Les meilleurs diplomates mondiaux réagissent à la junte militaire du Myanmar

Junte militaire du Myanmar
Cet article couvrira les récentes exécutions politiques par la junte militaire du Myanmar, ainsi que les réactions de la communauté internationale et les manifestations qui se poursuivent malgré les possibilités de nouvelles exécutions. L’artiste hip-hop birman Phyo Zeya Thaw faisait partie de ceux que le gouvernement birman a exécutés, en raison de son soutien à la résistance. Ces exécutions politiques ont été les premières que le Myanmar a connues depuis des décennies.

Résistance birmane à la junte

Le gouvernement d’unité nationale (NUG) a été le fer de lance des efforts birmans pour évincer la junte militaire du pouvoir. C’était aussi la première organisation à appeler à la condamnation internationale des récentes exécutions de la nation.

Déclarations des Nations Unies

La responsable des droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, a condamné les exécutions, les qualifiant de « cruelles » et « régressives ». La junte militaire a tué plus de 2 100 citoyens birmans depuis son arrivée au pouvoir, ce qui a conduit de nombreux dirigeants de l’ONU à demander des sanctions internationales officielles. L’ONU a également exhorté la junte militaire du Myanmar à libérer les prisonniers politiques qui attendaient d’être jugés par un tribunal militaire. Cependant, des appels similaires de l’ONU sont tombés dans l’oreille d’un sourd. Depuis que la junte a pris le pouvoir lors d’un coup d’État en 2021, les tribunaux militaires ont condamné à mort 115 adultes birmans et deux enfants.

Une condamnation bipartite des États-Unis

Les dirigeants républicains et démocrates éminents du gouvernement américain ont condamné les récentes exécutions de la junte. Dans sa déclaration officielle, la Maison Blanche a qualifié le récent incident d' »exécution odieuse ». Le chef de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a appelé à des sanctions contre le secteur énergétique birman, ainsi qu’à de nouvelles actions de la part des pays voisins du Myanmar. Dans un communiqué de presse du Département d’État américain, le secrétaire d’État Antony Blinken a également critiqué la junte militaire pour ses « procès fictifs » de militants pro-démocratie. Les responsables américains ont également exhorté le gouvernement chinois à jouer un rôle plus actif dans la promotion de la paix entre la junte et les citoyens birmans.

Réponse européenne

L’Union européenne, ainsi que plusieurs autres pays industrialisés, dont l’Australie, le Canada et la Corée du Sud, ont publié une déclaration condamnant le régime de la junte. Avant les exécutions politiques, l’UE a sanctionné des responsables de la junte et a demandé aux sociétés énergétiques européennes de retirer leurs opérations au Myanmar.

Les voisins du Myanmar réagissent

L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), une organisation intergouvernementale dont le Myanmar est membre, a publié une déclaration qualifiant les exécutions de répréhensibles et appelant au dialogue entre les Birmans. L’ASEAN a également interdit aux responsables de la junte du Myanmar d’assister aux événements organisés par l’association. Contrairement à la ferme réprimande de l’ASEAN contre les exécutions au Myanmar, le gouvernement chinois n’a pas encore fait de déclaration condamnant ces actions. Cependant, la Chine a fait pression pour des pourparlers de paix entre la junte et les groupes de résistance birmans début juillet 2022, des semaines avant les exécutions politiques. En fournissant des armes et en donnant à la nation son soutien politique, la Chine s’est alignée sur les putschistes au Myanmar.

La poussée pour plus d’action

Bien que de nombreux pays aient imposé des sanctions au Myanmar, aucune stratégie formellement coordonnée n’a été mise en place pour sanctionner le Myanmar et punir les personnes au pouvoir pour leur violation des droits de l’homme. Selon les estimations de juillet 2022 de la Banque mondiale, environ 40 % des citoyens birmans vivent dans la pauvreté. Les contractions économiques survenues après le coup d’État de 2021 pourraient avoir des conséquences à long terme puisque l’économie birmane a connu une contraction de 18 % au cours de l’exercice 2021. L’éloignement du Myanmar de la démocratie a provoqué des troubles économiques et la privation des droits de l’homme par les juntes est un problème auquel la communauté internationale doit s’attaquer.

*

★★★★★