La traite des êtres humains au Tchad – Le projet Borgen

Traite des êtres humains au Tchad
L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) définit la traite des êtres humains comme « le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil de personnes par la force, la fraude ou la tromperie, dans le but de les exploiter à des fins lucratives ». Les incidents de traite des êtres humains sont plus fréquents dans les régions où les taux de pauvreté sont élevés, car la pauvreté rend les gens plus vulnérables à l’attrait de la traite. La traite des êtres humains au Tchad, en particulier, est une source de préoccupation en raison du classement du Tchad en tant que pays de la liste de surveillance de niveau 2.

Traite des êtres humains au Tchad

Le Département d’État américain classe le Tchad parmi les pays de la liste de surveillance de niveau 2 en 2021, car le pays « ne respecte pas pleinement les normes minimales pour l’élimination de la traite, mais fait des efforts considérables pour y parvenir ». En raison des conflits et de l’instabilité dans les pays voisins, le Département d’État a déclaré que le Tchad accueillait « environ 930 000 réfugiés, personnes déplacées, rapatriés et demandeurs d’asile en février 2021 ». Ces groupes sont particulièrement susceptibles de devenir des victimes de la traite « en raison de leur instabilité économique et du manque d’accès aux systèmes de soutien ».

La traite des êtres humains au Tchad touche de manière disproportionnée les femmes et les enfants. Les filles sont les plus susceptibles car certaines filles sont « forcées de se marier contre leur gré », ce qui les rend vulnérables aux situations d’abus sexuels et de « travail domestique d’exploitation ». La traite des êtres humains affecte généralement la plupart des enfants sous la forme de travail des enfants malgré les politiques gouvernementales qui tentent de restreindre cette pratique. Sur la base des données de 2019, le Bureau des affaires internationales du travail a enregistré qu’environ 45,8 % des enfants âgés de 5 à 14 ans travaillent au Tchad.

Efforts pour mettre fin à la traite des êtres humains

En 2020, le Tchad a fait des progrès pour mettre fin aux pires formes de traite des êtres humains. Le gouvernement du Tchad a créé un comité national de lutte contre la traite des êtres humains pour hiérarchiser les cas de traite des êtres humains. Pour sensibiliser le public à ce problème, le gouvernement a utilisé les médias sociaux et des campagnes à la radio. Le ministère de la Femme, de la Famille et de la Solidarité nationale, en collaboration avec des organisations locales et un groupe mondial, a géré « des centres de transit qui ont servi d’abris temporaires dans tout le pays ». Ces abris temporaires offraient « un logement, de la nourriture et une éducation aux victimes de violence sexiste et d’autres crimes, y compris les victimes potentielles de la traite », a rapporté le Département d’État.

Cependant, le Département d’État américain rapporte que le gouvernement tchadien « n’a pas signalé d’enquête, de poursuite ou de condamnation de cas confirmés de traite ». Le gouvernement n’a pas non plus désigné de membres du comité national de lutte contre la traite, laissant le groupe potentiellement sans autorité.

Solutions existantes

Parce qu’il existe des liens entre la traite des êtres humains et la pauvreté, la prévalence de la traite des êtres humains au Tchad pourrait diminuer avec des efforts pour minimiser le taux de pauvreté du pays. Selon la Banque mondiale, environ 43 % de la population tchadienne vivait sous le seuil national de pauvreté en 2018.

Malgré le manque d’organisations de plaidoyer et d’ONG, le Tchad a élaboré une législation pour éliminer la traite des êtres humains. Le Département d’État américain a signalé que « la loi 006/PR/2018 sur la lutte contre la traite des personnes a criminalisé le trafic sexuel et le trafic de main-d’œuvre ». Par ailleurs, « l’article 7 de la loi 006/PR/2018 prévoyait des peines de quatre à [30]ans d’emprisonnement et une amende de 250 000 à 5 millions de francs centrafricains ».

Regarder vers l’avant

Le Tchad, affaibli par la pauvreté et des politiques gouvernementales inefficaces, fait face à plusieurs difficultés lorsqu’il tente de réduire la présence de la traite des êtres humains. Malgré cela, il y a encore de l’espoir. Grâce à un financement international, le gouvernement tchadien peut recevoir une assistance pour prendre des mesures contre les violations de la traite des êtres humains et développer un système efficace de camps de réfugiés. Globalement, le Tchad a la capacité de lutter contre la pauvreté et la traite des êtres humains.

–Sania Patel
Photo : Flickr

*

★★★★★