La question des mutilations génitales féminines en Ouganda

Mutilation génitale féminine en OugandaLes mutilations génitales féminines (MGF) sont une violation invasive qui a un impact à court et à long terme sur la santé, la sécurité et le bien-être des filles et des femmes. Reconnu internationalement pour ses méfaits, de nombreux travaux sont consacrés à la prévention des mutilations génitales féminines. Néanmoins, cela reste un problème moderne. En 2016, l’UNICEF a signalé qu’une fille sur trois âgée de 15 à 19 ans avait été victime de MGF. Au cours des deux dernières décennies, l’Afrique de l’Est a enregistré la plus forte baisse de l’utilisation des MGF. Les mutilations génitales féminines chez les filles âgées de 0 à 14 ans sont passées de 71,4% en 1995 à 8,0% en 2016. En 2010, l’Ouganda a créé la loi sur l’interdiction des mutilations génitales féminines. Cela a joué un rôle important dans la réduction des mutilations génitales féminines en Ouganda. Cependant, les normes culturelles, les traditions et les croyances continuent de créer des défis pour éliminer complètement les MGF.

Grand-mères activistes

Lonah Cheptilak, l’une des grands-mères militantes de la Trail Blazers Foundation, est une «mère modèle» qui défend les femmes et les filles du district d’Amudat en Ouganda. Cheptilak encadre 20 adolescentes, leur rend visite à l’école, suit leurs progrès et leur fournit des conseils. Cheptilak fait actuellement pression sur le district pour créer un centre de sauvetage dans le sous-comté de Loroo en raison de la prévalence des MGF et des mariages d’enfants dans la région. Elle se bat également pour que les écoles rouvrent afin de fournir une protection aux jeunes filles pendant le COVID-19. Cheptilak déclare: «Les MGF à Amudat sont un problème plus important que le COVID-19. Les élèves avaient l’habitude de trouver refuge à l’école. Maintenant, certains parents utilisent la fermeture comme un avantage pour couper leurs filles dans les jardins. »

Impliquer les leaders culturels

En Ouganda, si une femme ne subit pas de MGF, elle fait non seulement face au ridicule public, mais elle risque de perdre sa dot. C’est un élément dissuasif important pour choisir de ne pas être coupé, même si la législation rend cette pratique punissable par la loi. La recherche montre que les jeunes filles ont utilisé les verrouillages COVID-19 pour se couper en privé et recevoir des soins médicaux par la suite. En raison de la norme culturelle qui oblige les filles de 11 ans à commettre l’atrocité contre elles-mêmes, il est vital que les gouvernements et les organisations engagent les dirigeants de la communauté pour transformer le système de l’intérieur vers l’extérieur.

Dorcas Chelain, la vice-présidente du district d’Amudat, conseille les travailleurs sociaux et les militants en partageant ses connaissances culturelles. Par exemple, Chelain comprend que le simple fait de parler aux femmes d’Amudat s’est avéré inefficace. Bien qu’elles puissent convenir que les MGF sont néfastes et doivent cesser, les femmes n’ont pas le pouvoir de changer le système. Pour survivre, ils s’en remettent à l’influence masculine et aux normes culturelles qui dictent leur réalité.

Les filles résistent aux MGF

Des techniques innovantes de résolution de problèmes sont nécessaires pour impliquer les communautés dans l’élimination des traditions néfastes. Dans la communauté conservatrice Pokot du district d’Amudat en Ouganda, la Straight Talk Foundation s’est engagée activement avec la population et persévère dans le processus difficile de convaincre les filles de défier les MGF en Ouganda. Grâce à ce travail, 20 filles se sont abstenues de subir la procédure de MGF. Fortes du soutien de leurs parents et de l’église, elles ont pu résister aux MGF et se marier bien qu’elles n’aient pas été excisées.

Les femmes sont devenues un exemple d’alternatives possibles pour les communautés qui fondent leur valeur financière, morale et maritale sur les MGF. Le gouvernement ougandais a élaboré une stratégie pour inclure ces 20 couples en tant qu’ambassadeurs représentant la possibilité d’un nouveau mode de vie. Pour leur résistance courageuse, chaque femme a été récompensée avec 20 feuilles de toiture qui aideraient à la construction d’une maison permanente.

Il est clair que pour vraiment mettre fin aux mutilations génitales féminines en Ouganda, une pratique culturelle si profondément enracinée, le gouvernement, les organisations, les familles et les communautés doivent être impliqués pour créer un changement durable.

– Hannah Brock
Photo: Flickr

*

★★★★★