Catégories
Solidarité et entraide

Le VIH en République centrafricaine

Le VIH en République centrafricaine

Le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) affecte des millions de personnes dans le monde depuis de nombreuses décennies. S'il n'est pas traité, le VIH peut lentement évoluer vers le syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA) et laisser les personnes infectées avec un système immunitaire affaibli. Des milliers de personnes ont souffert de la maladie ou y ont perdu la vie depuis le premier cas signalé en République centrafricaine en 1984. Le pays a mobilisé de nombreux efforts pour lutter contre la maladie mais a encore besoin d'une assistance pour s'assurer que les citoyens ont des tests et des tests adéquats. accès à la médecine. Voici cinq faits importants à connaître sur le VIH en République centrafricaine.

5 faits sur le VIH en République centrafricaine

  1. Environ 5 000 citoyens meurent chaque année du VIH / sida en République centrafricaine. En 2018, plus de 5000 personnes sont décédées de causes liées au sida et environ 110000 citoyens vivaient avec la maladie. Bien que le taux d’infection reste élevé, les efforts déployés pour arrêter la propagation du VIH ont été efficaces. En 2010, la prévalence du VIH en République centrafricaine était de 5% et selon des données récentes acquises en 2018, le taux a diminué, avec seulement 3,6% de la population vivant avec la maladie.
  2. Le VIH en République centrafricaine affecte principalement les hommes homosexuels et les professionnels du sexe. En République centrafricaine, le nombre d'infections à VIH est extrêmement élevé dans la population des professionnel (le) s du sexe, avec une prévalence de 9,2%. De même, les hommes homosexuels courent également un risque accru de contracter le virus, avec une prévalence de 25,4%. Bien que ces deux données démographiques représentent une plus petite partie de la population du pays, le manque de tests et de sensibilisation affecte tous les citoyens de la République centrafricaine. Avec l'aide de financements d'autres pays et organisations, la République centrafricaine peut commencer à fournir davantage de centres de médecine et de diagnostic pour les individus.
  3. Le TAR peut traiter le VIH mais est rarement disponible dans toutes les communautés. Bien qu'il n'y ait pas de remède contre le virus, il existe une thérapie bien connue pour le ralentir. Le traitement du VIH est un régime multi-médicamenteux appelé thérapie antirétrovirale (TAR). Le TAR peut atténuer la gravité du VIH si une personne commence le traitement après le diagnostic. Bien que le TAR ne tue pas le virus, il empêche le virus de créer de l'ADN dans la quatrième phase de formation cellulaire et ralentit la propagation du VIH dans le corps. Cependant, dans les villes éloignées comme Zemio, les médicaments et les fournitures sont difficiles à trouver. La prévalence du VIH est plus de 12% plus élevée dans les régions éloignées qu'elle ne l'est dans le reste de la République centrafricaine. Les résidents séropositifs de ces zones recherchent réconfort et soutien dans les groupes communautaires de thérapie antirétrovirale (GCE). Certaines stratégies préventives de prévention du VIH comprennent l'utilisation de préservatifs, l'utilisation de nouvelles aiguilles et des tests prématurés. Il est impératif que les citoyens, en particulier ceux déjà diagnostiqués séropositifs en République centrafricaine, aient un accès convenable à de nouveaux préservatifs et aiguilles.
  4. En raison des troubles politiques en République centrafricaine, les tests et la médecine sont devenus inaccessibles dans certaines régions. En raison du conflit survenu dans le pays et dans d'autres régions environnantes en 2013, le saccage ou la fermeture de centres médicaux a affaibli le système de santé déjà en difficulté. Les troubles politiques et la violence qui ont suivi ont également poussé les personnes séropositives à éviter de se faire soigner ou à arrêter de prendre leurs médicaments. Avec une augmentation des déplacements, des niveaux de pauvreté et la fermeture des établissements de santé, les personnes en République centrafricaine ont un besoin urgent de personnel médical formé, de traitements médicaux cohérents et de plus de sites de test. Il est impératif pour les citoyens vivant avec le VIH en République centrafricaine que d’autres pays continuent d’augmenter le financement des lieux de dépistage, de la formation et des médicaments.
  5. D'autres pays et organisations apportent leur aide de nombreuses manières. La République centrafricaine dépend fortement du financement d'autres pays pour fournir un traitement à ses citoyens, avec plus de 90% de l'argent dépensé pour les personnes séropositives provenant de sources internationales. Après l'instabilité politique du pays en 2013, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, également connue sous le nom de HCR, a aidé les établissements de santé à reconstituer leur base de données et à fournir un traitement immédiat aux réfugiés et aux demandeurs d'asile. L'UNICEF, une autre organisation mondiale, fournit également des services techniques et une aide financière à la République centrafricaine. Avec l'aide de l'UNICEF, le pays peut fournir davantage de tests, de traitements ARV et de soins aux femmes enceintes séropositives.

Le VIH est répandu en République centrafricaine depuis que le premier cas a été signalé en 1984. Alors que le virus affecte de nombreuses personnes, affaiblissant leur système immunitaire, les organisations interviennent pour apporter leur aide. Le financement extérieur et le soutien d’agences comme le HCR et l’UNICEF contribuent à réduire la prévalence du VIH dans le pays.

Danielle Kuzel
Photo: Flickr

*