La traite des êtres humains en Guinée-Bissau – Le projet Borgen

Traite des êtres humains en Guinée-Bissau
À l’échelle mondiale, la traite des êtres humains touche environ 40,3 millions de personnes, selon un rapport de 2016 de l’Organisation internationale du travail. C’est une entreprise lucrative qui a pris pied, entre autres en Afrique de l’Ouest, en Guinée-Bissau. Un chiffre stupéfiant, plus de 40% des personnes vivant en Guinée-Bissau, ont moins de 15 ans, selon les statistiques de 2019. La traite des êtres humains en Guinée-Bissau existe de plusieurs manières, notamment le transport et l’endoctrinement de mineurs de sexe masculin et l’exploitation sexuelle des mineures. Régulièrement frappée par des tumultes politiques et des troubles sociaux, la population du pays est confrontée à une multitude de problèmes de sécurité, dont beaucoup ont pour origine des activités criminelles, telles que la traite des êtres humains, les substances addictives et les armes.

Gouvernement de la Guinée-Bissau

Le gouvernement actuel, dirigé par le président Umaro Sissoco Embaló, a les mains pleines de divers soulèvements et insurrections. Le plus récent d’entre eux à avoir fait la une des journaux s’est produit au début de février 2022 lorsque des assaillants ont tenté d’assassiner la vie d’Embaló. Le coup d’État a lieu un peu moins de deux ans après son investiture controversée.

Embaló lui-même n’est pas exempt d’accueillir des criminels. Le baron de la drogue et agitateur Antonio Indjai, par exemple, a fait une apparition à l’inauguration d’Embaló. Cela s’est produit plusieurs années après que l’activité illégale d’Indjai est devenue le sujet de préoccupation internationale.

La persistance du narcoterrorisme s’est accrue au cours des dernières décennies, en particulier en ce qui concerne la cocaïne, les barons de la drogue latino-américains considérant la Guinée-Bissau comme une étape calme et laxiste dans leur transport de marchandises vers l’Europe. Bien que le commerce de la drogue ne soit pas une honte, c’est une industrie qui est sujette à des problèmes transcontinentaux. Pendant ce temps, un autre type de trafic se produit régulièrement en Guinée-Bissau et les auteurs se trouvent dans l’arrière-cour du pays.

Comme dans de nombreux autres pays sous-développés de la région, la nutrition quotidienne, la santé générale et l’emploi instable sont des préoccupations omniprésentes. Dans ces conditions, la traite des êtres humains en Guinée-Bissau s’est développée. Les garçons, par exemple, sont souvent entraînés dans la traite organisée où ils passent leur temps à mendier ou à d’autres formes de travail forcé.

Les différents types de traite des êtres humains

La religion, qui (avec les variétés ethniques) affecte la politique nationale, a également une incidence sur la traite des êtres humains en Guinée-Bissau. Alors qu’environ un cinquième de la population du pays adhère au christianisme, environ les deux cinquièmes du pays suivent l’islam. Les trafiquants déplacent souvent certains enfants musulmans furtivement et sous le couvert de la nuit vers le pays voisin du Sénégal.

Par la suite, les trafiquants poussent les enfants vers des stratégies lucratives sous le couvert d’une éducation religieuse basée sur le Coran. Dans ces situations, les enfants sont appelés talibés et les écoles sont appelées daaras. Selon les marabouts, la mendicité fait partie du cursus des daaras.

Le monde de la traite est différent pour les filles, qui sont souvent exposées à l’exploitation sexuelle. Sinon, comme beaucoup de garçons, ils doivent eux aussi endurer le travail forcé. Un certain nombre de responsables gouvernementaux de la Guinée-Bissau sont accusés de rester complices de crimes de traite des êtres humains, tels que les programmes de tourisme sexuel menés dans les îles Bijagós, tout comme certains responsables ont été accusés de camaraderie avec les personnes impliquées dans le trafic de drogue.

Agir contre la traite des êtres humains

La Guinée-Bissau a adopté avec succès une loi anti-traite en 2011. Cependant, depuis lors, le pays n’a pas fait grand-chose pour faire appliquer efficacement ses ramifications. Selon le rapport 2020 sur la traite des personnes du Département d’État américain, le gouvernement devrait chercher à multiplier et à renforcer les ressources de la police judiciaire et à étendre les mesures d’application indispensables à des endroits comme les Bijagós.

Et, selon le rapport TIP 2021, la Guinée-Bissau, qui avait maintenu un statut de niveau 2 pendant plusieurs années, est revenue au niveau 3, désigné pour les pays qui ne respectent pas les « normes minimales pour l’élimination de la traite ».

Les citoyens de la Guinée-Bissau pourraient bénéficier d’une meilleure application de la loi. La Guinée-Bissau prend des mesures d’amélioration. La création du Système d’information de la police ouest-africaine (WAPIS) en 2015 et ses efforts en cours pour intégrer les systèmes de données de la police affiliés à INTERPOL ont le potentiel d’aider les enquêtes criminelles. Le WAPIS, mis en œuvre par INTERPOL, bénéficie d’un financement de l’Union européenne et d’un « soutien politique et stratégique » de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). L’un des pays bénéficiaires du programme est la Guinée-Bissau. Des mesures policières nationales supplémentaires pourraient aider à lutter contre la traite des êtres humains.

Des organisations locales comme l’Association des amis des enfants (Associação dos Amigos da Criança ou AMIC) et SOS Talibé Children (SOS Crianças Talibés) sont des phares d’espoir. Ces organisations soutiennent les enfants déplacés et lésés par la traite des êtres humains en Guinée-Bissau et plaident également pour des décisions politiques visant à lutter contre ce commerce destructeur. Avec l’aide financière de l’Union européenne, l’AMIC a secouru plus de 1 600 enfants depuis 2005.

Avec l’aide d’organisations caritatives et une application plus stricte de la loi, la Guinée-Bissau peut mieux lutter contre son épidémie de traite des êtres humains.

– John Tuttle
Photo : Flickr

*

★★★★★