Les droits des femmes à Malte : un élan pour le pouvoir politique

Droits des femmes à Malte
Malte – le plus petit pays de l’UE par sa superficie – est difficile à repérer sur une carte, mais ses militantes des droits des femmes sont robustes. Malte est le pays le plus densément peuplé de l’UE et affiche l’un des taux de participation aux élections libres les plus élevés au monde. Les plus de 440 000 habitants de l’île ont une longue histoire de plaidoyer pour le changement dans les rues, derrière les bureaux et aux urnes. Au cours des dernières décennies, les femmes et leurs alliés masculins se sont concentrés sur la progression des droits des femmes à Malte.

Définir les droits des femmes à l’échelle mondiale

Les droits des femmes sont différents dans chaque pays. Cependant, en général, ce sont les droits qui visent à promouvoir l’équité et l’égalité juridiques et sociales de tous les genres. Dans le cadre de son engagement à faire progresser l’égalité des sexes dans le monde en utilisant la politique étrangère, le Département d’État américain a identifié quatre priorités politiques clés pour l’autonomisation des femmes à travers le monde : la paix et la sécurité, l’autonomisation économique, la violence sexiste et les adolescentes.

Les femmes au gouvernement

Les femmes maltaises ont remporté un nombre croissant de sièges au Parlement et au Cabinet au fil des ans, mais parvenir à la paix et à la sécurité est encore loin. En 2014, les femmes à Malte ne représentaient que 13 % du Parlement, la plus faible proportion de femmes dans un parlement national européen. C’est loin de la représentation souhaitée par les défenseurs des droits des femmes à Malte, mais c’est une petite amélioration.

Les femmes se présentent aux sièges du gouvernement à Malte depuis 70 ans, mais leur taux de réussite aux élections – même avec ses variations – est resté faible. La plus grande faiblesse du pays dans son score de l’indice d’égalité des sexes 2021 était le genre en politique. Mais, sa forte économie, ses soins de santé et sa main-d’œuvre ont finalement valu au pays un score de 65 sur 100, soit seulement trois points en dessous de l’UE.

Économie

Au cours de la dernière décennie, Malte a donné la priorité à l’autonomisation des femmes dans l’économie. Le pays s’est classé 84e dans l’indice mondial de l’écart entre les sexes de l’année dernière, bondissant de six classements par rapport à l’année précédente. Cependant, les femmes du pays sont toujours chargées de grandes quantités de travail domestique non rémunéré, ce qui creuse l’écart économique entre les sexes et a contribué à ce que 45 % des femmes travaillent à temps plein contre 67 % des hommes en 2021. Selon ONU Femmes, les femmes et les filles ont passé 18,8 % de leur temps à effectuer un travail non rémunéré en 2021, contre 7 % pour les hommes et près de deux fois plus de femmes sont en situation d’insécurité alimentaire sévère.

Violence domestique

Avec des taux croissants, les défenseurs des droits des femmes considèrent la violence domestique comme une crise de violence sexiste sur l’île. Selon la Base de données mondiale sur la violence à l’égard des femmes de 2014, 15 % des femmes ont subi des violences de la part d’un partenaire intime au cours de leur vie et 4 % ont subi des violences au cours de l’année écoulée. Partout dans le monde, les taux de violence domestique contre les femmes ont grimpé en flèche pendant la pandémie de COVID-19. Malte n’a pas collecté de données concrètes sur la violence sexiste depuis 2014 et les responsables gouvernementaux craignent que le pays ne soit confronté à des taux relativement élevés.

Taux de natalité

Malte a un taux de natalité chez les adolescentes élevé. Selon la Banque mondiale, environ 12 adolescentes ont accouché pour 1 000 – le taux de natalité chez les adolescentes le plus élevé d’Europe du Sud. Les adolescentes avec des nouveau-nés éprouvent d’immenses difficultés à poursuivre leurs études et à trouver un emploi. Cependant, le gouvernement maltais et les femmes leaders politiques ont essayé de combattre ces obstacles. En 2013, le pays a présenté le Manifeste électoral du gouvernement, qui promettait le programme de garde d’enfants gratuit. Le programme offre des services de garde d’enfants payés par le gouvernement aux parents poursuivant un emploi ou des études.

L’histoire politique du mouvement

Depuis les premières élections du pays en 1947, les femmes se sont battues avec acharnement pour obtenir des sièges au gouvernement afin de pouvoir faire avancer les politiques et les lois qui promeuvent les droits des femmes à Malte. En 2021, le Parlement de Malte a promulgué un mécanisme d’équilibre entre les sexes qui ajoute plus de sièges à la Chambre si un sexe remporte moins de 40 % des sièges. En 2014, les femmes au gouvernement ont également obtenu des services de garde d’enfants payés par l’État et actuellement, toutes les femmes enceintes reçoivent des prestations en espèces.

Regarder vers l’avant

Actuellement, les pères mariés de nouveau-nés n’ont droit qu’à un jour de congé parental à Malte. Ce sont surtout les jeunes hommes et les nouveaux pères qui plaident pour un congé parental afin de pouvoir aider les mères à effectuer des travaux domestiques non rémunérés à la maison. Cela pourrait à terme réduire l’écart entre les sexes et renforcer les droits des femmes à Malte. Avec une pétition pour mettre en œuvre le congé de paternité et parental actuellement en instance au Parlement, la question devrait gagner en popularité dans les années à venir.

La principale organisation non gouvernementale dédiée à la promotion des droits des femmes à Malte est la Women’s Rights Foundation. En fournissant l’une des premières lignes d’assistance aux femmes et aux victimes de violence sexiste, l’organisation est en mesure d’informer, d’éduquer et d’autonomiser les femmes concernant leurs droits légaux. Le groupe plaide également en faveur de réformes politiques et législatives qui protègent les droits des femmes et mettent fin à toute violence à l’égard des femmes et des filles. L’organisation a déposé à plusieurs reprises des lettres judiciaires au nom de centaines de femmes dans le but d’apporter des changements juridiques et politiques sur l’île.

Il existe peu ou pas de données sur la violence à l’égard des femmes dans le pays, mais ces chiffres sont vitaux pour les droits des femmes à Malte. En 2020, l’ONU disposait de moins de la moitié des données sur les femmes par rapport à la quantité qu’elle considère comme essentielle pour combler les écarts entre les sexes dans le pays. L’ONU, l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes et d’autres organisations font de la collecte de données à Malte une priorité pour faire avancer les droits des femmes.

–Delaney Murray
Photo : Flickr

*

★★★★★