Le chemin de la Géorgie vers l’Europe – Le projet Borgen

georgias-chemin-vers-l-europe-la-barriere-oligarchiqueFin juin, les Géorgiens sont descendus dans la rue pour protester contre la suggestion de la Commission européenne de reporter la candidature de l’État à l’UE. La raison principale n’est pas l’économie géorgienne – le taux de pauvreté s’est considérablement amélioré – mais les violations des valeurs démocratiques de l’UE par les oligarques.

Récent recul de l’UE

En 2014, la Géorgie a signé des accords d’association avec l’Union européenne pour mettre le pays sur la voie du statut de candidat à l’UE. Le 23 juin 2022, l’UE s’est abstenue d’accorder le statut à la Géorgie, plaçant la nation derrière l’Ukraine et la Moldavie. Ces deux autres pays post-soviétiques ont suivi une chronologie similaire au chemin de la Géorgie vers l’Europe.

Bien que le statut de candidat ne garantisse pas l’adhésion, ce serait un pas en avant significatif pour le pays du Caucase. En 2020, 80 % des Géorgiens ont déclaré être favorables à l’adhésion à l’UE et des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans la capitale pour exprimer leurs frustrations envers le gouvernement, qu’ils jugent responsable.

Leur colère pourrait être justifiée, car la Commission européenne n’a pas refusé le statut de candidature en raison de lacunes économiques. En effet, le pourcentage de personnes vivant en dessous du seuil national de pauvreté en Géorgie a considérablement diminué au cours de la dernière décennie, passant de 37,3 % en 2010 à 21,3 % en 2020.

Au lieu de cela, l’UE a décidé que la Géorgie ne montre pas un soutien suffisant pour les valeurs démocratiques que les nations européennes doivent respecter par le biais d’institutions solides. La Commission européenne a souligné que le gouvernement devrait se concentrer sur le démantèlement de la structure oligarchique qui domine la politique géorgienne s’il entend poursuivre le chemin de la Géorgie vers l’Europe.

Effets de la règle des oligarques en Géorgie

Le milliardaire Bidzina Ivanishvili a créé l’actuel parti au pouvoir, Georgian Dream (GD), en 2012 et a été Premier ministre jusqu’en 2013 avant de démissionner. Cependant, Ivanishvili maintient une forte emprise sur le parti depuis la ligne de touche. Au cours de son mandat, il a nommé des acteurs politiques qui lui sont personnellement fidèles et il continue d’influencer d’éminents politiciens en finançant leurs campagnes.

De plus, Ivanishvili a ouvertement déclaré son intention d’éliminer les partis d’opposition, transformant la nation en une autocratie. Depuis l’arrivée au pouvoir de GD, plusieurs opposants politiques aisés ont été accusés d’accusations criminelles, ce qui les a conduits à être emprisonnés ou poursuivis en justice.

Tant que le statu quo ne perturbe pas les intérêts commerciaux, les oligarques n’ont aucun intérêt à cultiver un changement significatif dans la nation, car les systèmes d’État de droit menaceraient leurs intérêts. Cette absence de réforme signifie que le pays ne se modernisera pas et que ses faiblesses ne feront que s’aggraver. Sous le règne du rêve géorgien, les taux de criminalité ont augmenté de façon spectaculaire et la croissance économique a ralenti, selon la Nouvelle Europe de l’Est.

Par ailleurs, la baisse du taux de pauvreté absolue en Géorgie a stagné après 2015 et a augmenté de 1,8 % en 2020 suite à la pandémie.

La Banque mondiale a indiqué qu’entre 2010 et 2014, les progrès les plus significatifs du pays en matière de réduction de la pauvreté provenaient de l’augmentation des revenus des ménages due à l’activité économique : la vigueur de l’économie du pays a aidé toutes les couches de sa société. Le rapport a également souligné l’importance des politiques de redistribution du gouvernement dans la poursuite de la réduction de la pauvreté et l’adversité oligarchique à investir dans les dépenses publiques compromet la poursuite de ces efforts.

Géopolitiquement, la Géorgie est plus vulnérable à la Russie que l’Ukraine – l’ensemble de son territoire est plus petit que les parties de l’Ukraine occupées par la Russie. S’il rejoignait l’UE, il bénéficierait non seulement de la protection de la Russie, mais pourrait également avoir accès à davantage d’accords commerciaux susceptibles de stimuler son activité économique, réduisant ainsi la pauvreté.

Les relations des oligarques avec la Russie

Ivanishvili a promis d’améliorer les relations avec la Russie sans compromettre le chemin de la Géorgie vers l’Europe et l’OTAN. Cependant, des tensions persistent sur l’indépendance des régions d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, que la Russie occupe depuis la guerre russo-géorgienne de 2008.

De plus, le gouvernement géorgien n’a pas imposé de sanctions à la Russie après la guerre d’Ukraine, affirmant que le pays était trop dépendant économiquement de la Russie. Les conseillers géorgiens non gouvernementaux réfutent cette affirmation et affirment que le gouvernement n’a pas la volonté politique d’aller à l’encontre de la Russie.

Contrairement à l’Ukraine et à la Moldavie, les oligarques de Géorgie sont des industriels russes d’origine géorgienne qui sont venus en Géorgie à la fin des années 2000. Les origines des oligarques et leur mépris des valeurs démocratiques rapprochent la classe dirigeante de la Russie plus que de l’Union européenne, selon une étude de 3 DCFTA.

L’avenir de la Géorgie

Le chemin de la Géorgie vers l’Europe pourrait déterminer si la structure oligarchique est démantelée. Des institutions démocratiques solides pourraient aider à adopter les réformes nécessaires pour aider à réduire le taux de personnes vivant dans la pauvreté absolue. Cependant, pour que les institutions existent, les valeurs démocratiques doivent être respectées. En prenant ses distances avec Ivanishvili, le gouvernement géorgien pourrait gagner la confiance de l’Union européenne et celle de son peuple.

Elena Sofia Massacesi
Photo : Flickr

*

★★★★★