Le droit d’être libre traite de la traite des êtres humains au Ghana

Droit d'être libreDans une interview avec The Borgen Project, Eric Peasah, fondateur et directeur exécutif de Right To Be Free (RBTF), parle de l’engagement de l’organisation dans la prévention de la traite des êtres humains avec un accent particulier sur les femmes et les enfants au Ghana. Son travail élève non seulement les plus marginalisés et les plus vulnérables, mais est également couronné de succès au niveau politique – Peasah a joué un rôle important dans l’élaboration de la loi ghanéenne sur la traite des êtres humains, entre autres efforts.

Impact

Peasah dit que la mission de l’organisation est de rendre le monde meilleur pour tous. La RTBF soutient directement « le sauvetage, la réhabilitation, la réunification et la réinsertion des victimes de la traite des êtres humains » et d’autres conditions d’exploitation.

De plus, l’esclavage moderne est beaucoup plus répandu et nécessite une action urgente que le monde ne le pense. Pour illustrer, les États-Unis ont une population totale de 320 millions d’habitants, dont plus de 400 000 vivent dans des conditions d’esclavage moderne. Au Ghana, plus de 130 000 vivent dans l’esclavage moderne sur un total de 30 millions. De tous les enfants victimes de la traite au Ghana, on estime que 60 % l’ont été sur le lac Volta, l’un des points chauds où Peasah a travaillé.

Fondation de Right To Be Free

Peasah dit qu’il était censé devenir avocat bien avant de commencer à travailler comme travailleur social à plein temps. Au lieu d’étudier le droit, il est allé à l’école d’ingénierie sociale et une partie de ses études se déroulerait en dehors de la salle de classe, dans la rue.

Voulant aller dans les zones les plus touchées par la pauvreté, il a mené un projet académique de six mois dans les rues du Ghana où il a travaillé pour l’Organisation internationale pour les migrations près du lac Volta. Peasah et son équipe « ont identifié les enfants victimes de la traite travaillant sur et le long du lac comme des enfants pêcheurs, des bergers ou des domestiques dans les villages ». Une équipe rapidement réunie a découvert que ces enfants étaient dans la plupart des cas victimes de la traite par leurs parents – avec ou sans consentement – ​​pour subvenir aux besoins de leurs foyers respectifs. En réponse, Peasah et son équipe ont mis en place un programme pour sauver ces enfants victimes de la traite, marquant le début de Right To Be Free.

Les principaux facteurs contribuant à la traite des êtres humains

Peasah dit, à son avis, que les deux plus grands problèmes qui contribuent à la traite des êtres humains sont l’extrême pauvreté et l’ignorance. En ce qui concerne l’Afrique, c’est aussi le manque d’emplois et le manque d’opportunités qui rendent la traite si répandue. Il explique que les enfants qui manquent de perspective ou d’un réseau de soutien financier à la maison, en particulier les filles, sont plus susceptibles d’être attirés par une vie meilleure au Koweït, au Qatar et dans les pays du Golfe par le biais d’emplois potentiels comme domestiques.

Plaidoyer

Right To Be Free suit les quatre P : « protection, prévention, poursuites et partenariat » afin de favoriser une amélioration véritable et durable. Chaque année, les membres du personnel de la RTBF travaillent avec les villageois locaux pour les sensibiliser aux dangers de la traite des êtres humains.

Les membres du personnel enseignent également aux pêcheurs locaux les conséquences juridiques et sociales du travail des enfants et proposent des méthodes de pêche alternatives ou une formation professionnelle. Peasah souligne que de nombreux parents croient sincèrement que leurs enfants peuvent avoir une chance d’avoir une vie meilleure et envoient leurs enfants sur la base de fausses promesses faites par des trafiquants d’êtres humains.

Une fois que les enfants sont sauvés de conditions oppressives, Right To Be Free essaie de les réhabiliter et plus tard de les réintégrer dans leurs familles. Si nécessaire, Right To Be Free accorde des micro-prêts aux parents ou tuteurs des victimes pour les soutenir financièrement tout en les surveillant. Right To Be Free facilite les programmes d’éducation, soit sous la forme d’écoles communautaires, soit sous forme de cours pour enseigner aux femmes des compétences précieuses pour un emploi futur.

Le lien entre la traite des êtres humains et la pauvreté mondiale

«Chaque pays, que ce soit le Ghana, le Libéria, le Pakistan ou l’Égypte, a sa réponse unique à la racine de la traite des êtres humains, mais le seul lien unificateur est que tous les habitants de ces régions manquent de quelque chose. La pauvreté et la traite ont à 100% un lien. Les enfants sont retirés de l’école par leurs parents pour contribuer au revenu familial, ce qui entraîne un manque d’éducation et une vulnérabilité à la traite. Si les mêmes parents avaient des richesses, il n’y aurait pas besoin de retirer les enfants de l’école et ils craindraient les dangers de la traite.

Plans futurs

Peasah a révélé qu’il aimerait lancer un programme où les enfants qui souffrent actuellement en silence peuvent avoir une ligne de secours qu’ils peuvent appeler. Il dit qu’au lieu de travailler uniquement avec les parents, il est tout aussi important d’apporter un soutien continu aux enfants également. En outre, Right To Be Free prévoit de construire davantage d’écoles pour les communautés au cours des prochaines années afin d’éduquer les enfants et les parents sur les dangers de la traite.

– Pauline Lützenkirchen
Photo : Flickr

*

★★★★★