Le rôle du pétrole dans l’avenir économique de l’Algérie

L'avenir économique de l'Algérie
L’avenir économique de l’Algérie s’annonce prometteur car son rôle de fournisseur de pétrole brut liquide s’est élargi au milieu des changements dans l’approvisionnement européen en raison de l’invasion russe de l’Ukraine. L’Algérie ne fournit généralement que 8 % du gaz naturel à l’Union européenne. Cependant, le pays prend déjà des mesures pour fournir plus de pétrole alors que les nations cherchent à réduire leur dépendance au pétrole russe. Un tel changement dans l’offre pourrait signifier une impulsion économique, permettant à l’Algérie de construire de futurs marchés des énergies renouvelables et du travail à long terme.

Contexte historique

L’Algérie est un pays qui s’appuie depuis longtemps sur ses propres ressources et sa population pour alimenter son économie. Ayant une indépendance internationalement reconnue depuis 1962, l’Algérie a dû recourir à ses exportations de pétrole, à sa main-d’œuvre agricole interne et à ses accords avec des voisins comme le Maroc et l’Espagne pour rester à flot. Après la démission de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika en 2019, la vieille garde des dirigeants algériens a dû faire face à une nouvelle ère dans laquelle l’industrie non pétrolière du pays devait se développer et se renforcer pour que son économie ait un avenir radieux.

Comment le rôle de l’Algérie évolue actuellement

Des pays comme l’Espagne, l’Italie, la Grèce et la France se sevrent du pétrole russe, tandis que des capitales comme Madrid, Athènes et Rome mettent actuellement en place de nouveaux approvisionnements énergétiques avec l’Algérie. Dans son dernier rapport, la Banque mondiale a noté que l’économie algérienne avait augmenté de 3,9 % en raison de la demande supplémentaire de pétrole européen parallèlement aux nouvelles constructions et à l’activité industrielle. Pour maintenir cette croissance continue, les dirigeants algériens doivent être très attentifs aux éventuels obstacles.

Pour que l’économie algérienne trouve les fonds nécessaires à la diversification de son économie future, elle doit être en mesure de fournir plus de pétrole aux pays européens en premier lieu, une augmentation estimée à 12 % à 38 % de son rythme actuel d’ici l’automne et l’hiver de cette année. Cependant, la compagnie pétrolière publique Sonatrach est confrontée à des ralentissements bureaucratiques, au piratage des opérations de raffinage et à des complications pour maintenir ses contrats déjà existants.

En outre, il existe une complication géopolitique dans le statut actuel de l’Algérie en tant que principal acheteur d’armes et d’armes russes, selon Modern Diplomacy. Si la Russie peut atténuer une partie de ses revenus pétroliers perdus en augmentant les ventes d’armes à une économie algérienne en pleine croissance, les nations européennes pourraient alors se détourner de l’approvisionnement en pétrole de l’Algérie. Ce sont des complications qui font de l’avenir économique de l’Algérie une voie délicate de mines terrestres politiques et économiques.

Solutions possibles

La principale solution pour une croissance économique à plus long terme est de se concentrer sur la construction d’industries hors hydrocarbures avec les bénéfices des exportations de pétrole qui pourraient avoir lieu dans les mois à venir. L’un des principaux moyens d’y parvenir est que la Banque mondiale soutienne d’autres projets du secteur privé liés à l’agriculture, à la construction et au développement. En outre, l’Algérie pourrait créer de la stabilité dans son leadership actuel en finançant des programmes sociaux, la protection des droits de l’homme et une législation anti-corruption. Ces mesures pourraient aider à empêcher le soulèvement politique généralisé des citoyens et des groupes extrémistes tout en maintenant le leadership nécessaire au maintien de l’économie centralisée.

Selon le Council on Foreign Relations, le rôle des États-Unis dans l’avenir économique de l’Algérie devrait être limité à un minimum d’ingérence. L’Algérie est une nation qui tient beaucoup à être autosuffisante et souveraine. Pour que la stabilité politique et économique réussisse, les mesures américaines doivent inclure le fait de ne pas envoyer plus de troupes ou de renseignements en Algérie et plutôt des pairs diplomatiques afin de mieux comprendre les besoins et les désirs de la nation, a déclaré le CFR.

L’avenir économique de l’Algérie s’annonce prometteur si l’on tient compte de la reprise post-COVID-19 et de l’ouverture de nouvelles sources de revenus sur lesquelles l’Algérie peut bâtir une économie plus forte et plus diversifiée. Cela sert deux objectifs principaux : garder intacte sa souveraineté et tracer une nouvelle voie pour mettre fin à son instabilité de longue date.

– Albert Vargas
Photo : Flickr

*

★★★★★