Le genre compte, plus que vous ne le pensez –

Food for the Hungry (FH) est une organisation internationale de secours et de développement basée sur la foi chrétienne, et l’égalité des sexes est au cœur de ses fondements bibliques. La vision de FH est ancrée sur la vérité biblique selon laquelle chacun est créé de manière unique et spéciale à l’image de Dieu, et quel que soit son sexe, est immensément valorisé par lui et plein de potentiel (Genèse 1 : 27, Galates 3 : 28).

En tant qu’organisation chrétienne, FH suit les traces de Jésus-Christ. Jésus a guéri, défendu et s’est associé aux hommes et aux femmes. Il a donné aux femmes l’égalité des chances de participer et de diriger la diffusion des nouvelles de l’Évangile (Jean 8 :1-11, Luc 13 :11-17, Jean 4 :1-30, Jean 11, Galates 3 :28). La nouvelle la plus importante de tous les temps, sur terre, était que Jésus était ressuscité d’entre les morts et que la nouvelle était d’abord confiée aux femmes (Matthieu 28 : 6-9).

En 1857, des femmes travaillant dans une usine de confection à New York ont ​​reconnu que l’égalité des sexes était importante pour la croissance économique et le bien-être de la société. Elles ont donc défilé pour protester contre les conditions de travail inhumaines et les bas salaires. En 1908, environ 15 000 femmes ont de nouveau défilé, exigeant de meilleures heures de travail, un meilleur salaire et le droit de vote. Ces deux actions audacieuses ont jeté les bases du mouvement mondial des femmes et ont apporté des progrès significatifs en matière d’égalité des sexes dans le monde.

La pauvreté et l’inégalité sont liées ; L’inégalité entre les sexes, en particulier, est l’un des principaux moteurs de la pauvreté dans le monde. Le genre définit la relation de pouvoir entre les hommes et les femmes, et cette relation détermine qui a le plus de pouvoir économique, social et politique. L’inégalité entre les sexes peut nuire aux hommes et aux femmes, mais elle affecte de manière disproportionnée les femmes chaque jour dans tous les pays du monde.

Les femmes représentent 70 % des pauvres dans le monde et les deux tiers des 781 millions d’adultes analphabètes dans le monde. Ce qui n’est pas surprenant puisque les filles sont moins susceptibles d’être scolarisées que les garçons.(1)

Des revenus limités entravent l’accès des femmes aux services de santé, en particulier pendant les années de procréation. Chaque jour, 810 femmes meurent de causes évitables liées à la grossesse et à l’accouchement. Ce nombre est dix fois plus élevé chez les femmes handicapées.(2)

En ce qui concerne les moyens de subsistance, la productivité des femmes dans le secteur agricole est considérablement réduite en raison de la discrimination dans l’accès aux ressources clés telles que la terre, le crédit et les services de vulgarisation. Les agricultrices qui entravent la productivité affectent la sécurité alimentaire et nutritionnelle de leur famille et imposent un coût élevé à l’ensemble de l’économie en raison de la perte de productivité.(3)

Et alors qu’un rapport de 2021 sur l’état des objectifs de développement durable (ODD) indiquait de bons progrès dans la réduction de l’écart entre les sexes en matière de réussite scolaire et de survie en santé, le monde est loin d’atteindre l’égalité des sexes dans la participation économique ou la lutte contre la violence sexiste. Le rapport indique que la proportion de femmes et de filles de plus de 15 ans victimes de violences physiques ou sexuelles est restée inchangée depuis plus d’une décennie, avec toujours une personne sur trois affectée dans le monde.

La pandémie de COVID-19 a eu un impact négatif sur les progrès réalisés au cours des trois dernières décennies.

Selon l’UNICEF, dans le monde, 21 % des femmes et des filles étaient déjà mariées avant l’âge de 18 ans, et parmi les femmes vivantes aujourd’hui, 650 millions se sont mariées pendant leur enfance.(4) La situation est pire dans des pays comme le Bangladesh et la République centrafricaine, où respectivement 61 % et 70% des filles se marient avant d’avoir 18 ans.

