L’appui économique de l’USAID au Congo

L'appui de l'USAID au Congo
En tant que l’un des pays les plus pauvres du monde, la République démocratique du Congo (RDC) fait constamment face aux conséquences de la pauvreté, telles que la maladie et la famine. Le faible PIB du pays de 49,87 milliards de dollars laisse à son gouvernement peu de fonds pour le développement infrastructurel et industriel nécessaire pour revigorer son économie et en tirer des bénéfices. Dans le même temps, le Congo contient des milliers de milliards de dollars de ressources naturelles inexploitées, qu’il ne peut bien sûr pas extraire pour les vendre sur le marché mondial en raison de son sous-développement économique et du manque de puissance industrielle qui en résulte. Cependant, l’aide étrangère peut permettre au Congo de développer ses industries et d’investir dans les machines nécessaires pour cultiver et exporter ses vastes ressources naturelles.

Entrer avec succès sur le marché mondial promet de gros profits, un développement et une stabilité économiques et un développement des infrastructures. Pour le Congo, une telle réussite économique implique d’affecter ses bénéfices à des programmes gouvernementaux qui élimineraient la pauvreté, la famine et la maladie.

Pour cette raison, l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) est intervenue au Congo, fournissant 781 millions de dollars, dont 40 millions de dollars donnés pour cette seule raison, en soutien financier et économique pour relancer les industries sous-développées du pays. En outre, il est intervenu dans le secteur du travail au Congo pour ouvrir la possibilité aux femmes et aux groupes auparavant marginalisés de travailler dans l’espoir d’augmenter la productivité économique. Vous trouverez ci-dessous des détails sur le travail de l’USAID et sa vision globale du développement économique au Congo.

La vision de l’USAID

Le soutien de l’USAID au Congo découle de son objectif d’amener le pays vers un lieu d’autosuffisance économique. L’organisation pense pouvoir atteindre cet objectif en localisant les pratiques agricoles, en élargissant et en autonomisant la main-d’œuvre congolaise, en encourageant l’expansion des terres cultivables, en influençant la participation économique locale et en introduisant des techniques minières stables pour extraire en toute sécurité les ressources naturelles du Congo. Alors que le soutien de l’USAID au Congo a entraîné un ralentissement du développement, il espère voir des changements économiques drastiques d’ici 2025.

Stratégie nationale de coopération au développement (CDCS)

La stratégie de coopération pour le développement du pays de l’organisation vise à transformer l’entreprise locale en encourageant la participation économique. Le programme de l’USAID entend d’abord le faire en élargissant la main-d’œuvre congolaise et en diversifiant sa sphère agricole. La taille de la population active est un facteur déterminant du développement économique. Les jeunes et les femmes sont également surreprésentés dans la population sans emploi du pays.

À travers sa stratégie de coopération au développement par pays, l’USAID souhaite augmenter l’emploi au Congo, ce qui entraînerait non seulement une productivité économique mais également une participation au marché. Il est important de noter qu’une participation accrue au marché entraîne une diffusion de la richesse dans laquelle à la fois l’acheteur et le vendeur bénéficient de l’échange. Jusqu’à présent, l’USAID s’est concentrée sur l’élargissement de la main-d’œuvre du Congo en donnant aux femmes et aux groupes auparavant marginalisés les moyens de travailler. Si les citoyens trouvent un emploi, ils peuvent cultiver et récolter des denrées alimentaires de manière adéquate, ce qui leur apporterait la productivité agricole nécessaire à l’indépendance économique en dehors des importations alimentaires mondiales. De plus, en augmentant l’emploi, l’USAID espère que ces travailleurs étendront leurs entreprises agraires locales pour représenter les « 80 millions d’hectares de terres arables » au Congo dont les agriculteurs n’utilisent actuellement que 10 %. Une telle expansion est une étape nécessaire pour l’autosuffisance économique.

Une autre préoccupation est d’établir la productivité économique d’une manière qui préserve les abondantes ressources naturelles du Congo sans les endommager. Ce n’est un secret pour personne que les ressources telles que l’eau et les forêts sont polluées ou détruites lors d’un développement industriel agressif. Parce que l’USAID souhaite favoriser l’expansion des terres cultivables et induire la participation au marché, elle est également intéressée à minimiser la « perte de biodiversité et d’habitat ». En effet, des pratiques sûres, respectueuses de l’environnement et reflétant une gestion durable des ressources, « augmenteront inévitablement les opportunités économiques pour les communautés locales ».

Commerce responsable des minéraux (RMT)

Le programme de commerce responsable des minéraux (RMT) de l’USAID vise à lancer un secteur des minéraux bien réglementé qui se concentre sur la réduction de la probabilité de trafic et d’esclavage concernant une progression économique humaine. Dans le passé, le Congo a été aux prises avec une pléthore de problèmes, l’extraction de diamants sanguins étant le problème le plus répandu en raison de sa négligence humanitaire et de sa cupidité économique. Mis à part les violations humanitaires strictes, les agences minières qui se livraient à des pratiques illégales ne pouvaient légitimement pas vendre leurs produits sur le marché mondial et vendaient plutôt leurs minéraux sur le marché noir, échappant ainsi aux taxes dont le gouvernement aurait profité et alloué au développement industriel.

Cependant, le programme Responsible Minerals Trade de l’USAID aide le gouvernement congolais à surveiller les pratiques illégales et encourage les sociétés minières à adopter des pratiques légales, telles que payer leurs employés et payer leurs impôts au gouvernement. Par conséquent, le soutien de l’USAID au Congo, sur « les mines artisanales industrielles et à petite échelle s’appuiera sur les réformes fiscales et commerciales » et « continuera à soutenir le commerce responsable des minéraux et à promouvoir la conformité ». Si ces modèles commerciaux légaux deviennent largement adoptés, le Congo continuera à tirer des bénéfices qu’il pourra canaliser vers le développement industriel, ce qui, en effet, renforcera son économie et rendra les programmes gouvernementaux orientés vers l’élimination de la pauvreté.

Conclusion

Le soutien de l’USAID au Congo a entraîné une aide étrangère de 781 millions de dollars et a abouti à la formation de la Stratégie de coopération pour le développement du pays et du Commerce responsable des minéraux, qui envisagent une augmentation de l’emploi et des profits élevés grâce à des pratiques de marché légales et humaines. Si cela est fait correctement, l’économie du Congo deviendra plus forte, lui permettant d’extraire ses précieuses ressources conduisant à l’autosuffisance économique globale. Grâce au soutien de l’USAID au Congo, la pauvreté au Congo est sur le point d’atteindre l’élimination.

– Jacob Crosley
Photo : Flickr

*

★★★★★