Le travail de Shakti Samuha pour les victimes de la traite au Népal

Victimes de la traite au Népal
L’organisation Shakti Samuha estime que les victimes de la traite au Népal sont des membres précieux de la société. Il affirme que ces victimes méritent des droits comme tout le monde. De plus, il estime que les victimes doivent mener la lutte contre la traite. Fondée par 15 filles que le gouvernement indien a libérées en 1996, Shakti Samuha se concentre sur la prévention, la sécurité et l’autonomisation des survivantes.

Shakti Samuha : les victimes en tant qu’avocats

Shakti Samuha promeut le renforcement des efforts de plaidoyer pour améliorer et influencer la législation anti-traite. En outre, il s’efforce de donner aux victimes les moyens de porter plainte contre les trafiquants. Parallèlement, Shakti Samuha travaille à la réinsertion des victimes dans l’économie. L’organisation gère un programme de soutien à la génération de revenus. Il fournit également des conseils psychosociaux et juridiques. Enfin, Shakti Samuha aide à fournir un logement aux survivants. L’organisation compte cinq refuges et fournit un soutien scolaire à 1 514 enfants. Au total, depuis 2009, Shakti Samuha a rapatrié de l’Inde 145 femmes et enfants victimes de la traite.

Depuis 2005, environ 18 261 personnes ont participé activement aux activités de sensibilisation, d’interaction et de plaidoyer dans la vallée de Kathamndu et cinq districts sujets à la traite. Shakti Samuha a remporté le prix Ramon Magsaysay 2013, considéré comme le prix Nobel asiatique.

Sunita Danuwar : ouvrir la voie

En 2018, le Département d’État des États-Unis a décerné son prix de la traite des personnes (TIP) à Sunita Danuwar. Danuwar est le co-fondateur et directeur exécutif du Shakti Samuha. Elle-même survivante de la traite, Danuwar se rend personnellement dans les villages népalais pauvres pour sensibiliser le public. De 2009 à 2011, elle a dirigé l’Alliance contre la traite des femmes et des enfants au Népal, qui est un groupe d’organisations non gouvernementales travaillant collectivement pour soutenir les victimes de la traite au Népal.

Traite des Népalais et travail des enfants

« Les principales formes de traite sont l’exploitation sexuelle, le travail forcé et le prélèvement d’organes », explique Binija Dhital Goperma, coordinatrice du programme de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) au Népal. Elle ajoute que des cas de traite des êtres humains se produisent dans les secteurs du divertissement et de l’hôtellerie. Elle mentionne également les industries du vêtement et les lieux de travail agricoles, domestiques et de four à briques. Cependant, s’efforçant de lutter contre la traite, le Népal a ratifié le Protocole des Nations Unies visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes en 2018. Le Protocole oblige légalement les pays à criminaliser la traite en introduisant des lois nationales contre la traite. Malheureusement, en raison de la pandémie de COVID, le gouvernement a dû réduire l’accès aux ressources pour les survivants de la traite.

Une économie faible avec un taux de chômage élevé ouvre la voie à un taux élevé de traite. En 2019, le Népal avait un taux de chômage de 11,4 %. Il s’ensuit que les Népalais victimes de la traite sont une source essentielle de travail forcé. Les ouvriers au Népal peuvent effectuer des travaux de construction éreintants dans le désert sous une chaleur torride pendant 12 heures par jour. Les usines obligent certains à travailler des heures exténuantes sept jours sur sept. Les travailleurs domestiques deviennent des « esclaves virtuels » dans les maisons privées.

Traite en Asie et dans le Pacifique

La traite des êtres humains est la deuxième activité criminelle en importance au monde, rapportant 32 milliards de dollars. Le Bureau international du travail (2017) rapporte qu’une majorité (environ 62 %) des personnes victimes de la traite sont victimisées en Asie et dans le Pacifique. Les données 2020 de l’Organisation internationale du travail (OIT) montrent qu’en 2020, le travail des enfants en Asie et dans le Pacifique comptait 48,7 millions d’enfants. De plus, parmi ces enfants, 22,2 millions travaillaient dans des emplois dangereux.

Autres façons dont les victimes de la traite des êtres humains reçoivent de l’aide au Népal

De nombreuses coalitions à travers le monde s’efforcent d’éliminer le travail et la traite des enfants au Népal, en Asie, dans le Pacifique et dans le monde entier. Des organisations telles que l’Organisation internationale du travail (OIT) et les Nations Unies se concentrent sur l’objectif de développement durable 8.7 des Nations Unies visant à mettre fin au travail des enfants et à toutes ses formes d’ici 2025. Ils travaillent avec des nations, dont le Népal, pour créer des lois et des politiques pour y parvenir. Ils créent également des programmes pour travailler directement avec les victimes de la traite.

A Bridge to Global Action on Forced Labor (Bridge Project) est une initiative lancée par l’Organisation internationale du travail et financée par le Département américain du travail qui aide les communautés de travailleurs migrants de Bajura et de Kanchanpur en leur fournissant un soutien aux moyens de subsistance. Plus précisément, le projet Bridge développe des programmes pour aider les victimes de la traite à acquérir les compétences nécessaires pour éviter les environnements d’exploitation. Par exemple, les participants au programme apprennent à soigner des chèvres malades et ensuite à devenir éleveurs de chèvres.

Des programmes comme Shakti Samuha et le Bridge Project restent axés sur l’autonomisation des victimes de la traite au Népal pour qu’elles puissent subvenir à leurs besoins. En mettant l’accent sur cela, ils devraient à terme empêcher la pauvreté d’être un facteur atténuant la traite en premier lieu.

– Joie Maina
Photo : Flickr

*

★★★★★