Le virus de Marburg en Afrique de l’Ouest

Virus de Marburg en Afrique de l'Ouest
L’Afrique est un continent composé de maladies et de maladies qui affectent la vie de nombreuses personnes. Des exemples notables de ces maladies incluent le VIH, le paludisme, Ebola et même COVID-19, qui ont un impact sur la vie de nombreuses communautés appauvries d’Afrique. Maintenant, un récent rapport sur le virus de Marburg en Afrique de l’Ouest commence à susciter des inquiétudes et les responsables de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se démènent pour remédier à la situation avant qu’elle ne s’intensifie.

L’arrière-plan

En août 2021, des responsables de la santé guinéens ont confirmé le premier cas de maladie à virus de Marburg chez un homme ouest-africain décédé. Le patient, qui a commencé à développer la maladie fin juillet 2021, s’est rendu dans une clinique locale pour se faire soigner, où il présentait une forte fièvre, des douleurs abdominales et des saignements externes autour des dents. L’homme est décédé moins de deux semaines plus tard dans la ville de Guéckédou au sud de la Guinée, qui se trouve dans la même région où le virus Ebola a éclaté en 2014 et 2021.

Qu’est-ce que le virus de Marburg ?

Marburg est un type de virus qui vient de la même famille qu’Ebola et provoque une fièvre hémorragique chez l’individu qui la contracte. Toute personne infectée est sujette à une hémorragie interne, qui affecte les vaisseaux, les organes et la capacité du corps à s’autoréguler. En raison de la gravité des dégâts, la maladie à virus de Marburg est extrêmement dangereuse avec un taux de mortalité moyen d’environ 50 %. Lors d’épidémies passées, les taux de mortalité ont atteint jusqu’à 88 %. La dernière présence notée du virus remonte à 2008, la dernière épidémie majeure ayant eu lieu en 2005 en Angola.

Bien que Marburg ait le potentiel d’être très mortel, les virus qui causent la fièvre hémorragique sont rares et sont généralement limités aux zones avec des animaux spécifiques qui hébergent les virus. En 2020, les Centers for Disease Control and Prevention ont découvert que les chauves-souris frugivores sont porteuses du virus, ce qui signifie qu’un humain ne peut être infecté que par une exposition prolongée dans des grottes ou des habitats similaires. Cependant, une fois que le virus infecte une personne, le virus de Marburg est facilement transmissible par contact direct avec une autre personne. Le délai dans lequel une personne commencera à présenter des symptômes peut se situer entre deux et 21 jours après l’infection. peut se propager.

Que font les responsables de la santé ?

En raison de la crainte que le virus de Marburg ne déclenche une épidémie en Afrique de l’Ouest, l’OMS prend des précautions pour s’assurer que le virus ne se propage pas beaucoup plus loin. Depuis la découverte, la Guinée a tenté de suivre toute personne ayant interagi avec le patient. Le pays surveille au moins 172 personnes, leur ordonnant de mettre en quarantaine pour empêcher la transmission. L’OMS a également dépêché une équipe composée d’experts en épidémiologie et en socio-anthropologie, qui se trouvent maintenant sur le site du virus et aident à l’enquête sur les cas de virus de Marburg. Des efforts sont également déployés pour améliorer la surveillance transfrontalière. Étant donné que Guéckédou est relativement proche de la Sierra Leone et du Libéria, l’OMS travaille avec les autorités pour s’assurer que le virus ne se propage pas en dehors de la Guinée.

Maladie et pauvreté

Dans l’état actuel des choses, il n’existe aucun remède connu contre la maladie à virus de Marburg, bien que des remèdes soient en cours de développement. À l’heure actuelle, la meilleure façon de traiter une personne infectée par le virus de Marburg est de recourir à des soins de soutien et à une réhydratation. Cela réduira la probabilité que la maladie devienne mortelle. Cela dit, cette situation actuelle en Guinée en dit long sur le système de santé en Afrique et les vulnérabilités spécifiques de l’Afrique.

L’Afrique est le continent le plus sujet aux maladies au monde, mais la plupart de ses habitants n’ont pas accès à un traitement qui aidera à se protéger contre ces virus. En Guinée, qui abrite 13 millions de personnes, même pas 4% de la population du pays a reçu une vaccination complète contre le COVID-19. Si les populations d’Afrique de l’Ouest ont un accès limité à un vaccin COVID-19 distribué dans le monde entier, la probabilité qu’elles obtiennent facilement un traitement contre une maladie comme Marburg ou Ebola est faible. Pour ces raisons, les autorités doivent donner la priorité à la lutte contre les inégalités en matière de santé et à l’amélioration de l’accès aux soins de santé dans les régions en développement telles que l’Afrique.

– Eshaan Gandhi
Photo : Wikimedia Commons

*

★★★★★