Le chômage en Afrique du Sud s’envole

Chômage en Afrique du SudLe chômage en Afrique du Sud a atteint de nouveaux sommets à la fin de 2021, équivalant à plus de 7,9 millions de personnes entre octobre et décembre 2021. En règle générale, des taux de chômage élevés stimulent les prévisions de ralentissement économique et de faible mobilité pour l’exercice à venir. Le ministère des Finances s’attend à ce que le taux de croissance économique de l’Afrique du Sud atteigne 2,1 % en 2022, mais les experts estiment que cela est insuffisant « pour réduire de manière significative le chômage et la pauvreté ». Malgré le ralentissement économique auquel les Sud-Africains sont confrontés, en particulier les travailleurs sud-africains de l’industrie et de la construction, il y a un peu d’espoir.

Histoire du chômage en Afrique du Sud

Le chômage en Afrique du Sud a une longue histoire et une myriade de raisons. Le taux de chômage dépend du type de chômage auquel on se réfère. Il existe la « définition standard » selon laquelle les personnes âgées de 15 à 64 ans recherchent activement un emploi alors qu’elles sont sans emploi pendant un certain temps. Ensuite, la définition élargie du chômage fait référence aux chômeurs « qui ont cessé de chercher du travail ».

À la fin du troisième trimestre de 2021, le chômage en Afrique du Sud s’élevait à 34,9 %, selon la définition standard, mais à 46,6 %, selon la définition élargie. D’innombrables facteurs contribuent au chômage en Afrique du Sud. Les facteurs les plus importants découlent de « l’héritage de l’apartheid » de la nation, des pénuries d’emplois et de la « croissance économique lente ».

Le chômage a commencé à baisser en Afrique du Sud après 2002, lorsque le taux de chômage national était d’environ 34 % si l’on utilise la définition standard. Il est tombé à 22%, le pourcentage le plus bas depuis des décennies, en 2008, mais ensuite, le taux de chômage a recommencé à augmenter au fil des ans. La récession de 2008 a frappé l’économie mondiale et a eu un impact sur les emplois dans le monde entier. L’Afrique du Sud n’a pas encore récupéré de ses pertes en 2008. En outre, le COVID-19 a exacerbé le ralentissement économique et les problèmes de chômage en Afrique du Sud.

L’impact de la COVID-19 sur les travailleurs de la construction et de la fabrication

Plus précisément, les pertes semblent avoir le plus d’impact sur les industries de la construction et de la fabrication en Afrique du Sud. Dans toute l’Afrique du Sud, toutes les provinces comptaient plus de 1,3 million d’employés dans l’industrie de la construction au premier trimestre 2020. Au dernier trimestre 2021, l’industrie de la construction avait perdu au moins 25 000 emplois.

L’industrie manufacturière en Afrique du Sud souffre tout autant du ralentissement économique que la construction, après avoir perdu 80 000 emplois au dernier trimestre de 2021. Le secteur manufacturier a fait face à une contraction économique de 3,3 % en 2008. Comme de nombreux secteurs de l’économie sud-africaine après la récession, la fabrication travaille toujours pour ramener plus d’emplois et soutenir tous ses travailleurs. Bien que les perspectives puissent être sombres, des mesures critiques peuvent remédier à la baisse du chômage en Afrique du Sud.

Comment l’Afrique du Sud peut se redresser

Selon les définitions standard et élargie du chômage, l’Afrique du Sud a de nombreuses pistes d’action qui peuvent aider ceux qui sont confrontés au chômage. L’espoir le plus important à travers l’Afrique du Sud est que le gouvernement intervienne et crée des politiques pour aider tous les secteurs d’activité en Afrique du Sud, pas seulement la construction et la fabrication.

On espère que davantage de commerce en 2022 avec les États-Unis et la Chine garantira suffisamment de travail au pays pour aider l’industrie manufacturière à rebondir.

Les experts prédisent que le secteur de la construction va rebondir. Les projections indiquent que l’industrie « rebondira en 2022 et augmentera de 9,1 % en termes réels ». Ensuite, le secteur de la construction « se stabilisera à une croissance annuelle moyenne de 3,1 % entre 2023 et 2025, bien que la production ne revienne pas aux niveaux d’avant la pandémie pendant toute la période de prévision ». Les investissements du gouvernement dans des projets à grande échelle soutiendront cette reprise.

Stimulation présidentielle de l’emploi

Le gouvernement sud-africain a lancé le Presidential Employment Stimulus (PES) en réponse à l’impact du COVID-19 sur l’emploi en Afrique du Sud. Dans l’ensemble, « l’objectif du programme est de créer des emplois et de renforcer les moyens de subsistance, en soutenant un travail significatif pendant que le marché du travail se redresse ».

Le gouvernement a mis en place le PSE en octobre 2020 pour apporter un soutien économique aux emplois financés par l’État. Le stimulus comporte deux phases. La phase 1 a travaillé avec les départements régionaux et nationaux pour investir dans la création d’emplois afin de fournir aux chômeurs de nouvelles compétences dans des emplois susceptibles de déboucher sur un emploi à long terme. En janvier 2022, le PSE a créé plus de 673 000 emplois tout en soutenant plus de 140 000 moyens de subsistance. Les jeunes représentaient 85 % des bénéficiaires du programme et les femmes 63 % de tous les bénéficiaires du programme.

Officiellement, la phase 2 est actuellement en cours sans date de fin précise pour le moment. Dans l’ensemble, le PSE est bénéfique pour l’Afrique du Sud dans la lutte contre le chômage. Le PSE englobe plusieurs programmes différents de lutte contre le chômage en Afrique du Sud, qui servent à stimuler l’économie et à réduire la pauvreté.

Regarder vers l’avant

Plusieurs stratégies ont le potentiel de réduire le chômage et, à long terme, de réduire la pauvreté. En avril 2020, le taux de pauvreté en Afrique du Sud était de 55,5 % et la croissance économique prévue en 2022 n’est que de 2 %, ce qui n’améliorerait pas de manière significative les niveaux de pauvreté en Afrique du Sud. Cependant, si le gouvernement continue de donner la priorité aux programmes visant à offrir des opportunités d’emploi et à financer des projets pour stimuler la croissance dans les secteurs en difficulté, 2022 pourrait apporter de plus grandes améliorations.

– Clara Mulvihill
Photo : Flickr

*

★★★★★