Le déplacement interne des pandits du Cachemire

Déplacement interne des pandits du Cachemire
Les Pandits du Cachemire sont devenus le plus grand groupe de personnes déplacées en Inde. En 1989, une insurrection militante a éclaté au Cachemire, une région contestée du nord de l'Inde. Les Pandits du Cachemire (KP), une population minoritaire hindoue, ont été pris pour cible par des groupes d'insurrection musulmans et terrorisés pour qu'ils quittent leurs foyers ancestraux. Après trois décennies de déplacement, de nombreux Pandits du Cachemire continuent de vivre dans des camps de migrants avec peu de moyens de subsistance ou d'accès aux services de base. Pour plus d'informations sur le déplacement interne des pandits du Cachemire, le projet Borgen a interviewé le Dr Sudha G. Rajput, auteur de «Déplacement interne et conflit: les pandits du Cachemire dans une perspective comparative».

Un problème prolongé

Plus de 90% des PK ont été déplacés à l’intérieur du pays par le conflit, et la majorité de la population a déménagé dans des zones urbaines telles que Jammu et New Delhi, la capitale de l’Inde. Après le déplacement initial, les KP ont reçu ce qui était censé être un hébergement de courte durée dans des camps de migrants à la périphérie des villes. Cependant, la majorité de la population continue de vivre dans ces établissements confinés.

Les camps de migrants ont été initialement assemblés avec des tentes, des bâches et d'autres matériaux de fortune, bien que la plupart soient passés à des complexes à plusieurs étages dans des colonies de type «township» au cours de la deuxième décennie de déplacement. Bien que les conditions de vie se soient améliorées, ces complexes appartiennent au gouvernement et sont attribués temporairement aux familles, laissant aux résidents peu d'autonomie et aucun droit de propriété.

Bien que la plupart des familles aient pu faire la transition vers ces nouvelles colonies, certaines continuent de vivre dans les structures initiales en forme de tente ou dans des salles communautaires converties. Dans ces situations, les pandits du Cachemire endurent des conditions de surpeuplement et insalubres sans eau courante ni accès aux commodités de base.

Admettre la permanence

Le Dr Rajput a rencontré une famille de Pandit du Cachemire dans l'un des centres communautaires reconvertis de Delhi, où les familles avaient divisé une grande salle en zones séparées par des rideaux et des boîtes en carton. «D'après l'apparence, il semblait qu'ils venaient de déménager hier», dit-elle, «mais j'ai découvert que cette famille vivait dans ces conditions depuis plus de 20 ans.»

Le Dr Rajput note également que pour de nombreuses populations déplacées à travers le monde, l'interprétation initiale d'une situation détermine toutes les politiques futures sur toute la ligne. Pour KPs, le récit de leur crise «temporaire» persiste depuis trois décennies. La plupart des décideurs politiques en Inde affirment que le déplacement interne des pandits du Cachemire est toujours un problème temporaire. «Dès que vous admettez la permanence, vous devez mettre en place des politiques permanentes et durables», explique Rajput. «Si le gouvernement prétend qu'une situation est temporaire, il n'a pas besoin de fournir un logement à long terme, une éducation ou des soins de santé.»

Impact sur la santé

Le traumatisme durable du déplacement, ainsi que les mauvaises conditions de vie, ont provoqué un vieillissement prématuré. En outre, les communautés vivant toujours dans des camps surpeuplés souffrent d'un grand nombre de cas de tuberculose et de pneumonie. De nombreux pandits continuent également de porter des traumatismes psychologiques profonds, et des troubles comme la dépression, l'insomnie, la schizophrénie et les phobies sont devenus courants.

Les PK déplacés ont été coupés de leur patrie et, avec elle, de leur héritage culturel. Pour beaucoup, vivre en exil alimente l'humiliation et l'insécurité qui sont accentuées par l'hostilité des communautés d'accueil. «Au moment où une personne est déplacée, tous les aspects de l'humanité changent», explique le Dr Rajput. «Vous êtes toujours préoccupé de comprendre pourquoi votre déplacement s'est produit et comment vous intégrer dans une nouvelle société.»

Impact sur l'emploi et l'éducation

Le déplacement interne des Pandits du Cachemire a considérablement affecté leur prospérité économique et leurs possibilités d'emploi. Les familles ont été forcées de quitter leurs maisons, leurs magasins et leurs terres agricoles, ainsi que leurs occupations et entreprises. Le gouvernement a attribué à de nombreux propriétaires d'entreprises du KP des magasins temporaires, leur permettant de retrouver leurs moyens de subsistance antérieurs. Cependant, de nombreux habitants des camps ont du mal à trouver un emploi et restent dépendants des rations fournies par le gouvernement et des secours en espèces.

L'éducation de la communauté pandit du Cachemire a également été fortement perturbée par le déplacement initial, ce qui signifie que de nombreux étudiants ont perdu des années d'études alors qu'ils vivaient dans des camps de migrants de fortune. Cependant, le gouvernement central de l'Inde a fourni une éducation gratuite à tous les enfants déplacés du PK en accordant au moins 12 places aux PDI dans les écoles publiques. De nombreux parents sont reconnaissants du niveau d'éducation que leurs enfants ont reçu dans les grandes sociétés métropolitaines comme Delhi, ce qui n'aurait pas été possible dans les petits villages cachemiris.

Espoir pour l'avenir

Au début de la crise de déplacement, de nombreuses ONG ont aidé les PK. Cependant, comme leur déplacement est devenu de plus en plus long, beaucoup ont achevé leurs missions humanitaires et sont passés à d'autres projets. Comme il y a maintenant des initiatives limitées axées uniquement sur la population déplacée, les PK ont pris les choses en main et ont créé divers groupes communautaires.

L'un des plus connus est All India Kashmiri Samaj (AIKS), une organisation de défense qui milite pour la représentation des pandits ainsi que pour la protection de leurs identités socioculturelles. AIKS fournit une aide économique, des emplois, des opportunités éducatives et des bourses aux communautés du PK. Sa portée s'est étendue aux PK du monde entier, ainsi qu'aux personnes déplacées en Inde.

À l'avenir, le Dr Rajput estime que le discours des communautés d'accueil à l'égard des personnes déplacées internes doit changer. Les populations hôtes perçoivent souvent les communautés pandits comme menaçant leurs moyens de subsistance et emportant de précieuses ressources publiques. En réalité, les KP ont contribué économiquement à ces sociétés en attirant de nouveaux consommateurs et investisseurs à Delhi et Jammu City. «Nous ne pouvons pas changer les situations, mais nous pouvons changer nos mentalités», explique Rajput. "Changer le récit est ce qui apportera de l'espoir."

– Claire Brenner
Photo: Flickr

*

★★★★★