Le manque de produits menstruels en Syrie menace la santé des femmes

Produits menstruelsAu milieu des conflits et de la guerre, les femmes syriennes sont confrontées à un problème oublié mais important : le manque d’accès aux produits menstruels. Malgré leur apparition naturelle, les règles sont source de honte et de tabou dans de nombreux pays, dont la Syrie. Ceux qui vivent en état de siège en Syrie sont contraints de vivre sans les nécessités de base telles que l’eau potable et les produits d’hygiène féminine.

L’histoire de Huda

Un article du journal Independent détaille l’interview d’une jeune femme de 23 ans nommée Huda vivant dans un petit village appelé Saqba, à l’extérieur de Damas, sous le siège strict du gouvernement depuis 2013. Elle explique qu’il n’y a pratiquement pas de produits menstruels disponibles pour les citoyens de Saqba ; tous les produits disponibles sont commercialisés à des prix si élevés que les femmes sont obligées de choisir entre les serviettes hygiéniques et la nourriture. En conséquence, Huda a décidé d’utiliser un vieux chiffon qu’elle a trouvé au lieu d’acheter des produits menstruels. Cette décision a finalement conduit à des infections gynécologiques. De toute évidence, il s’agit d’un problème qui a des conséquences mortelles, en particulier parce que de nombreux Syriens ne peuvent pas se permettre un traitement médical approprié. Ceux qui peuvent se permettre de consulter l’un des rares gynécologues de la région se verront prescrire des médicaments, un produit généralement indisponible dans les régions assiégées.

L’alternative

Plus de 860 000 Syriens vivent sous le siège du gouvernement, dépourvus de produits de première nécessité tels que des produits menstruels et de la nourriture. La pénurie a conduit à l’adoption de « la méthode traditionnelle », c’est-à-dire que les femmes réutilisent de vieux chiffons, des morceaux de matelas ou encore de la mousse et de l’herbe comme alternative aux produits menstruels. Le manque d’eau propre ou de carburant pour faire bouillir l’eau a également rendu impossible le nettoyage correct de ces chiffons, ce qui a entraîné des infections.

Avec les produits menstruels, les crampes sont une source de détresse pour la majorité des femmes qui ont leurs règles. Sans accès à des analgésiques ou des coussins chauffants, les femmes sont parfois confinées au repos au lit ou dans une agonie constante pendant leurs règles. De plus, Global One a mené une étude dans des camps de réfugiés au Liban et en Syrie et a constaté que près de 60 % des femmes syriennes n’ont même pas accès à des sous-vêtements. Un nombre encore plus élevé n’a pas accès aux produits d’hygiène féminine.

Le tabou des règles

Le tabou des règles n’a fait qu’ajouter aux luttes croissantes auxquelles les femmes syriennes sont confrontées concernant leurs cycles menstruels. Dans le journal Independent, de nombreuses femmes syriennes interrogées ont même demandé à être désignées sous un pseudonyme pour protéger leur réputation tout en discutant de leurs règles. Pour ajouter à cela, l’anxiété de la guerre et de la perte peut entraîner des périodes sautées ou des saignements plus abondants, aggravant encore le problème.

De nombreuses femmes dans les camps de réfugiés ou de personnes déplacées ne quittent pas leurs maisons par peur ou par honte ; cette peur s’intensifie lorsqu’elles n’ont pas de produits menstruels ou de moyen de cacher les saignements. Cela peut entraîner un isolement social et des difficultés d’intégration dans la société. De plus, le manque d’accès aux produits menstruels a non seulement un impact physique sur les femmes, mais peut également affecter leur santé mentale.

Paquets d’aide

De nombreux colis d’aide envoyés en Syrie contiennent désormais des articles sanitaires. Cependant, cela ne suffit toujours pas pour aider les millions de femmes syriennes qui ont désespérément besoin de ces produits menstruels essentiels. Parallèlement à cela, les zones assiégées ont un accès limité, de nombreuses organisations à but non lucratif ne pouvant pas accéder aux zones sous contrôle gouvernemental. En 2016, l’Agence des Nations Unies pour l’enfance a livré avec succès 84 000 serviettes hygiéniques à des femmes syriennes. Bien que cela semble être une quantité importante, cela ne raye guère la surface de la quantité nécessaire de produits menstruels.

Une estimation de 2016 supposait que si un tiers de la population assiégée (860 000 en 2016) était des femmes, elles auraient besoin de plus de 10 millions de serviettes par an. Selon la Banque mondiale, en 2020, 49% de la population syrienne était des femmes. Depuis que la population assiégée a augmenté, le besoin de produits sanitaires est plus important que jamais.

Le principal obstacle sur la voie d’une hygiène menstruelle sûre pour les femmes syriennes est que de nombreuses personnes ne considèrent pas les produits menstruels comme une priorité, principalement parce qu’ils ne concernent que les femmes.

Journées pour les filles à la rescousse

Une organisation au Liban a lancé une initiative visant à offrir à ces femmes un moyen sûr et abordable d’obtenir des produits menstruels. Days for Girls (DFG), fondé par Celeste Mergens en 2008, soutient les filles qui n’ont pas accès aux serviettes hygiéniques. L’organisation atteint 128 pays, le premier emplacement étant le Liban. Ces efforts se concentrent sur l’aide aux 1,14 million de réfugiés syriens vivant au Liban. DFG fournit non seulement des serviettes hygiéniques aux filles qui en ont besoin, mais elle contribue également à fournir aux jeunes femmes une source de revenus en éduquant les filles sur les chaînes de production de serviettes lors d’une session de formation de huit jours. La formation aide les jeunes femmes en leur donnant une source stable de revenus et des compétences spécialisées qu’elles pourront utiliser à l’avenir.

On peut soutenir que l’un des impacts les plus importants du DFG est de lutter contre la stigmatisation qui entoure la menstruation et d’enseigner aux filles que les règles ne sont pas une source de honte. DFG se concentre également sur la création de tampons en tissu réutilisables qui peuvent durer jusqu’à trois ans, contribuant ainsi à réduire la quantité de déchets créés par l’élimination des tampons. Cela profite à la fois à l’environnement et aux réfugiés syriens qui ont besoin de produits d’hygiène féminine.

Mettre fin à la pauvreté de la période en Syrie

Bien que la situation puisse sembler sombre, des organisations comme DFG travaillent en permanence pour aider les femmes syriennes à obtenir l’aide dont elles ont besoin. Grâce aux efforts déployés par la DFG et d’autres avec des missions similaires ainsi qu’à la sensibilisation aux problèmes, la communauté internationale peut éradiquer la pauvreté menstruelle en Syrie.

– Mariam Abaza
Photo : Flickr

*

★★★★★