L’engagement de l’UNICEF à aider les enfants pendant la COVID-19

L'engagement de l'UNICEF pour aider les enfants La pandémie de COVID-19 a entraîné des impacts physiques, sociaux et économiques qui se sont fait sentir dans le monde entier. Les pays en développement, en particulier, sont plus vulnérables aux effets du COVID-19. De plus, les femmes et les enfants sont touchés de manière disproportionnée par les impacts de la COVID-19. En septembre 2020, l’UNICEF a appelé la communauté internationale à prendre des mesures « pour éviter que cette crise sanitaire ne se transforme en crise des droits de l’enfant ». L’engagement de l’UNICEF à aider les enfants pendant la pandémie de COVID-19 cible 192 pays vulnérables.

L’impact du COVID-19 sur la santé des enfants

Les enfants ne sont pas aussi vulnérables aux impacts physiques directs de COVID-19, mais néanmoins, les enfants du monde entier souffrent des impacts indirects de COVID-19. La BBC rapporte qu’en Asie du Sud, la perturbation des services essentiels tels que les programmes de nutrition et de vaccination a entraîné 228 000 décès d’enfants de moins de 5 ans. Pendant COVID-19, «le nombre d’enfants traités pour malnutrition sévère a chuté de plus de 80 % au Bangladesh et au Népal.

De plus, « la vaccination chez les enfants a chuté de 35 % et 65 % respectivement en Inde et au Pakistan ». En 2020, dans tous les pays d’Asie du Sud, l’Inde a connu la plus forte augmentation de la mortalité infantile avec 15,4%. Le virus COVID-19 a brutalement interrompu de nombreux programmes et services essentiels qui ont contribué à protéger la vie des enfants vulnérables dans les pays en développement.

La perturbation des services de santé a également affecté les adolescents luttant contre des maladies telles que la typhoïde, le paludisme, le VIH/sida et la tuberculose. La BBC rapporte près de 6 000 décès en Asie du Sud dus à l’impossibilité d’accéder au traitement requis. L’insuffisance des services médicaux a également entraîné 400 000 grossesses non désirées chez les adolescentes en raison d’un accès insuffisant à la contraception.

Travail des enfants et mariage des enfants

La pandémie de COVID -19 a entraîné un chômage généralisé et une réduction des revenus des ménages, provoquant une augmentation des cas de travail des enfants, rapporte Human Rights Watch. Les décès de parents résultant de COVID-19 laissent les enfants orphelins, incapables de répondre à leurs besoins fondamentaux. L’UNICEF avertit la communauté internationale que « les fermetures d’écoles, le stress économique, les interruptions de service, les grossesses et les décès de parents dus à la pandémie exposent les filles les plus vulnérables à un risque accru de mariage d’enfants ». L’organisation estime que 10 millions de filles supplémentaires sont désormais à risque de mariage d’enfants en raison des impacts de COVID-19.

Les impacts des fermetures d’écoles

Au plus fort de COVID-19 en 2020, 91% de tous les élèves dans plus de 188 pays n’ont pas pu recevoir d’éducation en raison de la fermeture des écoles. Les fermetures d’écoles privent les enfants « d’opportunités d’apprentissage physique, de soutien social et émotionnel disponible dans les écoles et de services supplémentaires tels que les repas scolaires ». Les enfants issus de milieux défavorisés sont confrontés à plus d’obstacles que les enfants issus de familles plus aisées. Ce sont ces enfants vulnérables qui risquent de perdre le plus en termes de progrès scolaire.

L’engagement de l’UNICEF

L’UNICEF s’est engagé à travailler aux côtés des « gouvernements, autorités et partenaires mondiaux de la santé » pour garantir que les médicaments, vaccins, ressources nutritionnelles et autres fournitures vitales parviennent aux personnes les plus vulnérables. L’UNICEF donne la priorité à la réouverture sûre des écoles, en veillant à ce que tous les protocoles de sécurité soient en place. Là où les écoles ne peuvent pas rouvrir, l’UNICEF s’efforce de développer des « solutions éducatives innovantes » et de fournir un soutien à l’apprentissage à distance.

Étant donné que le manque de connectivité Internet et d’électricité constitue un obstacle à l’apprentissage en ligne dans les communautés appauvries, l’UNICEF s’est engagé à « combler la fracture numérique et apporter la connectivité Internet à 3,5 milliards d’enfants et de jeunes d’ici 2030 ». L’UNICEF travaille également avec les gouvernements et les partenaires pour s’assurer que les droits des enfants constituent un élément central des plans de réponse à la COVID-19.

Alors que la pandémie se poursuit, l’avenir est encore incertain. Au cours d’une crise mondiale sans précédent, l’engagement de l’UNICEF à aider les enfants pendant COVID-19 montre son engagement continu à défendre les droits des enfants dans le monde.

-Jessica Barile
Photo : Flickr

*

★★★★★