La RCA s’attaque aux inégalités de genre et au VIH

Inégalités de genre et VIH
L’inégalité entre les sexes et le VIH sont un problème important en République centrafricaine (RCA). En fait, c’est toujours la principale cause de décès dans le pays, avec près de 5 000 personnes décédées du VIH/sida en 2020. Plus de 50 % des quelque 110 000 personnes vivant avec le VIH en RCA ne reçoivent pas de traitement pour cela. En outre, l’inégalité entre les sexes au sein de la riposte au VIH/SIDA en RCA est omniprésente. Cependant, la RCA, avec le soutien d’organisations telles que Médecins sans frontières et ONUSIDA, s’efforce de rendre les services de santé pour le VIH/sida plus accessibles et de créer un cadre où les femmes peuvent obtenir l’aide dont elles ont besoin, en luttant à la fois contre les inégalités de genre et le VIH.

Inégalités de genre et VIH en République centrafricaine

Les statistiques de l’année 2020 indiquent que 88 000 adultes et enfants vivent avec le VIH en RCA. Sur le nombre total de personnes vivant avec le VIH en RCA, les femmes âgées de 15 ans et plus représentent environ 51 000 cas. Pendant ce temps, 1 200 femmes âgées de 15 ans et plus sont décédées du VIH.

Les statistiques susmentionnées correspondent aux conditions sociales et économiques présentes en RCA. Les données de l’enquête MICS-6 de 2021 indiquent que 23,6% des femmes entre 15 et 49 ans ont contracté un mariage ou une union avant d’atteindre l’âge de 15 ans. viols et 340 cas de violences sexistes au cours du mois de janvier 2021.

Les mutilations génitales féminines sont également une pratique courante dans la région, avec 21% des femmes centrafricaines subissant cette procédure traditionnelle mais nocive. La Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général des Nations Unies en République centrafricaine, Denise Brown, attribue cette violence à l’égard des femmes à une combinaison « d’insécurité prolongée, de violence et de crises humanitaires aggravées par des masculinités toxiques et des normes sociales négatives ».

Le gouvernement centrafricain prend des mesures

Le gouvernement centrafricain a mené une évaluation des dimensions sexospécifiques et de la riposte au VIH. Les résultats de l’évaluation révèlent que les membres féminins de la population ne bénéficient pas pleinement des avancées du programme VIH. L’évaluation montre également que le VIH était répandu parmi 15 % des professionnelles du sexe. Pendant ce temps, moins d’un quart des femmes enceintes obtiennent « l’accès aux services de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant ».

Sur la base de ces chiffres, le gouvernement centrafricain a élaboré un plan d’intervention pour 2021-2023 en faveur des femmes marginalisées. Le plan comprend des « interventions biomédicales et comportementales pour promouvoir une éducation et une sensibilisation transformatrices en matière de genre » afin de lever « les obstacles à l’accès aux services liés au VIH pour les femmes, les filles et les populations clés ». En outre, diverses stratégies de soins « favoriseront l’accès aux services de santé, sociaux et psychosociaux pour les femmes », en mettant l’accent sur la réduction de la transmission mère-enfant du VIH. En outre, le suivi permettra la responsabilisation concernant l’égalité des sexes et les progrès du VIH.

Médecins Sans Frontières (MSF) assiste

Le gouvernement centrafricain n’est pas seul dans ses efforts. D’autres organisations telles que Médecins Sans Frontières, également connues sous le nom de Médecins Sans Frontières, ont également intensifié leurs efforts pour aider à améliorer l’accès aux services liés au VIH dans la région de la RCA. À partir de 2019 dans la capitale Bangui, cette aide se présente sous la forme d’équipes MSF « fournissant des soins médicaux et un soutien psychologique gratuits aux patients » infectés par des complications avancées du VIH et de la tuberculose. Le traitement sert de soins spécialisés dans une région où la prévalence du VIH est le double de la moyenne nationale. En outre, MSF a mis en place des groupes communautaires antirétroviraux (ARV) dans diverses zones où des représentants communautaires désignés peuvent fournir des renouvellements d’ARV. Cette entreprise élimine le fardeau des dépenses de transport pour les personnes déjà appauvries et le « temps passé en consultations médicales ».

En plus de fournir des soins, MSF aide également les patients à prendre soin d’eux-mêmes grâce à l’autogestion. Le soutien par les pairs est encouragé. Cela a conduit à un plaidoyer parmi les membres de la communauté. La fin de l’année 2020 a vu la création de « 276 groupes ARV communautaires en RCA, représentant quelque 2 300 patients ». Grâce aux efforts du gouvernement et d’organisations telles que MSF, la RCA peut faire des progrès dans les domaines de l’inégalité entre les sexes et du VIH.

– Jared Faircloth
Photo : Flickr

*

★★★★★