Le glissement de terrain en Éthiopie qui ne sera jamais oublié

Parfois, il y a des histoires qui vous dérangent, qui secouent votre âme, causent un chagrin d’amour persistant et ne vous lâchent pas. Il y a quelques semaines, j’ai entendu parler d’un événement tragique qui s’est produit en Éthiopie et cela n’a pas quitté mon esprit… ni mon cœur.

Tout a commencé avec un titre que vous ne verrez probablement jamais dans aucun média occidental :

Plus de 100 morts dans un glissement de terrain

Vous voyez, à la périphérie d’Addis-Abeba, il y a cette décharge massive – littéralement, des montagnes d’ordures sont empilées ici. Ça s’appelle Koshe. En argot amharique, le mot signifie simplement « saleté ». Et contrairement à tout ce que vous vivrez aux États-Unis, des centaines de familles habitent Koshe.

Vous avez bien lu. En fait, ils vivent dans la décharge.

Glissement de terrain en Éthiopie - Photo : Zacharias Abubeker/AFP/Getty Images

Glissement de terrain à la décharge de Koshe à Addis-Abeba, Éthiopie. [Photo: Zacharias Abubeker/AFP/Getty Images]

Ce sont les plus pauvres des pauvres. Les familles qui n’ont pas les moyens de payer un loyer en ville se réfugient dans la saleté laissée par les autres, migrant de tas en tas pour la « sécurité » et pour les « meilleures ordures ».

Leur seul espoir de survie est de fouiller dans les choses que les autres rejettent comme étant sans valeur – dans l’espoir de trouver de la nourriture ou des choses qu’ils peuvent revendre. Bien que nous ayons nos propres luttes contre la pauvreté dans notre pays, nous n’avons jamais eu à faire l’expérience de familles vivant littéralement dans nos décharges, se précipitant à travers des monticules d’ordures pour survivre.

Le 11 mars, une tragédie a frappé Koshe. L’une des montagnes de déchets s’est déplacée et s’est effondrée sous son propre poids. Des familles entières ont été anéanties dans ce moment horrible.

Trois enfants assistés par la compassion, ainsi que sept frères et sœurs et quatre soignants figuraient parmi les personnes tuées. Au total, 113 ont perdu la vie dans la mer de déchets.

Mon esprit ne cesse d’imaginer des sauveteurs devant fouiller dans la puanteur des restes de nourriture, des récipients vides et d’autres choses innommables pour trouver les corps de ceux qui ont péri. C’est insupportable.

C’est déraisonnable.

Aucun enfant ne devrait vivre ainsi. Certes, aucun enfant ne devrait jamais mourir comme ça.

Glissement de terrain en Éthiopie - Photo : Zacharias Abubeker/AFP/Getty Images

Des sauveteurs à la recherche de personnes disparues dans la décharge de Koshe à Addis-Abeba, en Éthiopie. [Photo: Zacharias Abubeker/AFP/Getty Images]

Nous, dans le monde développé, vivons dans nos propres montagnes de bric-à-brac, n’est-ce pas ? Nous empilons les affaires si haut que nous avons besoin d’unités de stockage pour tout contenir. Saviez-vous que les unités de stockage sont uniquement un phénomène occidental ? La plupart du reste du monde ne comprend pas le concept d’avoir tellement de choses que vous devez louer un autre bâtiment pour les contenir.

Dans ma ville, je passe devant des dizaines de voitures garées dans les rues parce que nos garages pour deux ou trois voitures sont tellement remplis de « trucs » qu’on ne peut pas s’y garer. Nous ne vivons peut-être pas dans des décharges, mais nous vivons certainement dans nos propres tas, n’est-ce pas ?

Je n’avais pas vraiment l’intention que ce soit une diatribe sur la gourmandise américaine, je le promets. Je me demande simplement le parallèle entre les montagnes de choses que nous collectons dans l’espoir de trouver le bonheur et les montagnes de saleté que des centaines de familles éthiopiennes endurent juste pour survivre.

Et j’en suis brisé. Des gens sont morts, noyés dans les ordures.

Le glissement de terrain en Éthiopie qui ne sera jamais oublié

Glissement de terrain à la décharge de Koshe à Addis-Abeba, en Éthiopie, qui a coûté la vie à 113 personnes.

Peut-être que si ce n’est rien d’autre, c’est un rappel pour moi de me débarrasser des déchets inutiles dans ma vie. Réaliser qu’il y a ceux qui souffrent dans la misère au-delà même de ma propre compréhension et faire quelque chose à ce sujet.

Ma famille parraine un petit garçon au Salvador. Je prie pour que nos efforts, ainsi que ceux de Compassion et de l’église locale, aident à libérer le petit Hamilton de la pauvreté qui cherche à l’enterrer dans les poubelles des circonstances.

Puisse-t-il ne jamais avoir à fouiller dans les déchets de quelqu’un d’autre pour se nourrir. Qu’il n’ait jamais à aller à l’école avec l’odeur des ordures sur ses vêtements parce qu’il appelle une décharge à la maison. Et puissions-nous nous rappeler que nous qui avons tant – peut-être même trop – sommes appelés à prendre soin de ceux qui dorment littéralement la nuit sur la saleté que nous jetons.

*

★★★★★