Les initiatives d’agriculture durable autonomisent les femmes

Les initiatives d'agriculture durable autonomisent les femmes
Dans les pays en développement, les femmes ne représentent que 10 à 20 % des propriétaires terriens, ce qui entraîne des disparités entre les sexes dans l’industrie agricole. Lorsque les agricultrices n’ont pas de pouvoir sur la terre, elles ont moins de latitude pour occuper des postes de direction et gagner des revenus plus élevés. L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a lancé un programme en avril 2020 à Ouallam, au Niger, pour aider les femmes à adopter des pratiques agricoles durables et à subvenir à leurs besoins grâce à l’agriculture. Le programme soutient les femmes locales de Ouallam, les femmes qui ont été déplacées en raison du conflit dans d’autres régions du Niger et les réfugiés du pays voisin du Mali. Les initiatives d’agriculture durable autonomisent les femmes dans les pays en développement en les aidant à créer leur propre entreprise, à lutter contre la faim et à stimuler les économies locales.

Les femmes dans l’industrie agricole

Selon la Banque mondiale, en 2020, près de 43 % de la population nigérienne souffrait d’extrême pauvreté, ce qui équivaut à plus de 10 millions de personnes. De nombreuses organisations mondiales reconnaissent que les femmes représentent la majorité des pauvres du monde en raison des obstacles résultant de l’égalité des sexes.

Les rôles de genre font qu’il est difficile pour de nombreuses agricultrices des pays en développement de gérer leurs propres cultures et de gérer leurs propres finances. Dans certains cas, même lorsqu’une femme gère la terre et prend des décisions agricoles importantes, les agriculteurs masculins ne demandent à faire affaire qu’avec le mari d’une agricultrice.

Les agricultrices sont également confrontées à des obstacles en matière de financement. Les fermes dirigées par des femmes produisent jusqu’à 30 % de moins que les fermes dirigées par des hommes parce que les femmes ont tendance à ne pas avoir accès au crédit pour obtenir du financement. Sans capital adéquat, les agricultrices sont moins enclines à acheter et à utiliser « des engrais, des semences résistantes à la sécheresse, des pratiques agricoles durables et d’autres outils et techniques agricoles avancés qui augmentent les rendements des cultures ».

Les organisations publiques et privées reconnaissent l’ampleur des disparités entre les sexes dans l’agriculture et nombre d’entre elles ont lancé des initiatives pour résoudre ces problèmes. Le travail du HCR au Niger est l’un des nombreux programmes qui montrent comment les initiatives d’agriculture durable autonomisent les femmes et contribuent à réduire l’écart entre les sexes dans l’agriculture.

Le HCR et l’agriculture du désert au Niger

Les agriculteurs de Ouallam, au Niger, doivent utiliser des pratiques agricoles et d’irrigation tactiques pour soutenir les cultures dans le désert. Environ 450 agricultrices travaillent la terre à Ouallam et nombre d’entre elles sont des réfugiées entrées depuis peu dans le monde de l’agriculture. Les femmes cultivent des cultures comme les pommes de terre, les pastèques, le chou et les oignons pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. L’initiative du HCR en 2020 a aidé les femmes à adopter l’irrigation goutte à goutte, qui aide à préserver l’eau dans le désert au lieu de la laisser s’évaporer ou se perdre. Les agricultrices de Ouallam bénéficient de l’initiative du HCR en adoptant des méthodes d’irrigation efficaces qui maximisent l’utilisation de l’eau et les rendements des cultures.

Réduction de la faim et de la pauvreté

Les initiatives d’agriculture durable autonomisent les femmes, réduisent la faim et combattent la pauvreté dans les communautés du monde entier. Si les agricultrices avaient le financement et les ressources nécessaires pour produire autant de cultures que les hommes, la faim dans le monde pourrait diminuer d’environ 17 %, selon Oxfam International. Les initiatives éducatives peuvent également enseigner aux femmes des méthodes agricoles très efficaces qu’elles n’apprendraient peut-être pas autrement. À mesure que la productivité et les rendements augmentent chez les agricultrices, les revenus des femmes augmenteront parallèlement à leur indépendance économique. Les agricultrices améliorent l’accès à la nourriture et contribuent aux marchés locaux, afin qu’elles puissent bénéficier à leurs communautés dans leur ensemble en réduisant la faim et la pauvreté.

Les initiatives publiques et privées visant à élever les agricultrices peuvent entraîner des changements monumentaux dans les pays en développement. Le financement et l’éducation aident les femmes à réussir dans l’agriculture, à acquérir une indépendance financière et à améliorer la qualité de vie dans les communautés locales en général.

Cléo Hudson
Photo : Unsplash

*

★★★★★