Le programme She’s Next autonomise les femmes entrepreneures en Afrique subsaharienne

Femmes entrepreneures en Afrique subsaharienne
En septembre 2021, Visa, une grande société virtuelle de paiement et de services financiers, a élargi son programme She’s Next pour aider les femmes entrepreneurs en Afrique subsaharienne (ASS). En août 2022, Visa a annoncé que le développement comprendra une subvention de 3,5 millions de dollars aux organisations qui soutiennent les petites et micro-entreprises (PME), telles que l’African Women Impact Fund (AWIF), une cause de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (UNECA). La subvention « financera les besoins en fonds de roulement des femmes gestionnaires de fonds » et soutiendra « 55 femmes qui ont répondu à l’appel à l’action de l’AWIF ».

Autonomiser les femmes entrepreneures en Afrique

Introduit pour la première fois en 2019 aux États-Unis, le programme She’s Next défend les femmes entrepreneures dans le monde à toutes les étapes de la croissance de l’entreprise. Ce programme nouvellement élargi offre à ces propriétaires d’entreprise «l’accès à des informations via la recherche et l’engagement avec les petites entreprises, les communautés des secteurs privé et public et les ressources éducatives. ”

Le partenariat de Visa avec She Leads Africa, une plateforme en ligne qui relie les femmes entrepreneurs africaines, offre aux utilisateurs un accès à un réseau de plus de 700 000 femmes propriétaires d’entreprise, des ressources pour l’accessibilité numérique et le financement.

Gratifier un marché essentiel

Selon Forbes, l’Afrique est « le continent à la croissance la plus rapide » au monde en 2021. Alors que la culture numérique devient de plus en plus souhaitée, et obligatoire pour certains, il est impératif que les pays africains préparent leurs citoyens. La Société financière internationale a indiqué que dans huit ans, les compétences numériques seront essentielles pour « 230 millions d’emplois en Afrique subsaharienne ».

En 2019, seulement la moitié des pays d’Afrique proposent une formation en informatique comme matière dans leurs programmes d’études, contre « 85 % des pays dans le monde ». Ceci, associé à une forte demande de compétences numériques, crée une pénurie de compétences, ce qui rend plus difficile pour les entreprises d’embaucher localement.

La Banque mondiale a déclaré que « cela se traduit par une opportunité estimée à 130 milliards de dollars pour fournir des compétences numériques grâce à une combinaison de services de formation entreprise-consommateur, entreprise-entreprise et entreprise-gouvernement ».

L’essor du commerce numérique

Grâce à une étude intitulée « Comprendre les PME appartenant à des femmes », Visa vise à comprendre comment la technologie affecte le succès des entreprises dirigées par des femmes au Nigeria, au Kenya et en Afrique du Sud. Cette étude a révélé qu’en plus des luttes liées à la pandémie, « un manque d’infrastructure technologique », la volatilité économique et un « environnement réglementaire » sont les principaux obstacles à la croissance des entreprises pour les femmes entrepreneures.

L’étude a révélé que 83 % des répondants à l’enquête qui ont mis en œuvre les paiements numériques ont enregistré une augmentation de leurs revenus. Environ 70 % des femmes prévoient que leurs clients utiliseront plus fréquemment les « plateformes de commerce électronique » après la pandémie, encourageant davantage ces femmes entrepreneures à établir une présence en ligne.

Femmes entrepreneures en Afrique subsaharienne

En 2017, l’Afrique subsaharienne avait le « taux le plus élevé de femmes entrepreneurs » au monde (27%). En fait, l’Ouganda et le Botswana avaient le pourcentage le plus élevé au monde avec 34,8 % et 34,6 % respectivement. Cependant, les femmes entrepreneurs en Afrique subsaharienne réalisent des bénéfices inférieurs de 34 % à ceux des hommes.

Le manque d’éducation et de compétences réduit l’accès des femmes aux opportunités d’emploi. En conséquence, les femmes peuvent considérer l’entrepreneuriat comme un moyen de sortir de la pauvreté. Des initiatives telles que le programme She’s Next de Visa s’attaquent aux obstacles auxquels sont confrontées les femmes entrepreneurs en Afrique subsaharienne, favorisant leur indépendance économique et leur prospérité.

– Aïcha français
Photo : Flickr

*

★★★★★