Les impacts économiques du COVID-19 en Côte d’Ivoire: leçons tirées de l’enquête RECOVR

Par Luciana Debenedetti, Shahana Hirji, Samuel Kembou Nzale, Cyrille Gnalega et Ben Anderson Koffi

Malgré le succès initial de la Côte d’Ivoire à maintenir un nombre de cas relativement stable, les cas de COVID-19 ont quintuplé au cours des deux derniers mois, principalement dans la région du Grand Abidjan. La Côte d’Ivoire est également au milieu de sa saison des pluies et des glissements de terrain et des inondations affectent des zones déjà exposées au COVID-19, aggravant encore la crise. Ces deux défis climatiques et sanitaires risquent de mettre en péril les efforts de reprise économique, pour lesquels les décideurs ont besoin de données opportunes et complètes pour élaborer une réponse globale.

Nous avons travaillé avec nos partenaires clés des ministères de l'Emploi et de la Protection sociale, de l'Organisation internationale du travail et du ministère de l'Éducation pour garantir que l'enquête fournisse des informations utiles aux décideurs politiques répondant aux besoins des citoyens dans les domaines du travail et de l'éducation, en particulier. Dans cet article de blog, nous rapportons les principales conclusions et les points à retenir.1

Une majorité de répondants ne se sentent pas à risque de contracter le COVID-19 et suivent des mesures préventives.

Seuls 41% des répondants ont déclaré qu'ils se sentaient personnellement à risque de contracter le COVID-19. Presque tous disent que c'est parce qu'ils suivent les mesures préventives recommandées – et en fait, 89% déclarent porter un masque en public. 14 pour cent des répondants ont déclaré qu'ils devaient retarder ou sauter un rendez-vous de santé de routine, une majorité de répondants citant les coûts (plutôt que les problèmes de virus) comme raison. Interrogés sur ce qui les inquiète le plus dans la crise, le manque d'argent et de santé sont les principaux facteurs pour les Ivoiriens.

De nombreux répondants sont au chômage et les répondants en Côte d’Ivoire ont connu une baisse particulièrement marquée de l’emploi.

Près de la moitié de l'échantillon de l'enquête a perdu son emploi depuis février: alors que 67% ont déclaré avoir travaillé en février, 20% des personnes employées en février déclarent que leur entreprise est désormais fermée. Parmi les entreprises comptant plus d'un employé, 65% des répondants gagnaient moins et 35% ont vu leurs heures diminuer. Dans la plupart des mesures, les travailleurs sous contrat formel en Côte d’Ivoire réussissent mieux que les travailleurs informels. Le PNUD a publié un rapport sur l’impact du COVID-19 sur le secteur informel en Côte d’Ivoire en mai, avec des recommandations, notamment la création d’un fonds d’appui spécifiquement aux entreprises informelles touchées par la crise et l’appui à la production alimentaire.

Travailleurs avec contrats.png

De nombreux répondants souffrent d'insécurité alimentaire.

En Côte d'Ivoire, les défis économiques semblent conduire à une insécurité alimentaire généralisée: plus de 70 pour cent des répondants ont déclaré avoir épuisé leurs économies pour continuer à acheter de la nourriture, 61 pour cent ont déclaré que la baisse de leurs revenus les avait empêchés d'acheter leur quantité habituelle. , et plus de 40 pour cent ont déclaré avoir réduit la taille de leurs portions ou réduire le nombre de repas qu'ils consommaient. Cette situation est susceptible de s'aggraver avec les pics saisonniers de malnutrition et de paludisme.

Passer du temps sur l'éducation pendant le verrouillage

Les écoles de Côte d'Ivoire ont commencé à rouvrir peu de temps avant le début de l'enquête après avoir été fermées du 16 mars au 25 mai. Alors que les écoles étaient fermées, environ 70 pour cent des enfants passaient du temps à l'école à la maison, et la grande majorité de ces élèves utilisaient des livres pour continue à étudier. Environ 20 pour cent consacraient plus de 10 heures par semaine (ou plus de 2 heures par jour) à l’éducation, tandis qu’une majorité consacrait également du temps aux tâches ménagères. Les ménages les plus riches étaient plus susceptibles de déclarer que les enfants continuaient de passer du temps à l'école à la maison.

