Le Bangladesh donne la priorité à la vaccination des réfugiés – Le projet Borgen

Vacciner les réfugiésLes plans de déploiement de vaccins dans le monde négligent souvent les 26 millions de réfugiés dans le monde. Au total, 126 pays ont des populations de réfugiés de plus de 500 personnes. Comme les réfugiés représentent une partie importante de la population, pendant une pandémie de santé mondiale, le monde ne sera pas vraiment en sécurité tant que les nations ne protégeront pas également la santé des réfugiés. Bien que de nombreux pays s’efforcent de protéger les réfugiés, les obstacles demeurent. Les inégalités mondiales continuent d’aggraver la situation. Les pays riches ont administré 85 % des vaccins dans le monde, cependant, 85 % des réfugiés dans le monde vivent dans des pays en développement qui ont du mal à accéder aux vaccins. Le Bangladesh donne la priorité à la vaccination des réfugiés et le reste du monde doit emboîter le pas en incluant les populations les plus vulnérables.

Campagne de vaccination du Bangladesh pour les réfugiés rohingyas à Cox’s Bazar

En août 2017, des pics de violence au Myanmar ont forcé 745 000 citoyens rohingyas à fuir vers Cox’s Bazar, au Bangladesh. Cox’s Bazar est aujourd’hui le plus grand camp de réfugiés au monde avec plus d’un million de réfugiés vivant dans des camps exigus.

Fin juillet 2021, des moussons dévastatrices à Cox’s Bazar ont tué environ huit réfugiés et déplacé 25 000 personnes, détruisant simultanément des milliers d’installations, notamment des dispensaires et des latrines. Les routes endommagées entravent l’accès humanitaire, rendant les réfugiés rohingyas au Bangladesh plus vulnérables que jamais.

En plus des récentes catastrophes naturelles, le Bangladesh connaît une tendance à la hausse des cas positifs de COVID-19. Les autorités du Bangladesh reconnaissent l’extrême vulnérabilité de la population réfugiée. Ainsi, le 9 août 2021, le Bangladesh a lancé une campagne de vaccination dans les camps de réfugiés de Cox’s Bazar. Avec l’aide du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et d’autres organisations humanitaires, le Bangladesh prévoit de vacciner tous les réfugiés par vagues. La première cohorte comprend 65 000 réfugiés composés de dirigeants communautaires, de bénévoles de la santé et de toute personne âgée de plus de 55 ans.

L’importance de vacciner les réfugiés

Bien que les réfugiés semblent être le dernier groupe à recevoir des vaccins, l’OMS a placé les réfugiés dans le deuxième groupe prioritaire pour les vaccinations. Les réfugiés appartiennent au même groupe que les personnes à risque et celles qui souffrent de problèmes de santé graves, car les réfugiés ont tendance à vivre dans des communautés surpeuplées qui manquent d’eau potable et de soins de santé de base, ce qui rend inévitable la propagation des cas de COVID-19. Aucun pays ne peut freiner la propagation du COVID-19 tant que le virus continue de ravager les communautés de réfugiés.

Obstacles à la vaccination des réfugiés

La plupart des pays comprennent à quel point la vaccination des réfugiés est cruciale pour mettre fin à la pandémie, cependant, ces principaux obstacles demeurent :

  • Les barrières linguistiques conduisent à la désinformation et à la méfiance vis-à-vis des vaccins.
  • Les inscriptions en ligne excluent ceux qui n’ont pas accès à Internet.
  • Les volontaires enregistrent les réfugiés dans les camps, cependant, une partie des réfugiés ne vivent pas dans des camps, ils vivent avec des parents ou des amis de la famille.
  • De nombreux réfugiés craignent d’être arrêtés ou déportés sur les sites de vaccination.
  • Pénuries de vaccins, car certains pays comme l’Inde ont suspendu les exportations de vaccins en raison de l’augmentation des cas en Inde.
  • La question de la responsabilité — qui assumera la responsabilité des réfugiés qui souffrent des effets secondaires graves du vaccin ?

Le monde doit non seulement rendre les vaccins accessibles aux réfugiés, mais doit également faire en sorte que les réfugiés se sentent suffisamment en sécurité pour poursuivre la vaccination. Les réfugiés sont parmi les personnes les plus vulnérables de la planète, il est donc impératif que le monde se joigne au Bangladesh pour donner la priorité à la vaccination des réfugiés, car personne n’est en sécurité tant que tout le monde n’est pas en sécurité.

– Ella LeRoy
Photo : Flickr

*

★★★★★