Les fermetures d’écoles ont entraîné une augmentation des mariages d’enfants. Jusqu’à un million de filles pourraient abandonner l’école en Afrique subsaharienne en raison d’une grossesse pendant la crise du COVID-19. On s’attend à ce que 11 millions d’autres étudiantes ne retournent jamais à l’école. « L’année 2020, marquant le vingt-cinquième anniversaire du Programme d’action de Pékin, se voulait révolutionnaire pour l’égalité des sexes. Au lieu de cela, avec la propagation de la pandémie de COVID-19, même les gains limités réalisés au cours des dernières décennies risquent d’être annulés. La pandémie aggrave les inégalités préexistantes, exposant les vulnérabilités des systèmes sociaux, politiques et économiques qui, à leur tour, amplifient les impacts de la pandémie. »(5)

En outre, les événements météorologiques défavorables, les troubles politiques et les conflits affectent partout de manière disproportionnée les femmes et les filles. Diverses études indiquant la vulnérabilité aux aléas et aux catastrophes passées éclairent la manière dont les femmes et les hommes sont affectés différemment. Les hommes ont davantage accès aux réseaux et au capital social, ce qui leur offre de meilleures voies pour surmonter les crises. De plus, les femmes ont moins de contrôle sur les actifs économiques et leur capacité à résister aux chocs économiques est minime.

Sur le lieu de travail, les femmes restent sous-représentées dans les postes de direction dans tous les secteurs. Par exemple, une étude sur 276 entreprises en Amérique du Nord représentant 13 millions d’employés a révélé que les femmes ne représentent que 37 % des postes de direction. La représentation des femmes diminue lorsqu’il s’agit de cadres supérieurs : seuls 23 % des postes relevant directement d’un PDG et 29 % des postes de vice-président sont occupés par des femmes.(6)

femme guatémaltèque assise à un bureau en train de lire

Même les femmes qui parviennent à obtenir des postes de direction révolutionnaires sont souvent confrontées à un salaire inférieur à celui des hommes. Aux États-Unis, les femmes gagnent 80,5 cents pour chaque dollar que gagnent les hommes pour le même travail.(7) De plus, les femmes de couleur sont davantage victimes de discrimination en raison de leur race. Les femmes noires ne gagnent que 63 % de ce que gagnent les hommes blancs, tandis que les femmes hispaniques ne gagnent que 54 % de ce que gagnent les hommes blancs.(8) Les employeurs doivent avoir une politique et une stratégie claires pour lutter contre les préjugés et la discrimination sur le lieu de travail, notamment en garantissant l’équité salariale un environnement de travail inclusif. En un mot, les violations des droits des femmes et la violence sexiste sont largement pratiquées dans le monde sous diverses formes.

En raison de la rigidité des attitudes patriarcales mondiales, il existe une tendance à considérer les questions de genre comme des problèmes de femmes uniquement, ce qui sape les efforts visant à assurer l’égalité des sexes. L’engagement des hommes est essentiel pour mettre fin à la violence et à la discrimination à l’égard des femmes et des filles. En tant que principaux auteurs de violence à l’égard des femmes et des filles, les hommes ont besoin d’un changement radical de mentalité qui conduira à des changements de comportement. En outre, les hommes détiennent le pouvoir et la prise de décision dans les institutions publiques, et il est crucial de les engager à élaborer et mettre en œuvre des politiques contre la violence sexiste.

La direction de FH a reconnu le besoin et a répondu en créant un conseil sur le genre, l’équité, la diversité et l’inclusion (GEDI). FH a attiré divers professionnels masculins et féminins de diverses nationalités, races et origines ethniques. Des données récentes sur les ressources humaines de 2021 indiquent que FH International a réussi à combler l’écart entre les sexes dans la représentation des femmes et des hommes au sein de l’équipe de direction exécutive (ELT) et du conseil d’administration (BOD) et a atteint l’équité salariale. De la même manière, FH est guidé par sa politique de genre et ne discrimine aucune personne ou groupe de personnes pour s’assurer que toutes les personnes et tous les groupes vulnérables bénéficient des interventions de son programme.