L'éducation à la maison
Enfants à l'école primaire

Points à retenir de la politique

Au cours des prochaines semaines, nous continuerons à discuter de ces résultats et de leurs implications politiques avec nos partenaires et déterminerons ensemble les questions à inclure dans la deuxième ronde de l'enquête pour éclairer la prise de décision. Les questions de politique prioritaires comprennent:

  • Comment pouvons-nous nous assurer que les enfants en situation d'insécurité alimentaire ont accès aux services d'alimentation et de santé?
    La combinaison d'une longue période de dénutrition, d'écoles fermées et de soins de santé limités peut être particulièrement dommageable à long terme pour les enfants des ménages les plus pauvres qui ne disposent pas de ressources alternatives pour réaliser ces investissements critiques en capital humain. Dans de nombreux endroits, un solide filet de sécurité sociale basé sur les espèces sera essentiel pour améliorer la sécurité alimentaire. Ailleurs, les fermetures de marchés et d'entreprises peuvent nécessiter une aide alimentaire directe. Des programmes de rations alimentaires axés sur les familles avec de jeunes enfants, ou le rétablissement des programmes d'alimentation scolaire ou de vermifugation avant la reprise de l'enseignement scolaire, pourraient aider à atténuer ces effets négatifs.

  • Comment pouvons-nous soutenir ceux qui ont été les plus touchés économiquement par la pandémie, comme les travailleurs informels et leurs familles?
    Les transferts monétaires ont été efficaces dans de multiples contextes et renforcent la sécurité alimentaire et le bien-être économique général des pauvres. L'argent mobile pourrait être une option de livraison, car la Banque centrale d'Afrique de l'Ouest (BCEAO) propose des mesures plus flexibles pour ouvrir un compte d'argent mobile et rendre les transferts d'argent mobile gratuits. Les gouvernements pourraient envisager l'utilisation de mégadonnées, en tirant parti des enquêtes nationales précédemment collectées, des données sur les téléphones portables et de l'imagerie satellite pour identifier les destinataires. À mesure que les entreprises fermées rouvriront et que les travailleurs indépendants reprendront le travail, il sera également important de veiller à ce que l'accès financier, à la fois pour une utilisation d'urgence et pour l'investissement à long terme, reste suffisamment élevé pour soutenir de nouveaux investissements. Les enquêtes RECOVR suggèrent que les gens manquent des paiements et contractent des prêts risqués pour faire face à des dépenses imprévues, et réduire l'impact négatif à long terme sur l'accès au crédit sera essentiel.

  • L’engagement des parents et des élèves à suivre l’apprentissage à distance est une base encourageante pour la poursuite des investissements nécessaires dans l’éducation, en particulier pour remédier aux pertes potentielles de résultats d’apprentissage.
    Les recherches existantes sur l'efficacité de l'enseignement au bon niveau et une initiative en cours évaluant l'impact des messages texte et audio peuvent être utilisées pour éclairer les stratégies à long terme du ministère de l'Éducation pour renforcer les résultats des élèves.


1. L'enquête RECOVR en Côte d'Ivoire, menée du 6 au 26 juin, a atteint 1 356 répondants, en utilisant un échantillon aléatoire de l'Enquête régionale intégrée sur l'emploi et dans le secteur informel (ERI-ESI 2017).


Luciana Debenedetti est une associée principale temporaire en politiques et communications pour IPA.

Shahana Hirji est Policy Manager pour IPA.

Samuel Kembou Nzale est le responsable de la recherche et le représentant national pour IPA Côte d'Ivoire.

Cyrille Gnalega est le directeur adjoint de la recherche et de l'analyse statistique à la direction générale de l'emploi du ministère de l'Emploi et de la Protection sociale de Côte d'Ivoire.

Ben Anderson Koffi est le conseiller technique de la Direction générale de l'emploi du ministère de l'Emploi et de la Protection sociale de Côte d'Ivoire.

*

★★★★★