Les femmes érythréennes luttent contre la pauvreté liée au genre

Les femmes érythréennes luttent contre la pauvreté liée au genreLa guerre d'indépendance de l'Érythrée a supervisé une libération sur deux fronts. Le premier était une divergence par rapport à la domination coloniale éthiopienne et la création d'une Érythrée libre. Le deuxième est l’émancipation des femmes de la subordination culturellement ancrée et le développement d’un État semi-féministe. Le mouvement des femmes a débuté parallèlement à la guerre d’indépendance de l’Érythrée en 1961. Il a rapidement gagné en soutien et en traction. Le mouvement a permis aux femmes la liberté qu'elles n'avaient pas avant la révolution. Cependant, alors que l’État se concentrait sur une restructuration des processus administratifs, le mouvement des femmes a perdu de sa vigueur et de son soutien. Maintenant, les femmes érythréennes luttent contre la pauvreté liée au genre. Ils luttent contre des problèmes tels que la malnutrition, l'épidémie panafricaine de sida et l'accès limité aux ressources éducatives et sanitaires.

Pauvreté et Érythrée

Selon l'Organisation mondiale de la santé, 53% des Érythréens vivent en dessous du seuil de pauvreté. Des recherches supplémentaires menées par l'UNICEF ont indiqué que les ménages dirigés par des femmes en Érythrée étaient généralement les plus pauvres. De nombreuses traditions de longue date de la société érythréenne, antérieures à la guerre civile, sont à l'origine de cette disparité de revenus entre les ménages dirigés par des hommes et des femmes. Un exemple de ces normes de genre est le fait que les femmes érythréennes n'étaient pas autorisées à posséder des biens; cela a souvent conduit au chômage et, par conséquent, à un revenu plus faible. Ces attentes dépassées entraînent de grandes difficultés pour les ex-combattantes à se réadapter aux normes culturelles sexospécifiques.

Union nationale des femmes érythréennes (NUEW)

La pauvreté a durement frappé les femmes d'Erythrée, mais cela ne les a pas empêchées de se battre. L'Union nationale des femmes érythréennes (NUEW) est une réponse directe au mouvement féministe né de la guerre de libération.

En tant qu'organisation, la NUEW travaille avec des communautés de femmes, y compris des combattantes démobilisées. L'organisation sort les femmes de la pauvreté grâce à une combinaison de programmes d'alphabétisation, de formation professionnelle, d'activités génératrices de revenus et de programmes de microcrédit. En outre, une autre grande partie de la mission de la NUEW consiste à promouvoir la participation des femmes au gouvernement local et national. En travaillant en étroite collaboration avec le gouvernement de l'État d'Érythrée (GSE), la NUEW a obtenu 30% des postes élus de femmes. Après un plaidoyer supplémentaire, le NUEW travaille avec le GSE pour augmenter ce nombre. Le NUEW a fourni plus que de simples programmes de secours aux femmes vivant dans la pauvreté; il a créé un espace où les femmes ont pu faire entendre leur voix.

Si les femmes érythréennes ont dû surmonter de nombreux obstacles en Érythrée après l'indépendance, elles ne l'ont pas fait seules. Les femmes érythréennes luttent contre la pauvreté sexiste. Le NUEW fournit un service inestimable aux femmes érythréennes à travers des programmes de plaidoyer, d'éducation et de secours. Aujourd'hui, la NUEW œuvre pour l'émancipation totale des femmes et poursuit ses efforts pour élever son pays d'une femme à la fois.

Elizabeth Price

Photo: Flickr

*

★★★★★