La réponse COVID-19 du Népal aide les réfugiés

La réponse du Népal au COVID-19Actuellement, environ 26,4 millions de réfugiés dans le monde ont dû fuir les difficultés de leur pays d’origine. Bien que les lois internationales les protègent, les réfugiés se voient souvent refuser des droits humains fondamentaux tels que la protection contre la violence, un emploi stable, un logement sûr et des soins de santé adéquats. L’accès à des soins de santé fiables est essentiel pour prévenir les maladies, traiter les affections sous-jacentes, fournir des ressources médicales et offrir des vaccins. Étant donné que les réfugiés sont souvent incapables d’adhérer aux plans de santé nationaux dans le pays dans lequel ils s’installent, le manque d’accès aux soins de santé est une expérience courante. La réponse du Népal au COVID-19 vise à inclure les populations vulnérables et marginalisées telles que les réfugiés.

Comment COVID-19 menace les réfugiés

La pandémie de COVID-19 a exacerbé le besoin d’un accès fiable aux soins de santé parmi les populations de réfugiés, qui sont plus à risque de contracter COVID-19. Beaucoup vivent dans des zones densément peuplées et manquent de masques faciaux et d’installations sanitaires adéquates, telles que des installations de lavage des mains. Cela augmente leur risque de contracter le virus. Beaucoup ont également perdu leurs sources de revenus et sont incapables de payer les soins médicaux. En plus des taux élevés de pauvreté que connaissent les populations réfugiées, être trop malade pour travailler ou s’occuper de ses proches malades ne fait qu’aggraver ce problème.

La capacité du monde à se remettre de la pandémie de COVID-19 incombe à toutes les populations de limiter le nombre de cas et de traiter les personnes infectées. Bien que le meilleur moyen d’atténuer le virus soit de fournir des vaccins, de nombreux pays ne les offrent pas encore aux réfugiés. En conséquence, de nombreuses populations réfugiées vivent dans un état de crise constant et sont incapables de revenir à la normale au même rythme que le grand public.

L’exemple népalais

Il y a maintenant plus de 19 000 réfugiés au Népal, la plupart du Bhoutan et du Tibet. Ces communautés connaissent des taux de pauvreté élevés et sont touchées de manière disproportionnée par la pandémie de COVID-19. Cependant, la réponse du Népal au COVID-19 a été très différente de celle des autres pays de la région car il a été « le premier pays d’Asie et du Pacifique à fournir des vaccins COVID-19 aux réfugiés ». À compter du 7 mars 2021, les réfugiés de plus de 65 ans étaient éligibles pour recevoir le vaccin avec d’autres citoyens éligibles. Au 24 mars 2021, 668 réfugiés avaient reçu le vaccin et beaucoup d’autres devraient être vaccinés à mesure que le pays recevra des doses supplémentaires.

Les responsables népalais ont clairement indiqué qu’ils pensaient que garantir la santé et la sécurité de l’ensemble du pays signifiait fournir des soins de santé à tous. La réponse du Népal au COVID-19 est unique parce que le Népal veille délibérément à ce que les réfugiés aient accès à des soins de santé comparables à ceux du reste du pays. L’accès équitable aux vaccinations reste une étape importante pour garantir que le pays soit en mesure de se remettre complètement de la crise du COVID-19.

Prochaines étapes

La réponse du Népal au COVID-19 est un exemple de mesures que d’autres pays devraient prendre. Alors que d’autres pays observent les procédures de vaccination du Népal, les réfugiés et autres communautés marginalisées existent dans un contexte important. Des organisations comme CARE Népal plaident en faveur d’un déploiement du vaccin en donnant la priorité aux « groupes les plus vulnérables ».

Le Népal est loin d’être le seul pays au monde, ou même dans la région Asie-Pacifique, à avoir une importante population de réfugiés. Toutes les populations doivent avoir accès à des soins de santé adéquats pour que chacun puisse se remettre de la crise COVID-19 aussi rapidement et efficacement que possible. Veiller à ce que tout le monde ait accès au vaccin est l’un des meilleurs moyens pour les pays d’y parvenir.

Harriet Sinclair
Photo : Flickr

*

★★★★★