La traite des êtres humains au Tadjikistan – Le projet Borgen

Traite des êtres humains au Tadjikistan
Le Protocole des Nations Unies sur la traite des êtres humains définit la traite des êtres humains comme « le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil de personnes, au moyen de la menace ou de l’usage de la force ou d’autres formes de coercition, d’enlèvement, de fraude, de tromperie, d’abus de pouvoir ou d’une situation de vulnérabilité ou de l’offre ou de la réception de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre personne, à des fins d’exploitation. La traite des êtres humains au Tadjikistan est un problème pertinent – Le rapport du département d’État américain sur la traite des personnes (TIP) de 2021 classe le Tadjikistan comme un pays de niveau 2, rejoignant les rangs de l’Arabie saoudite, de la Sierra Leone et du Panama.

Classement TIP du Tadjikistan

Un classement de niveau 2 signifie que « le Tadjikistan ne respecte pas pleinement les normes minimales pour l’élimination de la traite, mais il fait des efforts considérables pour y parvenir ».

Le rapport TIP 2021 souligne que les cas de traite des êtres humains au Tadjikistan même sont moins courants. Au contraire, les trafiquants exploitent les Tadjikastinis qui ont migré vers d’autres pays pour des raisons financières. En particulier, « les trafiquants de main-d’œuvre exploitent les hommes et les femmes tadjiks dans l’agriculture et la construction principalement en Russie, aux Émirats arabes unis, au Kazakhstan et en Arabie saoudite, ainsi que dans d’autres pays voisins d’Asie centrale, en Turquie et en Afghanistan », indique le rapport.

De plus, les femmes qui ont perdu leur mari dans un conflit armé et qui luttent pour l’argent sont plus vulnérables aux « mariages locaux coercitifs » contenant des éléments de travail forcé ou de trafic sexuel. Le début de la pandémie de COVID-19 a entraîné des pertes d’emplois et des réductions de revenus généralisées, exacerbant la stabilité financière des familles tadjikes et les rendant plus vulnérables à l’attrait des trafiquants.

Dans le rapport de 2021, les « autorités tadjikes ont identifié 24 victimes de la traite au cours de la période considérée, contre 53 en 2019 ». Cependant, les autorités n’ont pas fourni « d’informations sur la nationalité, le sexe, l’âge, le lieu ou le type d’exploitation des victimes ».

En termes d’efforts de prévention, bien que le gouvernement ait mis en place une ligne d’assistance téléphonique ouverte 24 heures sur 24 pour les victimes, le gouvernement n’a pas noté le nombre d’appels téléphoniques qui ont conduit à l’identification des victimes de la traite.

Au cours des années précédentes, les forces de police ont utilisé un registre de noms de minorités sexuelles pour faire chanter ces personnes dans le «trafic sexuel et les rôles d’informateurs forcés». Alors que les relations homosexuelles sont légales au Tadjikistan, les minorités sexuelles sont victimes de discrimination et de stigmatisation de la part des autorités et du public. Le Tadjikistan a créé une « liste officielle » des citoyens LGBTQI+ en 2017.

Le rapport TIP indique que le gouvernement du Tadjikistan a réalisé « une augmentation significative des condamnations pour traite » et a fourni « un abri à plus de victimes que l’année précédente ». Cependant, le rapport met également en évidence « des allégations de possible complicité officielle dans certaines localités », mais le Tadjikistan n’a signalé aucune enquête ni arrestation à ce sujet.

Créer le changement

Le rapport recommande de créer des « procédures opérationnelles standard pour identifier les victimes de la traite et les orienter vers des soins ». Il encourage également le gouvernement du Tadjikistan à se concentrer sur les groupes vulnérables à risque de traite tels que les « individus LGBTQI+ [and]travailleurs migrants tadjiks étrangers et de retour », entre autres.

L’expert des droits de l’homme de l’ONU, Siobhán Mullally, a recommandé que le gouvernement du Tadjikistan renforce la protection des réfugiés d’Afghanistan, d’Irak et de Syrie. Mullally dit également que la nation doit lutter contre la stigmatisation et la discrimination auxquelles les femmes victimes de trafic sexuel sont confrontées lorsqu’elles demandent de l’aide.

Le gouvernement devrait également fournir un soutien financier aux ménages dirigés par des femmes et aux travailleuses informelles, car ces groupes sont plus susceptibles d’être victimes de la traite en raison de leur situation économique généralement appauvrie.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) joue un rôle important dans la lutte contre la traite des êtres humains au Tadjikistan. En 2019, un jour avant la Journée mondiale de lutte contre la traite (30 juillet), l’OIM a organisé un tournoi national de débat pour les jeunes sur la traite des êtres humains. L’objectif est de sensibiliser à la traite des êtres humains au Tadjikistan. En 2019, l’OIM a également apporté une « assistance directe » à 17 victimes de la traite des êtres humains au Tadjikistan et « prévenu huit autres cas de traite potentielle ».

Alors que le Tadjikistan progresse dans la bonne direction en termes d’efforts pour réduire la traite des êtres humains, le gouvernement doit déployer des efforts plus concertés pour apporter un soutien accru aux groupes les plus vulnérables.

– Priya Maiti
Photo : Flickr

*

★★★★★