La stigmatisation à laquelle sont confrontés les Maoris séropositifs

Maoris séropositifs
Les Maoris sont le peuple polynésien indigène originaire de Nouvelle-Zélande. La population maorie a fortement diminué, passant de 1 million à 40 000, lorsque les colons européens sont arrivés en Nouvelle-Zélande en raison de la guerre et des conflits. Cependant, la population actuelle est de près de 5 millions d’habitants et plus de 80 % des Maoris vivent en milieu urbain. Malgré l’augmentation de la population et les réparations du gouvernement néo-zélandais aux Maoris, les Maoris ont été confrontés à des défis économiques et sociaux et à la discrimination. En 2021, Te Whāriki Takapou a publié le tout premier rapport sur l’iniquité des Maoris face au VIH intitulé « Aotearoa New Zealand People Living with HIV Stigma Index : Māori Participants Report. »

Le rapport Te Whāriki Takapou

Te Whāriki Takapou est une organisation axée sur la « santé sexuelle et reproductive » du peuple maori. En conséquence, il a mené des recherches, comme dans le cas des participants maoris au rapport. Le rapport se concentre sur « la stigmatisation et la discrimination liées au VIH vécues par les personnes maories vivant avec le VIH ». L’objectif principal du rapport est de présenter les expériences uniques des Maoris vivant avec le VIH et de donner aux participants « une idée de leur santé et de leur bien-être par rapport à la population maorie en général et par rapport aux participants non maoris vivant avec le VIH ». Il y avait 37 participants maoris à l’étude, qui comprenait un questionnaire d’enquête et un entretien avec les pairs. Le rapport final a utilisé les résultats de la recherche relative en raison des limites des données.

Les résultats

Le sondage et les entrevues ont abouti à plusieurs constatations. Environ 25% des participants ont révélé qu’ils étaient confrontés à une violation de leurs droits en raison de leur séropositivité ou qu’ils devaient signaler s’ils étaient séropositifs dans des domaines tels que leur lieu de travail. Les Maoris vivant avec le VIH ont également expliqué que la stigmatisation et la discrimination affectaient leur santé mentale et leurs relations, ce qui a conduit près de 33 % à s’isoler et à limiter leur « capacité à gagner un revenu répondant à leurs besoins ». Sur une note positive, les participants ont généralement estimé que leur whānau et leurs amis les soutenaient ; cependant, de nombreux participants ont révélé que d’autres avaient divulgué leur statut sérologique sans leur permission à d’autres whānau et amis, ainsi qu’à des endroits tels que ceux où ils travaillaient ou allaient à l’école.

Plusieurs des participants ont subi une forme de discrimination en raison de leur statut sérologique, notamment des violences verbales lorsqu’ils cherchaient des soins de santé ou perdaient leur emploi. Les Maoris séropositifs subissent plusieurs formes de préjugés et d’injustice dans le secteur de la santé, notamment le fait de devoir subir un test de dépistage du VIH contre leur gré, le traitement inégal des soins non liés au VIH par les agents de santé et les professionnels violant leur confidentialité. Les femmes maories ont également subi des pressions et des conseils inconfortables et indésirables concernant leur santé reproductive et leurs grossesses, telles que des stérilisations et/ou des avortements. Le traitement que les Maoris reçoivent dans et hors du système de santé est discriminatoire et contraire à l’éthique, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles il y a plusieurs appels à l’action dans le rapport à la suite des résultats.

Politique et initiatives futures

Actuellement, il n’y a pas de lois ou de politiques modernes qui protègent les Maoris séropositifs contre la discrimination (ou même les non-Maoris séropositifs). De plus, l’étude de Te Whāriki Takapou a révélé que ceux qui sont séropositifs depuis deux à trois décennies n’ont pas assisté à une réduction de la discrimination. Ce rapport détaille plusieurs recommandations spécifiques pour mettre fin à la discrimination et effacer la stigmatisation entourant le VIH ; certaines de ces recommandations comprennent une politique et un plan d’action sur le VIH et le SIDA, incorporant un objectif visant à abolir la stigmatisation et la discrimination entourant le VIH. D’autres propositions impliquent une meilleure qualité et un meilleur accès aux mesures et à l’éducation en matière de santé reproductive, en particulier de meilleures ressources pour les femmes maories séropositives afin d’améliorer leur santé à long terme, des conseils gratuits, un meilleur système pour déposer des plaintes liées au VIH et bien plus encore. Toutes les recommandations portent sur la protection, le soutien et l’amélioration de la vie des Maoris vivant avec le VIH.

Même si le rapport se concentre sur les individus maoris séropositifs, les recommandations plaident également en faveur de la non-discrimination. Les Maoris sont victimes de discrimination en Nouvelle-Zélande et les Maoris séropositifs sont confrontés à encore plus de discrimination et de stigmatisation, affectant non seulement leur santé mentale mais aussi leur santé physique. Le rapport Te Whāriki Takapou est un appel à l’action fort et nécessaire pour mettre fin à la stigmatisation du VIH et à la discrimination contre les Maoris en Nouvelle-Zélande.

– Karuna Lakhiani
Photo : Flickr

*

★★★★★