Catégories
Solidarité et entraide

Les héros de première ligne des droits de l’homme au Brésil

Droits de l'homme au BrésilLes droits de l’homme au Brésil sont attaqués par la propre administration présidentielle du pays. Après avoir fait campagne sur sa fameuse «rhétorique anti-droits de l’homme», le président Jair Bolsonaro transforme maintenant ses paroles en actions concrètes qui affectent des millions de Brésiliens. Les militants brésiliens ne reculent pas, luttant sans relâche pour les droits humains du peuple brésilien.

Préoccupations relatives aux droits de l’homme au Brésil

  • Renforcement de l’impunité de la police pour l’usage de la force illégale
  • Complicité du gouvernement avec la torture dans les centres de détention et démantèlement systématique des programmes de surveillance du gouvernement chargés de prévenir la torture
  • Réductions du financement des programmes de protection de l’environnement, approbation de nouveaux pesticides pour une utilisation sans surveillance appropriée des niveaux de toxicité dans les communautés rurales, minimisation des conséquences de l’exploitation forestière illégale et ignorance des rapports faisant état d’une augmentation du nombre de décès de défenseurs des forêts
  • Droits civils et de propriété des peuples autochtones, des quilombolas, des femmes et des communautés LGBTQI
  • Limiter l’indépendance des agences non gouvernementales et restreindre l’accès aux informations gouvernementales et aux archives publiques

Malgré la vague de changement de politique menaçant les droits de l’homme au Brésil, un mouvement tout aussi puissant se lève pour y faire face; de vraies personnes et organisations dédiées à la lutte pour tous les humains et à leur droit d’exister librement dans un pays pacifique, sain et sûr.

Damião Braga

À 54 ans, Damião Braga est un militant expérimenté. Il est le chef de Pedra do Sal, une communauté de descendants d’esclaves africains à Rio de Janeiro appelée quilombolas. Depuis 30 ans, Braga mène une lutte judiciaire pour la terre dans une partie historique de Rio parce qu’il pense qu’elle devrait appartenir à son peuple dont les ancêtres sont arrivés là comme esclaves.

Cette terre appartient actuellement à l’État et revendiquée par l’Église catholique, deux redoutables opposants. Braga dit que l’octroi des droits de propriété aux quilombolas est une étape essentielle dans la réparation de ces descendants d’esclaves. Parce que les esclaves libérés à Rio n’ont jamais reçu de propriété pour vivre en premier lieu, les forçant à s’installer en marge de la ville qui est devenue connue sous le nom de favelas, beaucoup pensent qu’il est temps que le gouvernement fasse amende honorable.

Il est non seulement important pour les quilombolas de lutter contre le racisme et la marginalisation systématique, mais il est également important pour eux de lutter pour le droit d’avoir leur propre place. Ici, ils peuvent construire un avenir dans un pays où ils ne sont pas arrivés volontairement, mais qu’ils appellent désormais chez eux.

Les gardiens de la forêt

Ce groupe, officiellement créé en 2013, est composé d’environ 120 militants autochtones de la réserve autochtone d’Araribóia. Située dans l’État brésilien de Maranhão, cette réserve est l’une des régions les plus exposées au risque d’abattage illégal. Enhardi par le relâchement des conséquences pour les bûcherons illégaux par l’administration Bolsonaro, la violence augmente et la population locale prend les choses en main.

Au début, la plupart du travail du groupe consistait à détruire les camps de bûcherons illégaux, en utilisant des tactiques de guérilla pour les faire se sentir importuns. Les Gardiens travaillent maintenant à la mise en place d’une ONG et d’un site Web afin de sensibiliser et de faire des dons pour aider à financer une résistance plus organisée.

C’est en effet un travail dangereux. En 2019, le Conseil missionnaire autochtone a publié un rapport indiquant que la violence contre les peuples autochtones d’Amazonie avait augmenté de 23% de 2017 à 2018, soit un total de 135 personnes assassinées rien qu’en 2018. Ainsi, les Gardiens prennent ce travail très au sérieux. La plupart d’entre eux sont des Guajajara, les peuples autochtones de la région, par conséquent, ils considèrent comme un devoir sacré de protéger la terre sur laquelle ils vivent depuis des siècles. «Nous continuerons de faire face aux torts commis par le système de justice brésilien contre la vie des Brésiliens.»

Marielle Franco

Né dans une famille très pauvre qui a immigré à Rio, Franco a grandi dans la favela Maré. Parce qu’elle a été exposée à l’injustice de la brutalité policière à un jeune âge, les expériences de Franco ont alimenté sa carrière politique.

En 2016, elle est devenue conseillère du Parti Socialisme et Liberté, s’engageant officiellement dans la lutte pour les droits humains au Brésil. Elle a travaillé dur à ce poste pour améliorer la situation des femmes et des personnes vivant dans les favelas.

La conseillère a proposé 16 projets de loi, mais seulement deux ont été approuvés de son vivant. Cinq autres passeraient après sa mort, un petit réconfort pour ceux qui la considéraient comme une dirigeante.

En mars 2018, un homme désormais inculpé a tiré sur la conseillère de Rio, âgée de 38 ans, lors d’un assassinat présumé. Maintenant, après sa mort, sa vie est célébrée par des partisans portant des chemises sur lesquelles on peut lire «Combattez comme Marielle» et son nom est l’inspiration et la force dont les gens ont besoin pour continuer à se battre pour leurs droits.

Activisme inspirant au Brésil

Le danger de ces militants et de milliers d’autres luttant pour les droits de l’homme au Brésil est tangible et constant. Ainsi, le courage de continuer ce travail même face à un si grand risque montre au monde son engagement à se dresser contre un gouvernement autoritaire.

Kari Millstein
Photo: Flickr

*