La santé au Chili: morbidité et inégalités

Santé au Chili
Les soins de santé au Chili proviennent principalement du Fonds national de santé (Fondo National de Salud – FONASA), du programme d'assurance financé par l'État ou de sociétés privées collectivement connues sous le nom de Las Instituciones de Salud Previsional (ISAPRE). Selon un rapport de 2019 de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), 78% de la population participent au FONASA et environ 17 à 18% s'inscrivent aux ISAPRE, tandis que 3 à 4% bénéficient d'une couverture du programme d'assurance des forces armées. Un certain nombre de réformes gouvernementales récemment mises en œuvre au Chili ont remis en question les inégalités en matière de soins de santé pour garantir des soins de santé universels pour tous.

La morbidité et la mortalité

Dans les années 80, une série de réformes réussies a fait baisser les taux de mortalité infantile (de 33 pour 1000 naissances vivantes en 1980 à seulement 8 pour 1000 en 2013) et amélioré les taux de maladies transmissibles, la nutrition et la santé maternelle et infantile. Alors que l'état de santé des Chiliens est constamment tombé sous la moyenne des pays de l'OCDE au cours des dernières décennies, l'espérance de vie au Chili en 2015 est passée à 79,1 ans au cours des 40 dernières années, presque au même niveau que ses pairs de l'OCDE. Les déterminants de l'état de santé comprennent l'espérance de vie, les taux de mortalité évitable, les taux de morbidité due aux maladies chroniques et le pourcentage de la population en mauvaise santé.

Les maladies non transmissibles (MNT), telles que l'hypertension artérielle, le diabète et les maladies cardiaques, sont identifiées comme la charge de morbidité au Chili, représentant 85% de tous les décès. Les principaux facteurs de risque comprennent des taux d'obésité élevés, une forte consommation de tabac et des taux croissants de consommation d'alcool. Le taux de mortalité infantile s'améliore mais reste élevé, tout comme les taux de mortalité par cancer par rapport à l'incidence du cancer.

Quelques mesures gouvernementales efficaces

Le gouvernement chilien a pris des mesures efficaces pour résoudre les problèmes les plus urgents du pays grâce à une stratégie multi-intervention qui cible différents groupes de population et différents contextes:

  • Obésité: Selon un rapport de l'OMS de 2016, 39,8% de la population chilienne était en surpoids et 34,4% étaient obèses. Le taux de surpoids et d'obésité chez les enfants est particulièrement problématique à 45%, sans réduction de la prévalence au cours des 15 dernières années. Le Chili a mis en œuvre des politiques à l'échelle nationale pour lutter contre les comportements qui causent l'obésité, en particulier l'inactivité physique inadéquate et les régimes alimentaires malsains. Au niveau national, les médias de masse, tels que les sites Web, Twitter, les publicités télévisées et radiophoniques, informent le public sur les choix alimentaires sains et mettent l'accent sur la consommation de fruits et légumes. Le gouvernement a également imposé des étiquettes sur les aliments emballés qui indiquent une teneur élevée en calories en sel, sucre et graisse.
  • Usage du tabac: Les taux de consommation de tabac au Chili en 2016 s'élevaient à 37% (41% chez les hommes et 32% chez les femmes) de la population adulte. Les taux de tabagisme chez les adultes sont passés de 45,3% en 2003 à 39,8% en 2009, un pourcentage inférieur à la moyenne par rapport aux autres pays. Depuis son adhésion à la Convention-cadre de l'OMS pour la lutte antitabac (OMS-FCTC) en 2005, le Chili a mis en œuvre diverses politiques de lutte antitabac, telles que l'interdiction de fumer dans les espaces publics, l'exigence de mises en garde sanitaires sur les produits du tabac et l'augmentation des taxes sur ces produits.
  • Soins du cancer: L'OCDE a projeté que le cancer pourrait bientôt devenir la principale cause de mortalité au Chili. Chez les hommes, les cancers de la prostate, de l'estomac, du poumon, colorectal et du foie présentent les taux de mortalité les plus élevés. Chez la femme, le cancer du sein, colorectal, du poumon, de l'estomac et du pancréas est à l'origine de taux de mortalité élevés. Pour alléger le fardeau du cancer, le Chili a renforcé son système de soins contre le cancer et lancé des programmes à l'échelle nationale axés sur le cancer du col de l'utérus et du sein et les médicaments anticancéreux pour les adultes et les enfants. De 2011 à 2015, le Chili a réduit le cancer de 4,1%.

Contester les inégalités

La mise en place du système national de santé (NHS) en 1952, les expansions et les réformes ultérieures ont permis au Chili de s'orienter vers une couverture universelle avec plus de 98% de la population bénéficiant d'une sorte d'assurance maladie. Cependant, l’inégalité reste l’un des principaux défis du système de santé à deux niveaux du Chili, principalement en raison de la répartition inégale des ressources entre les établissements publics sous-financés et les cliniques privées élitistes. Le suivi de l'équité montre une couverture d'assurance moindre pour les personnes les moins instruites, les quintiles à faible revenu, les résidents des zones rurales et ceux bénéficiant d'une assurance publique.

Des inégalités importantes dues à la position socio-économique et à la zone de résidence persistent. Selon une étude publiée par PLOS Medicine, le taux de mortalité infantile parmi les femmes les plus instruites était 2,3 fois inférieur à celui des moins instruites, alors que le rapport était de 1,4 entre la résidence urbaine et rurale. Des facteurs de risque tels que l'obésité, les troubles liés à la consommation d'alcool et les risques cardiovasculaires ont également affecté de manière disproportionnée le segment le moins instruit de la population.

Avancer

Malgré d'énormes défis, les soins de santé au Chili se sont améliorés grâce aux efforts du gouvernement pour donner la priorité aux réformes de la santé. En 2005, le Chili a lancé le programme d'accès universel avec garanties explicites (AUGE) qui visait à améliorer l'accès, la rapidité et la qualité des soins dans le secteur public. L'OCDE a estimé que le système de soins de santé au Chili est globalement «bien organisé, bien organisé et géré efficacement», avec un programme de santé publique particulièrement robuste qui fonctionne efficacement aux niveaux central et régional. Bien que des défis tels que l’augmentation des taux de certaines maladies non transmissibles et les inégalités entre les secteurs et les populations persistent, les réformes ambitieuses du pays démontrent sa volonté de s’attaquer à ces problèmes.

– Alice Nguyen
Photo: Flickr

*

★★★★★