Les objectifs zéro émission affectent les résidents de la capitale australienne

Objectifs zéro émission Le 20 juillet 2022, le ministre en chef du Territoire de la capitale australienne (ACT), Andrew Barr, a publié la stratégie pour les véhicules à zéro émission. Cette initiative vise à révolutionner le marché automobile de l’ACT en promouvant fortement la vente et l’achat de véhicules électriques. Cela nécessite une refonte des incitations, avec une accessibilité et une disponibilité accrues des véhicules zéro émission (ZEV) pour obtenir le soutien des résidents. Cependant, certains craignent que les objectifs ambitieux de zéro émission ne tiennent compte de la manière dont les résidents à faible revenu seront affectés.

Objectifs zéro émission

Depuis le 1er janvier 2020, Canberra est devenue la première ville non européenne à être entièrement alimentée en électricité renouvelable. La stratégie ZEV est la prochaine étape vers l’un des objectifs de zéro émission du gouvernement de la capitale d’être neutre en carbone d’ici 2045. L’inventaire des gaz à effet de serre ACT pour 2020-21 a indiqué que le secteur des transports a contribué le plus aux émissions, représentant jusqu’à 63,5 % de tous émissions de carbone sur le territoire.

Le mois dernier, Canberra a annoncé son intention de devenir la première ville de l’ACT à interdire l’achat de nouveaux véhicules à combustibles fossiles d’ici 2035. L’interdiction d’achat comprend les motos et les petits camions. D’ici huit ans, l’objectif est que 80 à 90 % des ventes de véhicules compacts soient à zéro émission.

Réactions des résidents

Malgré les bonnes intentions de l’initiative, certains s’inquiètent de l’impact de la stratégie zéro émission sur les résidents à faible revenu de Canberra. « [It’s] l’une des principales préoccupations de la plupart des gens », a déclaré Alysha Muhamad Khairuldin, 22 ans, au Borgen Project. L’expert technique à temps partiel dépend fortement de sa voiture pour se rendre au travail car les transports en commun sont limités dans les banlieues de la ville. « [I’m] Je ne sais pas comment cela m’affectera personnellement, mais j’espère que lorsqu’ils décideront de poursuivre ce plan, ils apporteront de bons changements, notamment en le rendant abordable.

Un autre résident de Canberra, Callum Stewart-Thomson, 21 ans, partage son temps entre suivre des cours et occuper deux emplois. « Je ne suis pas super à l’aise [with my current financial situation] et préférerait ne pas avoir à se soucier autant de l’argent », a-t-il déclaré à The Borgen Project. Comme Khairuldin, il dépend également de la voiture comme principal moyen de transport. « J’ai choisi l’essence parce que c’était l’option la moins chère, je ne peux pas me permettre d’autres options », a-t-il déclaré.

La National Roads and Motorists ‘Association rapporte que les véhicules électriques à batterie complète peuvent commencer à 47 500 $ en plus des coûts sur route en Australie. Les problèmes de financement comprennent l’enregistrement, le droit de timbre et les taux de recharge des véhicules électriques. D’autres soucis incluent une autonomie plus courte, un temps de « ravitaillement » plus long et le manque de bornes de recharge.

Suivre le costume

L’Australie n’est pas le seul pays à vouloir réduire les émissions de carbone des véhicules à moteur. Au cours des 20 prochaines années, le Royaume-Uni, la France, l’Espagne, le Danemark et certaines parties des États-Unis limiteront la vente de véhicules neufs à essence. Certaines villes ont également commencé à introduire des transports publics électriques. Il est prévu que d’ici 2025, les ventes de véhicules électriques tripleront pour atteindre environ 20,6 millions.

La stratégie ZEV de Canberra comprend l’expansion du réseau de recharge actuel. Au moins 180 nouvelles bornes de recharge seront accessibles d’ici trois ans, dont 70 seront complétées au cours du présent exercice. Le gouvernement ACT a également annoncé que tous les nouveaux immeubles commerciaux et résidentiels à logements multiples devront inclure des bornes de recharge. Le gouvernement offre un incitatif de 2 000 $ pour l’installation.

Se mettre au vert pour moins cher

Il existe d’autres incitatifs pour rendre les VZE plus abordables. Le système d’immatriculation actuel est basé sur le poids, ce qui rend l’immatriculation des véhicules électriques plus lourds plus coûteuse. Le nouveau système d’enregistrement sera basé sur les émissions. Jusqu’au 30 juin 2024, tous les véhicules électriques et à pile à hydrogène immatriculés sur le territoire bénéficieront de deux ans d’immatriculation gratuite. Ces mêmes véhicules pourront également bénéficier d’une exonération du droit de timbre, d’une taxe sur les documents et sur les transactions.

Le Sustainable Household Scheme, en vigueur jusqu’en 2026, offre jusqu’à 15 000 $ en prêts à taux zéro sur 10 ans. Les personnes éligibles peuvent utiliser ce prêt pour des améliorations écoénergétiques, notamment des VZE, des infrastructures de recharge, des coûts d’installation, etc. Le prêt peut être utilisé pour couvrir les coûts d’un ou de plusieurs produits approuvés jusqu’à concurrence d’un montant maximal de 15 000 $.

– Aïcha français
Photo : Unsplash

*

★★★★★