Le virage médiatique sur la pauvreté et ses implications

Changement de média
Il y a un conte classique dans le journalisme à propos d’une journaliste qui demande à son rédacteur pourquoi leur journal n’a pas publié plus d’articles sur la pauvreté nationale ou mondiale. Réponse de son rédacteur en chef: «Personne ne veut entendre une autre histoire sur la façon dont les pauvres vont mourir en Afrique. C'est déprimant." Des opinions comme celles-ci sont communes à presque toutes les organisations de médias depuis longtemps. Aujourd'hui, cependant, un changement se produit dans le journalisme de la pauvreté; ce changement est crucial pour attirer l'attention sur la question importante de l'extrême pauvreté.

Le problème de la méthodologie des médias traditionnels

Avant ce changement médiatique, toute focalisation sur la pauvreté était dans sa pire forme. Bien sûr, c'est pratique: les organes de presse ont besoin que le public voie à quoi ressemble la pauvreté, et ils sont plus susceptibles de prêter attention à un reportage radical. Cependant, le problème avec la seule mise en évidence de la dépression et du désespoir de l'extrême pauvreté est que ces émotions deviennent les seuls messages représentés dans les représentations médiatiques du sous-développement. Il ne donne pas au public ou aux individus influents une chance de se connecter à ceux qui en ont besoin. Il sert simplement de rapport épisodique sur une tragédie étrangère.

En outre, un afflux de ces types de rapports devient finalement peu attrayant pour le public. Ils ne veulent pas voir une autre situation pour laquelle ils ne peuvent rien faire. Pourquoi les gens devraient-ils se soucier d’un village asiatique qu’ils n’ont jamais vu ou entendu parler et sur lequel ils n’ont aucune influence? Avant le changement des médias, la pauvreté semblait être un problème perpétuel qui n'avait rien à voir avec le public.

L’effet des médias traditionnels sur les réactions du public aux rapports sur la pauvreté est évident; selon les rapports, moins de 1% des articles de 52 grands médias traitaient de la pauvreté en raison de la baisse d'intérêt et des dons des téléspectateurs. Les journalistes et les organisations de médias ont réalisé qu'il fallait changer la représentation médiatique de la pauvreté si elle voulait obtenir sa juste part sous les feux de la rampe.

Le passage

Alors, qu'est-ce qui change dans les médias et comment contribue-t-il à ramener l'attention sur la pauvreté? La réponse: la connexion. Éviter les messages déprimants en faveur de l'espoir et du progrès crée un lien entre le public et les pauvres. Ce changement médiatique crée une nouvelle ère d'observation et de compréhension de la pauvreté. Selon Jurg Meyer, le problème avec les médias traditionnels et leurs représentations de la pauvreté était qu'ils créaient des caricatures des moins fortunés, conduisant à la peur et à l'aversion plutôt qu'au désir d'aider.

En redirigeant l'attention vers les faits et les événements actuels, cela a commencé à devenir moins courant. Plutôt que des histoires exclusivement tragiques, les journalistes rapportent désormais des faits et des histoires ainsi que des solutions pratiques. Cela a contribué à créer une nouvelle vague de journalisme sur la pauvreté. Le message de ce nouveau style de journalisme tente de faire comprendre qu'il y a des personnes vivant dans le monde qui n'ont aucun moyen d'améliorer leur propre bien-être ou de protéger leurs droits. Plus important encore, ce changement dans le journalisme indique au public qu'il est plus capable d'aider qu'il ne le pense.

Le changement est-il utile?

Les perceptions de la représentation médiatique de la pauvreté seront toujours partagées. Avant la crise financière de 2008, de nombreux Américains avaient une opinion négative des pauvres du monde, estimant que c'était une question de responsabilité personnelle. Mais après que de nombreux Américains ont vécu de première main une pauvreté soudaine en 2008, ils sont devenus plus sensibles au sort des pauvres du monde. Un changement de ton et de contenu médiatique a conduit les gens à s'impliquer dans les efforts de secours. Maintenir l'élan de ce changement dans le journalisme peut conduire à un avenir meilleur pour des millions de personnes pauvres dans le monde.

Donovan McDonald
Photo: Unsplash

*

★★★★★