Les femmes surmontent la fistule obstétricale au Népal

Fistule obstétricale au Népal
De nombreuses femmes au Népal sont évitées pour la fistule obstétricale, même si ce sont des trous complètement évitables dans le canal génital. Une femme, Dhani Devi Mukhiya, se souvient de ce que les villageois de sa communauté lui ont dit. Ils ont dit que c'était une «punition pour un péché» qu'elle avait commis dans une vie antérieure. Ses proches l'ont ignorée en public et son mari a menacé de prendre une nouvelle épouse. Malheureusement, c'est l'histoire de nombreuses femmes qui souffrent de fistule obstétricale au Népal, en particulier dans les zones rurales. Leurs communautés et leurs familles les évitent. Cependant, une campagne s'efforce de leur redonner la vie qui leur a été enlevée en conséquence.

Qu'est-ce qu'une fistule obstétricale?

Une fistule obstétricale est un petit trou dans le canal génital qui conduit à l'incontinence. La blessure résulte souvent de complications de l'accouchement, avec une fréquence élevée dans les grossesses chez les adolescentes. S'il n'est pas traité, le trou peut provoquer une infection, une douleur et une dépression résultant d'un évitement sévère et d'un isolement social. La fistule obstétricale au Népal est courante en raison des taux élevés de mariages d'enfants, de la pauvreté et du manque d'accès aux soins. La géographie montagneuse et les conditions de voyage difficiles empêchent de nombreuses personnes de bénéficier des services de santé dont elles ont besoin, car il est difficile de se rendre à l'hôpital. plus de 2 millions de femmes marginalisées à travers le monde souffrent de cette complication. Ces femmes comprennent les enfants mariées, celles qui n'ont pas accès à l'argent et celles qui n'ont pas accès aux services maternels.

Est-ce évitable et traitable?

La fistule obstétricale a été pratiquement éliminée dans les pays industrialisés en raison de leur facilité de prévention et de traitement grâce à l'accès aux soins maternels. Le principal problème est que les femmes népalaises manquent encore d'informations et de services en matière de santé sexuelle et reproductive. Pour cette raison, 4 300 femmes vivent avec une fistule obstétricale au Népal et il y a 200 à 400 nouveaux cas chaque année. Cette statistique peut même ne pas être exacte; la fistule obstétricale au Népal n'est souvent pas signalée en raison de sa forte stigmatisation.

Les bonnes nouvelles sur le problème

C'est la bonne nouvelle: la Campagne pour éliminer les fistules travaille activement pour redonner la vie à ces femmes. Créé en 2010, ce programme, soutenu par le FNUAP (Fonds des Nations Unies pour la population), assure la chirurgie et les soins postopératoires aux femmes des régions rurales du Népal. Les chirurgies ont lieu au B.P. Institut des sciences de la santé de Koirala, le seul hôpital public de haute technologie de la région. Maintenant, c'est un centre de formation sur la fistule obstétricale.

Pour ces femmes, la chirurgie proposée n'est pas seulement une chirurgie. C'est une vie sans douleur, une vie sans stigmatisation et une vie sans isolement; c'était comme «sortir de prison» pour Mme Rajdhobi. Le programme a abouti à la réalisation de 487 chirurgies depuis 2012, et le problème est de plus en plus connu. Grâce aux efforts de la Campagne pour mettre fin à la fistule, le 23 mai est désormais célébré comme la Journée internationale pour mettre fin à la fistule obstétricale au Népal. La Campagne, en collaboration avec l'UNFPA, a aidé le monde à reconnaître la fistule obstétricale comme un problème de santé publique et a permis de nombreux programmes de plaidoyer. Il faudra du temps pour mettre fin à la stigmatisation entourant la fistule obstétricale, mais de grands progrès ont été accomplis.

Prix ​​de Fiona
Photo: Flickr

*

★★★★★