Les impacts des vagues de chaleur en Chine

Vagues de chaleur en Chine
Le 12 juillet 2022, des dizaines de villes de l’est et du sud de la Chine ont émis des alertes élevées alors que la température dépassait plus de 107 degrés Fahrenheit. Ces canicules torrides en Chine devraient persister pendant des semaines. Malheureusement, ce n’est pas la première fois que la Chine subit des vagues de chaleur. Depuis 1990, les vagues de chaleur en Chine ont augmenté les taux de mortalité, qui ont atteint 26 800 décès rien qu’en 2019. Ces vagues de chaleur mettent en évidence l’inquiétude croissante suscitée par les phénomènes météorologiques extrêmes, car chaque année, les catastrophes naturelles telles que les inondations sont de plus en plus fréquentes et dangereuses. Dans le sud de la Chine, les inondations ont affecté la vie d’un demi-million de personnes, tuant des centaines de personnes et en déplaçant de nombreuses autres en 2021. En tant que plus grand producteur mondial d’émissions de carbone, les mesures prises par la Chine pour atténuer les risques climatiques jouent un rôle clé dans l’avenir de la planète.

Aléas climatiques en Chine

Au cours des dernières décennies, la Chine a transformé ses terres agricoles en villes, faisant exploser son économie et sortant des millions de personnes de la pauvreté. En 2020, 0% de la population était en dessous du seuil national de pauvreté. Cependant, les progrès économiques rapides de la Chine l’ont amenée à produire plus de gaz à effet de serre que tout autre pays au monde, selon le Council on Foreign Relations (CFR). Les experts ont prédit que ces changements climatiques entraîneraient des phénomènes météorologiques plus extrêmes comme les inondations et les vagues de chaleur, qui s’abattent actuellement sur de nombreuses villes en Chine.

Comme les aléas naturels affectent un tiers des terres agricoles, les habitants des « zones écologiquement fragiles » en Chine sont les plus vulnérables aux aléas climatiques et sont donc plus susceptibles de retomber dans la pauvreté ou d’être frappés par la pauvreté. En raison du manque d’infrastructures et de ressources, il est difficile pour les régions reculées de Chine de s’adapter ou de faire face aux catastrophes. Dans les villes, les aléas climatiques fragilisent le bien-être de la population puisque la pollution de l’air contribue à elle seule à 1,2 million de décès par an.

Impacts des vagues de chaleur sur l’économie

Les récentes vagues de chaleur en Chine ont laissé une importante région manufacturière appelant les entreprises et les ménages à consommer moins d’énergie. Pendant ce temps, les prix du porc augmentent en raison de la crainte de mauvaises récoltes entraînant une hausse de l’inflation à la consommation. Selon la Commission nationale du développement et de la réforme, les prix du porc ont augmenté de 46 % depuis mars et un certain nombre de producteurs d’aliments pour animaux ont averti qu’il y aurait une augmentation des prix du porc, de la volaille et du poisson, a rapporté CNN.

Les vagues de chaleur en Chine ont forcé les entreprises à rationner l’électricité, ce qui pose un défi aux industries manufacturières alors qu’elles continuent de se remettre des fermetures pandémiques. Dans les récentes données sur le PIB publiées par la Chine, la croissance économique attendue pour avril-juin 2022 est passée de 4,8 % à 1 %, selon CNN.

La solution de la Chine

Le président chinois, Xi Jinping, s’est engagé à lutter contre ces conditions météorologiques extrêmes et à en faire une priorité nationale en 2020. Les objectifs de Pékin pour résoudre ce problème incluent l’atteinte de la neutralité carbone d’ici 2060, l’atteinte du pic d’émissions de dioxyde de carbone avant 2030 et l’augmentation de la couverture forestière d’environ 6 milliards de mètres cubes et plus, selon le CFR.

Cependant, ces objectifs ne sont peut-être pas assez ambitieux. Les experts ont souligné que les objectifs ne sont pas alignés sur l’Accord de Paris, car la Chine devrait atteindre le pic d’émissions de carbone d’ici 2025 pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, a rapporté le CFR. De plus, les émissions de carbone ne diminuent pas au rythme nécessaire pour atteindre l’objectif de température idéale de 1,5 degrés Celsius.

Pourtant, la Chine a dépassé la plupart des objectifs qu’elle s’était fixés en 2015. La consommation énergétique de charbon est passée de 70 % à 57 % au cours de la dernière décennie et en 2019, la Chine possédait la moitié des véhicules électriques du monde et 98 % des bus électriques, selon La Conversation. La Chine devient également plus verte plus rapidement que tout autre pays, en grande partie grâce aux programmes forestiers qui aident à réduire l’érosion et la pollution des sols.

Regarder vers l’avant

Alors que les objectifs de la Chine manquent d’ambition et d’un plafond fixe sur les émissions, il y a une chance pour la Chine d’améliorer ses contributions à la lutte contre les vagues de chaleur. La pression monte sur la Chine alors que de nombreux pays, en particulier l’Inde et d’autres pays en développement, ont augmenté leurs promesses et avec la position de la Chine en tant que leader dans le monde en développement, Pékin ferait probablement des cibles plus agressives.

La coopération entre la Chine et d’autres pays est également essentielle dans la lutte contre les conditions météorologiques extrêmes. En 2021, les États-Unis et la Chine ont fait une déclaration conjointe en travaillant ensemble pour lutter contre la crise. La Chine est également disposée à travailler avec le Japon et la Corée du Sud pour résoudre les problèmes environnementaux par le biais de réunions annuelles avec ces pays, a rapporté le CFR.

Les récentes vagues de chaleur en Chine mettent en évidence l’impératif d’intensifier les actions de lutte contre les conditions météorologiques extrêmes. Des objectifs plus ambitieux et des progrès accélérés en Chine signifieraient non seulement protéger la santé et la stabilité économique des citoyens, mais aussi préserver l’avenir du monde.

– Samyukta Gaddam
Photo : Pixabay

*

★★★★★