La vaccination COVID-19 en Hongrie

La vaccination contre le covid-19 en Hongrie

Le taux d’infection par le coronavirus diminue rapidement dans toute la Hongrie grâce à un taux de vaccination contre le COVID-19 en constante augmentation. D’un pic d’environ 10 000 nouveaux cas quotidiens en mars 2021, en juin, la Hongrie comptait moins de 200 nouveaux cas quotidiens.

En mai, le chef de cabinet du Premier ministre hongrois Viktor Orban, Gergely Gulyas, a annoncé que la Hongrie ne rejoindrait pas le nouvel accord de vaccination. Dans le cadre de l’accord, Pfizer et BioNTech fourniront 2,6 milliards de doses supplémentaires dans toute l’Union européenne (UE). La Hongrie est le seul pays de l’UE à s’être retiré de l’accord.

Selon Gulyas, le gouvernement hongrois est confiant dans son approvisionnement actuel. Gulyas a déclaré qu’au cas où un rappel deviendrait nécessaire, « il existe également de nombreux vaccins provenant de sources orientales et occidentales ». Orban a utilisé ses liens étroits avec la Russie et la Chine pour acheter et déployer des vaccins dans ces pays avant même que l’UE ne les approuve.

Succès des campagnes de vaccination

Depuis janvier, près de la moitié des Hongrois ont reçu leur deuxième dose du vaccin COVID-19. En conséquence, les taux d’infection ont diminué rapidement dans tout le pays. Par rapport au reste de l’UE, la Hongrie a eu un taux d’infection relativement faible tout au long de la pandémie. La Hongrie a culminé à environ 10 000 nouveaux cas par jour. Au cours de la première semaine de juillet, une moyenne de 41 nouvelles infections ont été signalées par jour. C’est moins d’un pour cent de la moyenne quotidienne lors du pic du pays le 25 mars. De plus, le pays a enregistré moins d’un million de cas de COVID-19 au total.

La Hongrie a également élargi rapidement l’éligibilité au vaccin. C’est le premier pays de l’UE à approuver la vaccination pour les citoyens âgés d’à peine 16 ans, qui sont éligibles pour recevoir les doses Pfizer/BioNTech. Environ 90 000 jeunes se sont déjà inscrits pour le coup, accompagnés d’une autorisation parentale pour les moins de 18 ans. Euronews a rapporté que « selon les plans du gouvernement, d’ici la mi-juin, tous les Hongrois souhaitant obtenir un vaccin développé par l’Occident peuvent être vaccinés ». La Hongrie espère pouvoir vacciner les enfants dès l’âge de six ans, ce qui signifierait pratiquement tous les écoliers au début de l’automne, lorsque l’école commencera.

Familles à faible revenu et vaccination

Le pourcentage de Hongrois menacés de pauvreté a diminué régulièrement ces dernières années, chutant d’environ 3 % de 2013 à 2020. Le taux de pauvreté à risque de la Hongrie était de 12,3 % en 2020. COVID-19 a été plus sévère pour la population à risque, en particulier la population rom vivant dans des quartiers pauvres. L’Union hongroise des libertés civiles (HCLU), une organisation non gouvernementale (ONG) de défense des droits humains, préconise des mesures ciblées pour protéger les Roms du COVID. HCLU affirme que le gouvernement hongrois a ignoré le fait que les Roms ont été plus vulnérables aux conséquences économiques de COVID car ils manquent de réserves financières et dépendent de petits boulots quotidiens.

Un départ prometteur

Avec la moitié des Hongrois vaccinés et beaucoup plus éligibles, la vie professionnelle revient à la normale, permettant à l’économie de prospérer. À mesure que les citoyens à faible revenu, y compris les Roms, se feront vacciner, ils pourront reprendre le travail sans craindre de tomber malades. De plus, moins de personnes perdront leur emploi en raison des fermetures d’entreprises. Cette campagne réussie de vaccination contre le COVID-19 conduit la Hongrie vers un retour à la vie en toute sécurité comme avant. En outre, le gouvernement est convaincu que son approvisionnement actuel en doses de vaccins peut soutenir le succès de la campagne.

– Riley Prillwitz

Photo : Unsplash

*

★★★★★