Le Parlement européen vote pour lutter contre la pauvreté des femmes en Europe

Pauvreté des femmes en Europe
Mardi 5 juillet 2022, le Parlement européen a voté en faveur d’un rapport pour lutter contre la pauvreté des femmes en Europe. Ce rapport vient en réponse à la façon dont la pandémie de COVID-19 a exacerbé la pauvreté des femmes en Europe ainsi qu’aux pratiques discriminatoires persistantes auxquelles l’Europe n’a pas répondu.

Pauvreté des femmes en Europe

Dans l’Union européenne, les femmes sont plus exposées au risque de pauvreté. Le taux de pauvreté chez les hommes est en moyenne de 20,4 %, tandis que le taux de pauvreté chez les femmes est de 22,3 %. Cette différence augmente dans les tranches d’âge supérieures. Depuis 2017, l’écart de pauvreté entre les sexes a augmenté dans 21 États membres de l’UE.

Le rapporteur spécial des Nations unies sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme, Olivier De Schutter, a attribué une grande partie de cette différence aux attentes différentes des hommes par rapport aux femmes. Il a constaté que les ménages divisent souvent le travail d’une manière qui rend difficile pour les femmes de chercher un emploi à temps plein, a rapporté UN News. Parce que les femmes passent souvent plus de temps à s’occuper des enfants, elles ne peuvent souvent travailler qu’à temps partiel. Il a également noté que les femmes dirigent la majorité des ménages monoparentaux et que jusqu’à 40 % d’entre elles sont confrontées à la pauvreté.

La pandémie de COVID-19 n’a fait qu’accroître ces obstacles. En fait, De Schutter a noté que la crise a obligé de nombreuses femmes à abandonner des emplois à temps plein. De plus, les fermetures d’écoles ont un impact, car les femmes s’occupent davantage des enfants que les hommes au sein de l’Union européenne.

Une autre forme de pauvreté qui touche de manière disproportionnée les femmes est la pauvreté menstruelle. La pauvreté menstruelle fait référence à l’incapacité d’une personne à accéder à des produits menstruels propres. Dans toute l’Europe, une menstruatrice sur 10 souffre de pauvreté menstruelle. Alors que certains pays européens, comme l’Écosse et les Pays-Bas, ont pris des mesures pour réduire la pauvreté menstruelle et accroître l’accès aux produits sanitaires, les réglementations varient considérablement d’un pays à l’autre.

Voter sur le rapport

Le rapport présenté par le Parlement européen vise à adopter une approche sensible au genre pour réduire la pauvreté des femmes en Europe. Il a été approuvé par un vote de 535 députés pour, 18 députés contre et 79 abstentions, a rapporté le site Internet du Parlement européen.

Le rapport énonce trois objectifs principaux : établir une stratégie de lutte contre la pauvreté axée sur les femmes pour l’achever d’ici 2030, prévenir la violence à l’égard des femmes qui est essentielle à leur participation au marché du travail et éviter les politiques fiscales discriminatoires sur les produits hygiéniques pour femmes. .

Les membres du Parlement européen encouragent vivement les États membres à apporter un soutien aux femmes fuyant la violence. Sans une indépendance totale et une vie sans violence, il est difficile pour de nombreuses femmes de subvenir à leurs besoins financiers.

Les membres appellent également à l’utilisation d’outils d’évaluation des emplois intersectoriels non sexistes pour garantir que les femmes reçoivent un salaire égal et des évaluations équitables sur leur lieu de travail. Ils reconnaissent en outre comment l’augmentation de l’accessibilité aux services de garde d’enfants de base permet à davantage de femmes de gagner un revenu, selon le site Web du Parlement européen.

La pauvreté des femmes en Europe, que la pandémie a aggravée, est le résultat des difficultés rencontrées par de nombreuses femmes pour entrer sur le marché du travail, aggravées par le manque de produits sanitaires accessibles. Le Parlement européen espère atténuer certaines des pressions qui aggravent la pauvreté chez les femmes lors de son récent vote sur ce rapport.

– Eleanor Corbin
Photo : Flickr

*

★★★★★