Le système de troc de riz local combat la faim à Bali

La faim à BaliLorsque la pandémie de COVID-19 a limité les relations humaines et perturbé la vie quotidienne, l’unité et la gentillesse humaines étaient plus précieuses que jamais. Depuis la confirmation de son premier cas en février 2020, l’Indonésie a enregistré plus de 4 millions de cas de coronavirus et plus de 140 000 décès. La prévalence du COVID-19 à Bali, en particulier, a nui à l’économie du pays, entraînant une augmentation de la faim. Heureusement, un nouveau programme communautaire cherche à lutter contre la faim à Bali en aidant les personnes en situation d’insécurité alimentaire tout en luttant contre les déchets plastiques.

Effets du COVID-19 sur l’économie de Bali

Le tourisme est une facette importante de l’économie de Bali. Avant la pandémie, Bali accueillait plus de 6 millions de visiteurs par an. Cependant, jusqu’à ce que les taux de COVID-19 à Bali aient suffisamment baissé, les touristes ne pouvaient pas visiter l’île. Alors que l’interdiction de voyager à Bali visait à assurer la sécurité des personnes, la faim à Bali a augmenté en raison de cet arrêt financier. Environ 92 000 personnes qui travaillaient dans l’industrie du tourisme ont été licenciées pendant la pandémie, n’ayant que peu ou pas de moyens de subvenir aux besoins de leur famille. Avec cette perte totale de revenus, de nombreux employés du tourisme se sont tournés vers l’agriculture pour joindre les deux bouts, même si les travailleurs ne recevaient parfois que 4 $ par jour, à peine assez pour acheter un seul seau de riz.

Développement de Plastic Exchange

Le propriétaire d’un restaurant végétalien Made Janur Yasa a vu les circonstances exténuantes des chômeurs dans son village natal d’Ubud. Il voulait utiliser et donner ses services et ressources de manière aussi durable que possible pour éviter de créer plus de déchets plastiques dans un endroit déjà excessivement pollué. Yasa a expliqué à CNN: « Je me suis dit qu’à l’intérieur du défi, il y avait une opportunité. » Ainsi, l’impulsion et la conception de Plastic Exchange ou Plastic for Rice sont nées. L’initiative de Yasa, Plastic Exchange, n’est pas seulement un moyen de nourrir les familles qui n’ont pas les moyens d’acheter du riz. Il encourage les participants à se rendre dans leurs parcs et plages locaux pour collecter les déchets plastiques. Plastic Exchange défend trois valeurs fondamentales : la dignité, la prospérité et l’environnement. La première valeur de la dignité est une cause remarquable, car il est important de maintenir un sentiment d’estime de soi chez les personnes qui ont subi les effets économiques du COVID-19 à Bali. Sa deuxième valeur fondamentale est parfaitement liée à la première, car les gens ne peuvent s’épanouir dans leur environnement si leurs besoins les plus fondamentaux ne sont pas satisfaits. Enfin, l’initiative pratique visant à atténuer le problème des déchets plastiques à Bali enseigne aux citoyens l’importance de prendre soin de leur planète, en réitérant que la durabilité est réalisable dans les pires circonstances.

Plans pour l’échange de plastique

Selon un rapport du Bali Tribune, en août 2021, une initiative Plastic Exchange dans un village appelé Saba a collecté deux tonnes de plastique dans un délai de deux heures. Les résultats positifs des programmes d’échange de plastique ont incité les villageois indonésiens à adopter des actions à petite échelle en tant que catalyseurs d’améliorations durables à grande échelle. Non seulement cet échange de plastique est un excellent moyen de recyclage – Yasa envoie les déchets plastiques sur l’île de Java, avec une énorme quantité d’infrastructures – mais c’est aussi un moyen de stabiliser l’économie de l’île. Les riziculteurs et les planteurs locaux reçoivent à nouveau un revenu plus constant, car les insulaires peuvent à nouveau se permettre des approvisionnements en riz plus importants, ce qui permet également de lutter contre les taux de faim élevés à Bali. Avec plus de 500 tonnes de plastique collectées, Yasa est impatient de prendre son initiative fructueuse et d’encourager son opération dans d’autres villages indonésiens et potentiellement dans d’autres pays.

Conclusion

Le site Web de Plastic Exchange s’ouvre avec un décompte accéléré du nombre de villages de Bali ayant participé au programme, du nombre de kilogrammes de plastique collectés et du nombre de kilogrammes de riz distribués. C’est écrasant de la meilleure façon possible. Il existe également un lien PayPal pour faire un don à la cause. Par exemple, un don de 50 $ peut acheter 50 kg de riz qui nourrit 200 personnes par jour. En fin de compte, les échanges de plastique sont une solution prometteuse pour mettre fin à la faim et aux déchets plastiques à Bali.

– Maia Nuñez
Photo : Flickr

*

★★★★★