Les femmes sont le visage du mouvement des agriculteurs en Inde

mouvement des agricultrices en IndeL’Inde connaît l’un des mouvements de protestation les plus importants et les plus durables de l’histoire du monde. Il y a eu des manifestations continues pendant environ sept mois, principalement à New Delhi, la capitale. Des centaines de milliers de manifestants se sont rassemblés pour soutenir le mouvement, dans lequel les agriculteurs demandent l’abrogation de trois lois agricoles adoptées par le gouvernement indien en septembre 2020. Des femmes, dont beaucoup d’agricultrices, mènent ces manifestations.

Les lois agricoles

Les trois lois adoptées sont connues sous le nom de lois agricoles. Ils permettent la privatisation des marchés agricoles. Alors que le gouvernement a déclaré que les lois agricoles « donneraient un accès élargi au marché et offriraient une plus grande flexibilité aux agriculteurs », les manifestants affirment que les lois pousseront les petits agriculteurs dans la pauvreté en réduisant les prix des produits et en favorisant les grandes entreprises.

Le rôle des femmes dans l’agriculture

Les femmes occupent une place importante dans la scène de protestation du mouvement des agriculteurs pour de multiples raisons. Les lois peuvent affecter à la fois leur travail en tant qu’agriculteurs et leur vie de famille en tant que conjoints d’agriculteurs. Selon le Conseil national indien de recherche économique appliquée, les femmes représentent plus de 42 % de la main-d’œuvre agricole indienne, mais ne possèdent que 2 % des terres agricoles.

En 2019, plus de 10 000 travailleurs du secteur agricole en Inde se sont suicidés, en partie à cause de difficultés financières. Les femmes veuves devaient subvenir à leurs propres besoins et étaient souvent incapables d’obtenir des droits sur les terres agricoles de leurs maris en raison de traditions d’héritage sexistes.

Le rôle des femmes dans les manifestations

Les protestations des agriculteurs et le rôle des femmes dans celles-ci ont suscité des réactions mitigées de la part du public et du gouvernement. SA Bobde, le juge en chef de l’Inde, a demandé : « Pourquoi les femmes et les personnes âgées sont-elles maintenues dans la manifestation ? » Bobde a demandé aux militants d’encourager les femmes à cesser de se présenter sur les sites de protestation. Cependant, les femmes ont répondu à ses remarques en criant « non » dans les microphones et en continuant à protester.

Jasbir Kaur, un agriculteur de 74 ans, a déclaré à Time Magazine : « Pourquoi devrions-nous revenir en arrière ? Ce n’est pas seulement la protestation des hommes. Nous travaillons dans les champs aux côtés des hommes. Qui sommes-nous, sinon agriculteurs ? » La veille de Noël, la manifestante Amra Ram, vice-présidente de All India Kisan Sabha, a reconnu le travail et l’importance des femmes dans le mouvement des agriculteurs en Inde. eux », a-t-il déclaré.

Réponse globale

Malgré la consternation du gouvernement envers les manifestants, il existe un soutien pour le mouvement des agriculteurs indiens à travers le monde. Des manifestations de solidarité ont eu lieu en Grande-Bretagne, aux États-Unis et au Canada. En outre, des femmes célébrités telles que la chanteuse Rihanna, la militante pour le climat Greta Thunberg et l’auteur Meena Harris ont utilisé leurs plateformes Twitter pour se montrer solidaires des militantes indiennes.

« Nous devrions TOUS être indignés par les coupures d’Internet en Inde et la violence paramilitaire contre les agriculteurs manifestants », a tweeté Harris en février.

Le ministère indien des Affaires étrangères a accusé les célébrités étrangères d’être dangereusement « sensationnelles » après le tweet de Rihanna disant « pourquoi ne parlons-nous pas de cela ?! #FarmersProtest » a accru la colère envers les représentants du gouvernement indien.

Histoire des femmes dans les manifestations

Une forte présence féminine n’est pas nouvelle dans les scènes de protestation indiennes. Dans les années 1960 et 1970, des militantes se sont élevées contre la violence sexiste et l’exploitation économique des femmes. Leurs efforts ont attiré l’attention des Nations Unies, qui ont appelé à une réévaluation des conditions sociales des femmes en Inde. Cela a conduit à la fondation du Comité pour le statut de la femme en Inde (CSWI) en 1974.

Plus récemment, en 2012, les manifestations qui ont suivi le viol collectif de Jyoti Pandey ont exigé une réforme de la sécurité publique pour les femmes. L’Inde a adopté la Criminal Law Amendment Act en 2013 pour répondre aux préoccupations concernant les violences sexuelles.

En Inde, les femmes manifestantes ont toujours insisté pour exiger des réformes. Les femmes propulsent le mouvement des agriculteurs en Inde, l’une des plus grandes manifestations de l’histoire. Cependant, le gouvernement indien n’a pas encore abrogé les lois agricoles comme le demandent les manifestants.

– Sarah Eichstadt
Photo : Flickr

*

★★★★★