Le printemps arabe : lutter contre la pauvreté au Soudan

printemps arabe
Le terme « printemps arabe » a caractérisé une série de bouleversements dans les régions du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA) au cours desquels une vague de citoyens a défié leurs gouvernements autoritaires. Tout a commencé en Tunisie en 2010 lorsqu’un homme s’est immolé par le feu lors d’une manifestation contre la corruption policière. Le Soudan a rejoint le mouvement anti-oppression dans le but d’éradiquer l’oppression et la pauvreté au Soudan peu de temps après. Aujourd’hui, une décennie et un nouveau gouvernement plus tard, le pays se trouve dans une position idéale pour commencer à s’attaquer sérieusement à la pauvreté au Soudan.

Une histoire tragique

Pendant de nombreuses années, les Soudanais ont subi la dictature brutale d’un régime autoritaire. En 2003, l’Armée populaire de libération du Soudan (SPLA) et le Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM) ont pris les armes contre leur gouvernement au Darfour. Ces groupes ont lancé des attaques contre des installations gouvernementales et des installations de l’armée dans le but d’obtenir plus de pouvoir financier et démocratique pour les citoyens. Le conflit qui a suivi est devenu connu sous le nom de génocide du Darfour.

Le gouvernement soudanais, dirigé par le président Omar el-Béchir, et les mouvements qui s’y opposent n’étaient pas arabes. Ce conflit a entraîné la mort d’environ 15 000 personnes et le déracinement de millions de citoyens. Bashir a créé un pays dichotomisé entre Arabes et Africains, par opposition à un pays qui servait de foyer à tous les Soudanais. Ces conditions ont jeté les bases de l’oppression du peuple soudanais par l’administration Bashir. En 2011, le décor était planté pour le printemps arabe au Soudan. À la suite de ces manifestations, la violence a éclaté. Tout au long, Bashir a conservé sa présidence.

Défis économiques

La pauvreté au Soudan et les problèmes socio-économiques ont augmenté après juillet 2011, lorsque le Soudan du Sud a obtenu son indépendance du Soudan après la guerre civile la plus longue d’Afrique. Considérant que la plupart des gisements de pétrole ont prospéré dans le sud du pays, le prix le plus important payé par le Soudan a été la perte de profits pétroliers. En conséquence, l’inflation du Soudan est devenue endémique, provoquant un bouleversement majeur parmi les Soudanais. Les jeunes générations ont trouvé exceptionnellement difficile de trouver un emploi. Au lieu de s’attaquer à ces problèmes, le Soudan a utilisé la plupart de ses ressources à des fins militaires. De plus, une sécheresse a aggravé les politiques agricoles déjà restrictives du Soudan.

L’échec du marché du travail industriel a provoqué la propagation du chômage et de la pauvreté. L’absence d’opportunité économique a incité Bashir à éradiquer presque toutes les organisations de la société civile. En conséquence, les unités des droits de l’homme et du travail ont fermé. Conjointement, en raison du leadership islamique de Bashir, les femmes ont subi des contraintes extrêmes. En effet, les Soudanais ont vu leurs droits fondamentaux privés d’eux et de ceux qu’ils aimaient, leur laissant une liberté exceptionnellement limitée.

La pauvreté au Soudan a prévalu lorsque le pain, un aliment de base, est devenu inabordable. La violence et les luttes économiques ont grandement contribué à l’oppression du peuple soudanais. Cependant, la perte d’un accès abordable à l’aspect le plus fondamental de la vie, la nourriture, a poussé les gens à se soulever et à exiger le changement.

Nouvelle Solidarité Nationale

L’un des catalyseurs des manifestations a été la déségrégation des différentes factions du Soudan. Une nouvelle solidarité nationale est née ces dernières années dans l’espoir de mettre fin au règne de Bashir. Ce n’étaient plus les Arabes contre les Africains. Un exemple illustrant cela était les chants dans le nord et le sud du Soudan à partir de la fin de 2018. Des manifestants multiethniques ont scandé « nous sommes tous du Darfour » tandis que les manifestants du Darfour ont scandé « nous sommes tous Khartoum », démontrant la solidarité entre les différentes religions et ethnies. du Soudan.

Alors que les manifestations prenaient de l’ampleur, beaucoup d’autres se sont joints dans l’espoir de remplacer le régime par un gouvernement qui pourrait récupérer une partie des pertes économiques. Les groupes d’opposition publics ont joué un rôle clé même dans les communautés les plus pauvres. Cela garantissait que les voix de chacun étaient affichées malgré leur statut économique. Des femmes sont également descendues dans la rue pour protester contre les mauvais traitements qu’elles ont subis au fil des ans, prouvant que tous les segments de la société soudanaise se sont engagés et se sont engagés dans la révolution.

Une révolution réussie

Des citoyens soudanais ont de nouveau demandé à Bashir de démissionner, mais il a refusé. Le gouvernement a réagi violemment, assassinant un certain nombre de manifestants. Cela n’a fait qu’accroître l’indignation et inspirer les manifestants à travers le pays. Enfin, l’opposition s’est rassemblée pacifiquement devant le quartier général militaire du Soudan à Khartoum, la capitale, exigeant la démission de Bashir.

De manière critique, la révolution a obtenu une assistance militaire bien que l’armée soit un pilier fondamental du régime de Bashir. Face à l’ampleur massive des soulèvements, l’armée a commencé à hésiter dans son soutien à Bashir. Les dirigeants ont finalement déterminé que l’auto-préservation était le seul choix, et l’armée a déposé le dictateur.

Soudan aujourd’hui

Malgré le succès du renversement de Bashir, la pauvreté au Soudan reste un problème majeur. Quelque 36 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. La pauvreté au Soudan exacerbe d’autres problèmes, entraînant environ 1 million d’enfants souffrant de malnutrition aiguë globale.

Grâce à sa persévérance, le Soudan connaît une reconstruction. De nombreuses organisations luttent contre la pauvreté au Soudan. Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) aide à la mise en place de programmes de garde d’enfants au Darfour, au Soudan. De plus, l’organisation est en cours d’appel pour collecter 211 millions de dollars pour aider aux efforts humanitaires. Certains des bénéficiaires ciblés comprennent 7,4 millions d’enfants et 2,5 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays. Une autre organisation engagée à aider la prochaine génération du Soudan est Save the Children. En 2020, il a aidé 374 000 enfants en luttant contre la pauvreté au Soudan par le biais de l’alimentation, de l’éducation, de la protection et de l’aide en cas de crise. Médecins sans frontières vise également à améliorer les soins de santé qui font cruellement défaut au Soudan.

Un avenir meilleur

Les Soudanais se sont toujours battus pour les droits de l’homme et contre la tyrannie. Ils ont triomphé grâce à leur ténacité, mettant finalement fin à une dictature qui a duré 30 ans. Aujourd’hui, avec le soutien de ses alliés internationaux, le Soudan est indéniablement sur la bonne voie pour atténuer les effets de la pauvreté.

– Tiffany Lewallyn
Photo : Flickr

*

★★★★★