La vie dans les camps frontaliers entre les États-Unis et le Mexique

camps frontaliersLe programme des protocoles de protection des migrants (MPP) des États-Unis, mieux connu sous le nom de «Rester au Mexique», est une politique qui oblige les demandeurs d'asile aux États-Unis qui entrent par la frontière sud à attendre en dehors des États-Unis au Mexique pendant que leur cas sont examinés par des juges d'immigration. Depuis sa mise en œuvre en janvier 2016, cette politique a conduit à la constitution de camps de demandeurs d'asile autour du Mexique. Ces camps frontaliers américano-mexicains sont remplis de crimes, de maladies et d'autres dangers.

Crime endémique dans les camps frontaliers entre les États-Unis et le Mexique

L'ONG Human Rights First a signalé plus de 1 314 cas de viol, d'enlèvement, de meurtre, de torture et d'autres crimes violents contre des migrants contraints de retourner au Mexique. Parmi ces cas, 318 étaient des enlèvements ou des tentatives d’enlèvement d’enfants. La corruption policière généralisée dans les villes frontalières signifie que rien n'est fait pour protéger les migrants. Des crimes tels que l'extorsion, les agressions et le harcèlement sexuel ont tous été signalés contre des membres de la police mexicaine. Ces rapports proviennent d'entretiens individuels menés par Human Rights First afin de déterminer l'ampleur de la criminalité dans les camps de migrants. Étant donné qu'environ 55000 personnes ont été renvoyées au Mexique dans le cadre du programme de protocoles de protection des migrants, l'organisation estime que ces 1314 cas ne sont que la pointe de l'iceberg en ce qui concerne les crimes violents dans les camps frontaliers entre les États-Unis et le Mexique.

Les dangers des régions mexicaines

Le Département d'État des États-Unis publie périodiquement des avis aux voyageurs sur les pays et les régions du monde entier pour avertir les citoyens des dangers auxquels ils peuvent être confrontés lorsqu'ils s'y rendent. Cela comprend l'État mexicain de Tamaulipas, Matamoros, un haut lieu de rassemblement de migrants en attente d'entrée aux États-Unis. Des milliers de migrants, renvoyés au Mexique par des agents de l'immigration pour attendre leur procès, vivent dans des camps de tentes à la frontière dans un endroit que les États-Unis considèrent comme dangereux. Cela a conduit à un examen minutieux par des organisations telles que l'Union américaine des libertés civiles (ACLU) pour mettre en danger les demandeurs d'asile en les envoyant dans des endroits que les États-Unis admettent comme dangereux.

Populations vulnérables dans les camps

Malgré le fait que les populations vulnérables sont censées être exemptées du programme «Rester au Mexique», de nombreuses personnes qui n'auraient pas dû être renvoyées se sont présentées dans les camps frontaliers américano-mexicains. La période allant du début des programmes à juin 2019 a vu 13 femmes enceintes et 4780 enfants envoyés en attente de leur procès au Mexique, selon Human Rights Watch. Human Rights Watch rapporte également que des personnes ayant vraiment peur de retourner au Mexique, y compris des victimes d'enlèvement et d'agression, se sont vu refuser l'exemption du programme des protocoles de protection des migrants et ont quand même été renvoyées de l'autre côté de la frontière. Human Rights Watch, l'ACLU, Human Rights First et d'autres ont tous constaté que des personnes, y compris des personnes handicapées, des jeunes, des malades et des membres de la communauté LGBTQ +, avaient toutes été renvoyées au Mexique alors qu'elles étaient éligibles à une exemption de la politique.

Les conditions insalubres propagent la maladie

Les conditions insalubres le long de la frontière américano-mexicaine ont entraîné la propagation de maladies parmi les migrants. On rapporte qu'il y a peu d'eau potable et les migrants se baignent souvent dans le fleuve Rio Grande, qui est connu pour contenir E. coli, d'autres bactéries et des excréments humains. Peu de cas de COVID-19 ont été officiellement enregistrés. Cependant, avec la proximité des camps frontaliers avec les points chauds du COVID-19 aux États-Unis et au Mexique, il existe probablement une abondance de cas inconnus.

Les ONG aident les migrants

L'immigration vers les États-Unis s'est essentiellement arrêtée, la frontière entre les deux pays étant restée fermée tout au long de la pandémie. Pour cette raison, des ONG se sont rendues dans des camps frontaliers pour aider ceux qui en ont besoin. Le HRC a mis en place des stations de lavage des mains et des zones d'isolement dans certains camps de migrants. Il a également fourni une aide en espèces aux migrants qui ont perdu leur emploi en raison de la pandémie. D'autres organisations comme Global Response Management et Médecins sans frontières ont fourni une assistance médicale en construisant des centres médicaux, en distribuant des EPI et en fournissant des soins médicaux aux personnes infectées par le COVID-19.

Les protocoles de protection des migrants des États-Unis, ou la politique «Rester au Mexique», ont sans aucun doute conduit à une augmentation des préoccupations pour la santé et la sécurité des personnes le long de la frontière américano-mexicaine. Maintenant, avec la pandémie de COVID-19 qui a stoppé le processus d'asile déjà lent, la pauvreté et la maladie se sont répandues dans ces camps. Cependant, des ONG comme le CDH ont intensifié leurs efforts et fourni une assistance à ceux qui en ont le plus besoin.

– Aidan Sun
Photo: Flickr

*

★★★★★