Famille de réfugiés syriens composée d'une femme, d'un homme et de quatre jeunes enfants assis sur un tapis à l'intérieur d'une tente de réfugiés

Peut-être plus important encore, nous devons reconnaître que la correction de l’écart entre les sexes n’est pas seulement une question de justice pour les femmes. Il est étroitement associé à la croissance économique nationale et au bien-être général de la société. Les pays ayant un niveau élevé d’égalité des sexes (faible indice de disparité entre les sexes) ont un PIB plus élevé. L’expérience de l’Amérique latine a indiqué qu’une augmentation du nombre de femmes dans le travail rémunéré de 2000 à 2010 représentait une réduction de 30 % de la pauvreté globale !(9) En Inde, 89 % des femmes qui ont utilisé un prêt pour démarrer des micro-entreprises ont signalé une augmentation de 66 % de leurs revenus et amélioration du bien-être de leurs familles et de leurs communautés.

Selon la Banque mondiale 2021, « lorsque les femmes sont éduquées, leurs décisions ont un effet d’entraînement et peuvent contribuer à briser le cycle de la pauvreté générationnelle. Les femmes qui reçoivent plus d’éducation ont tendance à être en meilleure santé, participent davantage au marché du travail formel, gagnent des revenus plus élevés, ont moins d’enfants, se marient à un âge plus avancé et permettent de meilleurs soins de santé et une meilleure éducation pour leurs enfants.

Femme ougandaise professionnelle de la santé en blouse blanche regardant au microscope de laboratoire

La seule réduction de l’écart entre les sexes dans l’agriculture produirait des gains importants pour la société en augmentant la productivité agricole, en réduisant la pauvreté et la faim et en favorisant la croissance économique. Permettre aux femmes d’accéder aux ressources productives au même niveau que les hommes augmenterait les rendements de leurs exploitations de 20 à 30 %. En outre, l’amélioration de la productivité des femmes pourrait augmenter la production agricole totale dans les pays en développement de 2,5 à 4 %, ce qui pourrait, à son tour, réduire le nombre total de personnes souffrant de la faim dans le monde de 12 à 17 %.(10)

L’examen du Programme d’action de Beijing montre que le sous-investissement dans l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes a contribué à des progrès lents et inégaux dans le développement des nations et de leurs économies. Un financement inadéquat entrave la mise en œuvre de lois et de politiques sensibles au genre. Selon ONU Femmes, le manque d’investissement dans l’égalité des sexes doit être inversé si nous voulons concrétiser la vision transformatrice de l’objectif de développement durable 5 et les engagements en matière d’égalité des sexes dans tous les autres ODD.

Zemach Kenea est la conseillère mondiale en genre de FH.

Rejoignez-nous en ligne le 8 mars, Journée mondiale de la femme, pour entendre Zemach et deux autres experts internationaux parler à « Quand toutes choses ne sont pas égales : lutter contre l’inégalité mondiale entre les sexes » — un webinaire gratuit parrainé par notre organisation affiliée, FH Canada.

Les références:

(1) Satoskar, M., & Satoskar, A. (2015). Modèle stratégique de l’enseignement supérieur créatif à l’emploi pour les technologies de l’information. Dans Actes du Congrès mondial sur l’ingénierie et l’informatique (pp. 320-324).

(2) Organisation mondiale de la santé. (2019). Mortalité maternelle : résumé des preuves (n° WHO/RHR/19.20).

(3) Doss, CR (2018). Les femmes et la productivité agricole : recadrer les enjeux. Examen des politiques de développement, 36 (1), 35-50.

(4) UNICEF. (2020) : Le mariage des enfants autour du monde : infographie. Extrait de : www.unicef.org

(5) ONU : 2020 : Policy Brief : The Impact of COVID-19 on Women (9 AVRIL 2020).

(6) Cahn.N.(2021). Statut et rémunération des femmes dans la suite C. Extrait de : www.forbes.com

(7) Bureau du recensement des États-Unis, 2019.

(8) Sheth, S., Gal.S, & Skye, G. & (2028). Écart salarial entre les sexes. Extrait de : www.businessinsider.com

(9) Oxfam, 2021 : Pourquoi la majorité des pauvres dans le monde sont des femmes. Extrait de : www.oxfam.org

(10) Doss, CR (2018). Les femmes et la productivité agricole : recadrer les enjeux. Examen des politiques de développement, 36 (1), 35-50.

*

★★★★★