventionnés offrirait aux gens le choix entre les hôpitaux publics et privés afin qu'ils puissent recevoir un traitement de qualité.

Fraude et corruption

La fraude et la corruption sont de grands obstacles dans les soins de santé en Inde. La corruption dans les soins de santé en Inde est courante aux niveaux supérieurs et de prestation de services, ce qui compromet l'accessibilité, l'accessibilité financière et la qualité des soins de santé. Certains des problèmes courants au niveau de la prestation de services comprennent l'absentéisme, les paiements informels des patients, le détournement de fonds et le vol, la prestation de services, le favoritisme et la manipulation des données sur les résultats.

Le taux moyen d'absentéisme à l'échelle nationale pour les médecins et les prestataires de soins de santé est d'environ 40%. Parallèlement, en 2013, Oxfam a signalé que des professionnels de la santé avaient pratiqué de nombreuses hystérectomies inutiles sur des femmes. De plus, il y avait une grande conspiration dans la construction de soins de santé à Orissa, en Inde, où 54 des 55 hôpitaux construits à Orissa avaient des problèmes de construction. De plus, selon The Guardian, «le système de santé indien est l'un des systèmes de santé les plus privatisés et largement non réglementés.» Un rapport du Dr Gadre a révélé qu'un grand nombre de médecins prescrivent des médicaments irrationnels alors que les patients hospitalisés subissent souvent des pressions pour payer une opération ou une procédure inutile.

Un effectif limité, le manque de sensibilisation, d’éducation et de qualification médicale des professionnels de la santé, la corruption et les dépenses de santé entravent l’amélioration du système de santé indien. Cependant, le gouvernement indien a prévu de nombreux programmes et programmes pour améliorer la santé des Indiens. Des organisations comme l'OMS, l'UNICEF, la Fondation Bill et Melinda Gates fournissent également une aide. Grâce à la contribution du public et aux efforts du gouvernement indien, l’Inde devrait finalement atteindre son objectif de couverture sanitaire universelle.

– Anuja Kumari
Photo: Flickr

*

★★★★★