La santé mentale au Chili depuis le COVID-19

Santé mentale au Chili
La dépression et l’anxiété ont augmenté dans le Chili post-COVID-19. Le confinement prolongé, l’incertitude et le manque de contacts sociaux ont déclenché une augmentation spectaculaire de ces pathologies. Cependant, ces chiffres effrayants ont rendu ces maladies visibles à des niveaux jamais vus auparavant, ce qui est la première étape pour réaliser des changements importants.

Dépression et anxiété en hausse

La santé mentale est souvent un sujet passé sous silence au Chili, ainsi que dans la plupart des régions du monde. On peut voir l’inégalité de traitement que les patients souffrant de maladies mentales par rapport aux maladies physiques reçoivent par le manque de services dédiés à ces derniers et la discrimination que les personnes atteintes de maladies mentales ont subies. Ce sont des maladies que les médias n’ont traditionnellement pas mises en avant et que beaucoup traitent comme des problèmes mineurs. Sans aucun doute, cela génère de la méfiance de la part de la personne affectée lorsqu’elle cherche de l’aide.

En raison de la pandémie de COVID-19, la dépression et l’anxiété sont parmi les résultats les plus inquiétants du confinement. Une étude menée par l’Université catholique du Chili, en collaboration avec l’Association chilienne de sécurité (ACHS), a indiqué que les problèmes de santé mentale figuraient parmi 35 % des répondants d’ici 2020. Alors qu’en 2020, le nombre de personnes touchées par certains symptômes de dépression était de 13 %, en 2022, il est passé à 16 % en raison du chômage et de l’instabilité économique due à la pandémie de COVID-19. Pendant ce temps, jusqu’à 28% souffraient d’anxiété.

Malgré les problèmes de santé mentale au Chili, le budget total consacré à la santé mentale est actuellement de 2 %, ce qui est le plus bas de tous les pays de l’OCDE. Sans aucun doute, cette situation nécessite une action gouvernementale pour obtenir un changement de stratégie et une augmentation du budget.

Santé mentale : défis et solutions

L’impact que l’instabilité mentale a sur sa performance et sur la société a des conséquences qui affectent tout le pays. Donner à ces maladies l’importance qu’elles méritent et mettre en place une réponse rapide peut avoir un impact positif sur le bien-être de la société mais aussi sur la réduction de la pauvreté. Par exemple, les problèmes mentaux ont des coûts indirects massifs liés au manque de productivité et de motivation de la personne concernée. Selon l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS), les problèmes de santé mentale sont la principale cause d’invalidité et de déficiences personnelles au Chili. Le Chili est également l’un des pays d’Amérique latine avec les taux de dépression les plus élevés, en particulier parmi les groupes aux revenus les plus faibles. Cela suggère que la dépression chronique ou les troubles anxieux graves entraînent l’incapacité de bien performer dans la société, augmentant la possibilité de chômage, de toxicomanie et, par conséquent, le risque de pauvreté.

Ainsi, les problèmes de santé mentale augmentent les niveaux de pauvreté tandis que la pauvreté augmente les risques de souffrir de problèmes mentaux. Afin de briser ce cercle vicieux, les maladies mentales doivent être traitées à temps. Accepter la réalité que la santé mentale est tout aussi importante que la santé physique et rendre cette réalité visible, non seulement rend la question urgente, mais incite également les gens à tendre la main sans avoir peur ou honte de le faire. Briser la stigmatisation sociale selon laquelle l’instabilité mentale est un symbole de faiblesse ou de folie est la première étape vers une réponse efficace.

Les premiers signes de pousses d’herbe

Heureusement, il y a un changement pour le mieux. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a souligné l’importance de la santé mentale dans une série de lignes directrices qu’elle a publiées plus tôt en 2022. Celles-ci figurent dans le Plan d’action global pour la santé mentale 2013-2030. En fait, l’OMS soutient que chaque pays peut avancer vers le progrès simplement en rendant le problème visible. Il favorise :

  • Sensibiliser à la santé mentale afin que chacun en comprenne l’importance.
  • Éliminer la stigmatisation de la maladie mentale.
  • Améliorer l’accès aux soins de santé mentale.

La santé mentale au Chili est devenue plus visible depuis le COVID-19. En 2021, le Chili augmente son budget de 310 % par rapport à l’année précédente. Les fonds vont à :

  • Renforcement des ressources humaines en soins de santé mentale pour les enfants et les adolescents.
  • Améliorer les soins de santé primaires en santé mentale.
  • L’introduction du programme d’intervention psychologique brève à distance, que les gens peuvent utiliser pour communiquer avec un médecin par le biais d’un appel vidéo.

Certaines des mises à jour les plus récentes au Chili montrent des progrès encore plus positifs. Le budget national des dépenses publiques en 2023 annoncé par le président de la République, Gabriel Boric, consacre plus de 18 milliards de dollars au renforcement de la réponse du Chili aux maladies mentales.

Comme l’a déclaré Boric, « la santé mentale est importante et nous n’allons pas les laisser seuls ». Pendant ce temps, la journée mondiale de la santé mentale a été célébrée le 10 octobre 2022 et la ministre de la Santé du Chili, Ximena Aguilar, a réaffirmé la même idée en déclarant que les gens n’auront plus à faire face seuls à leurs problèmes de santé mentale. Le gouvernement du Chili établit comme priorité de faire progresser l’amélioration du traitement des maladies mentales tout en protégeant les droits des personnes qui en souffrent.

– Carla Tomas Laserna
Photo : Unsplash

*

★★★★★