Le VIH/SIDA en Jordanie et le travail du FOCCEC

VIH/SIDA en Jordanie et dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA)

Avec un taux de prévalence du VIH de 0,1%, la région MENA compte le moins de cas de VIH par habitant au monde. En Jordanie plus précisément, ce taux est inférieur à 0,1% et le nombre de nouveaux cas est assez faible. Entre début 2020 et février 2021, la Jordanie a signalé 21 nouveaux cas de VIH.

Les cas de VIH ne se produisent pas uniformément parmi les populations de la région MENA. Les professionnel(le)s du sexe et les personnes qui utilisent des drogues injectables courent un risque élevé de contracter le VIH. Cependant, le nombre total de cas est faible par rapport aux autres régions.

Alors que le VIH affecte peu de personnes vivant en Jordanie, ceux qui sont séropositifs sont souvent victimes de stigmatisation et n’ont pas accès à un traitement médical approprié. Une enquête menée auprès de femmes jordaniennes a révélé que plus de 70 % d’entre elles ne voudraient pas acheter de légumes à une personne vivant avec le VIH. Au lieu de recevoir des soins médicaux, l’isolement cellulaire est courant parmi les personnes incarcérées atteintes du VIH/sida en Jordanie qui ne sont pas des ressortissants jordaniens.

Certaines populations peuvent également être moins susceptibles de rechercher un traitement en raison de problèmes juridiques. Ce sont des gens qui ne sont pas citoyens jordaniens. Les prestataires de soins de santé jordaniens doivent signaler le statut VIH de leurs patients au gouvernement jordanien. Le gouvernement jordanien expulse généralement les non-ressortissants dont le test de dépistage du VIH est positif.

Les politiques d’expulsion de la Jordanie ont un impact sur les demandeurs d’asile ayant besoin d’un traitement contre le VIH. Début 2020, un réfugié irakien séropositif n’a pas cherché à se faire soigner par crainte d’être expulsé.

Services fournis par le FOCCEC aux personnes séropositives

FOCCEC travaille pour aider les personnes vivant avec le VIH à accéder aux services de dépistage et à naviguer dans le processus de traitement. Il se déplace en dehors d’Amman vers des régions de Jordanie telles qu’Irbid, Mafraq et Zarqa pour accroître l’accès des personnes aux services de dépistage du VIH. Suite aux diagnostics des individus, FOCCEC fournit des services de traitement et de conseil. Il aide également les patients atteints d’autres maladies sexuellement transmissibles.

La FOCCEC s’efforce de garantir que les réfugiés et les non-Jordaniens puissent accéder aux services de traitement du VIH. Il offre également un soutien financier aux patients confrontés à des obstacles financiers au traitement, mettant l’accent sur la fourniture de soins de santé accessibles et abordables.

Prévenir la transmission locale du VIH en Jordanie

Historiquement, la plupart des cas de VIH/SIDA en Jordanie provenaient d’autres pays, mais la transmission locale augmente, en particulier chez les personnes âgées de 20 à 24 ans. Les nouveaux cas de VIH/SIDA sont également fréquents chez les 30-39 ans, représentant 25 % des nouveaux cas de VIH/SIDA en Jordanie.

FOCCEC propose des programmes pour améliorer la sensibilisation au VIH en Jordanie, un service qui pourrait aider à réduire les taux de transmission locaux. Une enquête auprès de jeunes adultes en Jordanie a conclu que seulement 25 % savaient que les préservatifs peuvent aider à prévenir le contact avec le VIH, ce qui suggère que les jeunes Jordaniens pourraient bénéficier d’une meilleure éducation sur la façon dont le VIH se propage.

FOCCEC est une organisation axée sur le changement qui travaille à créer un monde où les communautés vulnérables en Jordanie peuvent accéder aux ressources dont elles ont besoin pour répondre à leurs besoins médicaux et sociaux. Grâce à ses efforts, la prévalence du VIH/SIDA en Jordanie devrait diminuer.

Caroline Kuntzman
Photo : Flickr

*

★★★★★