Le potentiel inexploité du travail féminin au Pakistan

travail des femmes au PakistanLa branche Karachi de Caritas Pakistan s’efforce de fournir une assistance technique et une formation professionnelle aux femmes de petites fermes pakistanaises dans plusieurs villages dans le cadre de sa campagne Acre for Women. L’objectif de la campagne est de tirer parti du potentiel inexploité de la main-d’œuvre féminine au Pakistan. Offrir une formation et des opportunités aux femmes augmentera la sécurité alimentaire parmi la vaste population d’agriculteurs de subsistance du pays en encourageant des pratiques d’autosuffisance avec les ressources disponibles, allant de l’efficacité de base de l’eau à la rotation des cultures.

Une main-d’œuvre naissante

Amir Robin, coordinateur régional d’Acre for Women, a expliqué les avantages à la fois à long et à court terme de la formation des femmes de plusieurs fermes indépendantes qui s’étendent sur un seul acre. Dans une interview avec UCA News, il déclare qu’en plus d’accroître la sécurité alimentaire, une telle formation aide les exploitations agricoles familiales à minimiser le coût d’adaptation aux conditions environnementales changeantes.

La participation des femmes à la main-d’œuvre pakistanaise ne dépasse pas 25 %, selon les estimations de la Banque mondiale. Le gouvernement vise à porter ce montant à 45 % d’ici 2025. Accélérer la croissance économique du Pakistan en stimulant la main-d’œuvre féminine implique d’éliminer les raisons de la sous-utilisation systémique de la main-d’œuvre féminine.

Disparités éducatives

Premièrement, les femmes ont un accès limité à l’éducation formelle ou à la formation professionnelle. Les filles représentent environ 53% des enfants qui ne vont pas à l’école au Pakistan, par conséquent, les filles bénéficient le plus des programmes de développement. Ces programmes incluent ceux parrainés par la Fondation Engro, la « branche d’investissement social » d’Engro Corporation, un conglomérat dont le siège est à Karachi, au Pakistan. En parrainant de nouvelles écoles publiques et en rénovant les anciennes avec des laboratoires informatiques, Engro vise à augmenter le taux d’alphabétisation des filles.

À la lumière de l’effet de COVID-19 sur les taux de chômage, l’élargissement des possibilités d’éducation reste le principal objectif à court terme de l’augmentation de la participation des femmes au marché du travail. Les programmes d’Engro montrent des résultats rapides. Plus de 19 000 travailleuses indépendantes améliorent leurs moyens de subsistance grâce à une formation professionnelle en « pratiques d’élevage, entrepreneuriat dans la collecte de lait et services de vulgarisation de l’élevage dans la chaîne de valeur laitière ». De plus, un afflux de femmes instruites en technologie aide à surmonter les difficultés sur le marché du travail en raison d’un meilleur accès aux professions avancées.

Le revenu agricole dépend des femmes

La plus grande source de croissance potentielle du Pakistan réside dans son secteur agricole. Environ 64% des Pakistanais vivent dans des zones rurales et travaillent principalement dans l’agriculture. Une grande partie de l’économie nationale dépend de la production des exploitations familiales. Il y a deux raisons importantes pour lesquelles le fait d’écarter les femmes comme source de main-d’œuvre qualifiée dans la gestion agricole devient une perspective de plus en plus intenable.

  1. La subsistance sur des parcelles de terre relativement petites rend les agriculteurs vulnérables aux fluctuations de la production. Parce que la croissance démographique et les divisions régulières de la propriété héréditaire rendent les parcelles de terre de plus en plus petites, les familles qui se contentent de petites fermes n’ont pas le luxe de maintenir des pratiques inefficaces lors de la gestion de leurs récoltes ou de leur bassin de main-d’œuvre. Un rapport de l’Université Victoria indique que la forte concentration d’exploitations familiales au Pakistan signifie qu’une plus grande efficacité peut être obtenue, dans ce cas, en incluant la main-d’œuvre féminine. Cela se traduit par une augmentation directe des revenus des familles ainsi qu’une augmentation de l’activité commerciale grâce à de nouveaux excédents.
  2. Gérer une ferme prospère avec peu de terres dépend déjà des femmes. Malgré l’absence d’emploi rémunérateur, les femmes participent de manière informelle à l’économie pakistanaise par le biais de travaux domestiques non rémunérés. L’étude de l’Université Victoria met en corrélation un manque de formation professionnelle et une réduction des résultats de pratiques inefficaces, ce qui signifie que le manque de femmes formées est un goulot d’étranglement qui étouffe la croissance des revenus des ménages.

Croissance individuelle pour les femmes

Les ménages ont tout à gagner de l’élévation des femmes dans le bassin de main-d’œuvre agricole. En outre, développer le travail féminin au Pakistan en s’attaquant à l’exclusion des femmes dans la pratique qualifiée renversera le malheur économique que les restrictions antérieures ont infligé aux femmes.

Étant donné que la plupart des femmes lient leur fortune en tant que travailleuses indépendantes à celle de leur famille, l’augmentation du revenu agricole est un moyen efficace d’enrichir le revenu des agricultrices. Growth for Rural Enhancement and Sustainable Progress (GRASP) est une autre initiative au Pakistan visant à atteindre cet objectif. Son objectif principal, selon la couverture d’Intracen (Centre du commerce international), est de former les femmes à s’occuper du bétail et de leur apprendre à vendre leurs produits. Plutôt que de simplement enseigner aux femmes comment produire plus, la formation professionnelle leur offre une autonomie supplémentaire en leur permettant d’assumer un rôle de gestion dans le processus de distribution.

Autonomisation économique des femmes

Sharmeela Rassool, représentante du Pakistan auprès des Nations Unies, souligne l’importance de l’autonomie individuelle lorsqu’il s’agit d’augmenter le taux de participation de la main-d’œuvre féminine au Pakistan. « Pour de nombreuses femmes, l’entrepreneuriat ouvre la voie à l’autonomisation économique », a-t-elle écrit dans le journal pakistanais Dawn. De plus en plus de femmes utilisent leur niveau d’instruction pour diriger des entreprises en dehors du secteur agricole.

Alors que COVID-19 a ralenti la croissance économique à travers le Pakistan, il a également exposé des inégalités systémiques, offrant une opportunité de mettre les femmes dans un rôle de premier plan pour la reprise économique. L’écart salarial entre hommes et femmes qui diminue progressivement indique que la tendance actuelle à la diversification de la main-d’œuvre n’a pas encore atteint son plafond. Dans l’ensemble, l’inclusion des femmes au Pakistan a le potentiel de créer des avantages étendus pour le Pakistan, aidant le pays à sortir de la pauvreté.

Samuel Katz
Photo : Flickr

*

★★★★★