Le sort des producteurs de cacao d’Afrique de l’Ouest

Les producteurs de cacao d'Afrique de l'Ouest
Issu du cacao, « le chocolat est l’un des produits alimentaires les plus consommés » sur Terre. Selon Make Chocolate Fair, environ « 70 % du cacao mondial provient d’Afrique de l’Ouest. » Malgré la popularité mondiale croissante du chocolat, il existe un conflit en cours qui met en lumière le côté obscur du cacao et le sort des producteurs de cacao d’Afrique de l’Ouest.

Hausse des prix du cacao

Les chercheurs de marché prévoient que le marché mondial du chocolat passera de sa taille de marché de 137 milliards de dollars en 2019 à 182 milliards de dollars d’ici 2025. Les prix du cacao ont également augmenté de 10 % sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de New York entre octobre 2020 et octobre 2021.

Malgré une croissance aussi massive, les agriculteurs ouest-africains pourraient bénéficier de prix plus bas pour leur récolte de cacao au cours de l’année à venir. En octobre 2020, les chocolatiers payaient aux producteurs de cacao ouest-africains un prix de 1 000 francs ouest-africains pour un kilogramme de cacao. Aujourd’hui, le « prix minimum garanti au producteur » par kilogramme équivaut à 825 francs ouest-africains, soit à peine 1,45 $. La baisse des prix pourrait plonger les agriculteurs dans la pauvreté, leur coûtant jusqu’à 20 % de leurs revenus. Les producteurs de cacao, cependant, prennent position pour protéger leurs moyens de subsistance et éviter les griffes de la pauvreté. Les nations, les groupes et les individus prennent des mesures pour garder les producteurs de cacao d’Afrique de l’Ouest hors de la pauvreté.

Les producteurs de cacao d’Afrique de l’Ouest se battent pour le changement

  1. Introduction d’un différentiel de revenu vital (LID). En 2019, la Côte d’Ivoire et le Ghana, qui produisent tous deux plus de 50 % de la production mondiale de cacao, ont introduit une prime de 400 $ sur le prix de la tonne de cacao, connue sous le nom de Living Income Differential (LID). Le LID vise à garantir que les agriculteurs gagnent « un revenu vital » en augmentant les paiements versés aux agriculteurs par les acheteurs.
  2. Debout contre l’exploitation avec des boycotts et des grèves. En décembre 2020, plus de 500 dirigeants de l’industrie agricole se sont réunis en Côte d’Ivoire pour répondre aux tentatives présumées des géants du chocolat Hershey et Mars d’éviter la prime LID de 400 $. Les agriculteurs envisagent de passer à la culture du manioc « si leurs demandes ne sont pas satisfaites ». En octobre 2021, l’Association nationale des producteurs ivoiriens (ANAPROCI), qui représente plus d’un demi-million de membres de l’industrie du cacao en Côte d’Ivoire, a lancé une grève pour exiger « le paiement d’une prime de 17 milliards de francs CFA (29,8 millions de dollars) promise par le gouvernement pour aider les agriculteurs à faire face aux effets de la pandémie de COVID-19. » En outre, l’ANAPROCI exhorte le gouvernement à créer un appareil formel pour discuter des problèmes ayant un impact sur les agriculteurs. Le président de l’ANAPROCI, Koffi Kanga, a menacé : « Si le gouvernement ou le [Ivory Coast Cocoa and Coffee Council regulator]ne nous écoute pas, nous allons bloquer tout le secteur dans les prochains jours. Nous allons empêcher le cacao d’atteindre les ports par tous les moyens.
  3. Poursuite des voies légales contre l’exploitation. Les agriculteurs ouest-africains poursuivent des voies légales contre l’exploitation. Un groupe de six hommes de la nation ouest-africaine du Mali a déposé une plainte contre Nestlé USA et Cargill, alléguant qu’ils avaient été victimes de la traite alors qu’ils étaient enfants, travaillant dans des plantations de cacao en Côte d’Ivoire. Leur plainte allègue que les entreprises de chocolat étaient complices de la traite des esclaves afin de « maintenir les prix du cacao bas ». Bien que la Cour suprême se soit prononcée en faveur des géants du chocolat dans une décision 8-1, International Rights Advocates a l’intention d’intenter une nouvelle action en justice, « alléguant que de nombreuses décisions prises par Nestlé et Cargill aux États-Unis ont contribué à ouvrir la voie à l’utilisation de enfants esclaves en Côte d’Ivoire.
  4. La Sierra Leone ouvre « sa première usine de transformation de cacao » en octobre 2021. L’usine représentera un quart de la production annuelle de cacao du pays, soit environ 4 000 tonnes de fèves de cacao par an. L’usine produira un produit semi-fini par opposition aux matières premières que la Sierra Leone produit généralement, ce qui a le potentiel d’augmenter les revenus de 20 %. La nouvelle installation représente une opportunité de changement dans la dynamique de la chaîne d’approvisionnement, car les critiques soulignent souvent que les matières premières vendues aux pays industrialisés ont tendance à générer moins de bénéfices que les produits finis.

Avoir hâte de

Les producteurs de cacao d’Afrique de l’Ouest continuent de prendre des mesures contre l’exploitation au sein de l’industrie du cacao. L’opinion publique évolue également, avec une demande croissante de chocolat que les entreprises produisent dans un souci de durabilité sociale et environnementale. Cependant, indépendamment de l’opinion publique ou de la position des géants de l’industrie, les producteurs de cacao d’Afrique de l’Ouest continuent de lutter pour sortir de la pauvreté.

– Richard J. Vieira
Photo : Flickr

*

★★★★★