Les députés conservateurs contre les réductions de l’aide étrangère britannique

Réduction de l'aide étrangère au Royaume-UniLe 13 juillet 2021, le gouvernement britannique a voté en faveur d’une réduction de 4 milliards de livres sterling (5,5 milliards de dollars) de son budget d’aide étrangère dans le but de se remettre de la dette imposée par sa réponse Covid-19. Cela a fait passer le budget de 0,7% du PIB à 0,5%. Le Parlement a voté en faveur de la mesure, avec 333 pour et 298 contre. Parmi ceux qui ont voté contre les réductions de l’aide étrangère britannique figuraient 25 députés du parti conservateur au pouvoir. Étonnamment, il s’agit d’un nombre inhabituellement élevé pour un gouvernement qui stigmatise le vote contre la ligne du parti. Parmi ceux qui ont voté contre figuraient l’ancienne Première ministre Theresa May et les anciens ministres Jeremy Hunt et David Davis.

Rébellion d’arrière-ban

Avant le vote, un groupe beaucoup plus important de députés conservateurs prévoyait de se rebeller contre la ligne du gouvernement. Cependant, le chancelier de l’Échiquier Rishi Sunak a persuadé de nombreuses personnes de voter en faveur de la mesure. Il leur a assuré que les coupes ne seraient que temporaires jusqu’à ce que les finances publiques du pays soient plus saines après Covid-19. Cependant, les experts prédisent qu’il faudra des années avant que le budget national n’atteigne des niveaux « sains ».

La réponse

De nombreux membres de l’opposition pensent que les réductions de l’aide étrangère britannique affecteront négativement des milliers de vies, prédisant 100 000 décès possibles et des millions de personnes souffrant de malnutrition.

Même les anciens premiers ministres conservateurs s’y sont opposés. David Cameron, dont le gouvernement a adopté la promesse de 0,07 %, a qualifié de « grave erreur » de saper la promesse britannique de 2013. Sir John Major s’est demandé pourquoi le gouvernement pouvait se permettre « un » yacht national « que personne ne veut ou n’a besoin » tout en affirmant la nécessité de réduire l’aide aux « personnes les plus misérables et les plus démunies du monde ».

Les bénéficiaires de longue date de l’aide étrangère sont également consternés par les répercussions probables de cette décision. Après la récente résurgence des talibans en Afghanistan, des ONG telles que Afghanaid craignent que la réduction de l’aide ne fasse qu’exacerber la grande instabilité dans la région, les difficultés touchant principalement les membres les plus pauvres de la population.

Les ONG entrent dans la brèche

Les ONG et les organisations d’aide ont réagi de différentes manières. La Fondation Bill et Melinda Gates a promis 93,5 millions de livres sterling (192,6 millions de dollars) pour aider à couvrir les coûts annulés par le gouvernement britannique.

D’autres organisations telles que la Children’s Investment Fund Foundation, la Fondation ELMA et les Open Society Foundations ont promis des fonds similaires pour compenser les coupes. Plus précisément, un certain nombre de traitements vitaux ne seront pas financés sans que ces organisations ne compensent les réductions de l’aide étrangère britannique.

Plusieurs ONG ont également demandé à la dernière minute au ministère des Affaires étrangères d’arrêter les coupes dans l’aide. Le Comité pour le développement international (IDC), aidé par les principaux experts de l’aide étrangère, a publié une enquête sur les résultats des coupes. Cette enquête prédit que le gouvernement britannique se détournera des zones gravement touchées par la guerre comme la Syrie et le Yémen. Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), une organisation qui reçoit 5% de son financement du Royaume-Uni et travaille dans des endroits comme la Syrie et le Yémen, est également concerné. Il avertit qu’« il est plus important que jamais que l’aide britannique atteigne ceux qui sont les plus vulnérables, conformément aux principes humanitaires », plutôt qu’aux « intérêts politiques ou économiques ».

Tout n’est pas perdu

Malgré les dommages monumentaux prévus à la suite des réductions de l’aide étrangère britannique, la réponse mondiale des philanthropes et des organisations d’aide est très encourageante. Espérons que leur volonté d’aller de l’avant réparera certains des dommages et encouragera les autres à faire de même.

– Auguste Bambridge-Sutton

Photo : Wikimédia

*

★★★★★